L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 19:44

La prose du dénommé Tareq Oubrou, imam auto-proclamé de son état est toujours amusante à décrypter. Voici quelques extraits de sa dernière interview au Point.

Mon analyse se trouve en italiques.

Le Point : Pourquoi affirmez-vous que "Monsieur Islam" n'existe pas ?
Tareq Oubrou : Il n'existe pas en islam une autorité qui dit "la vérité".
Critique: Donc à quel titre pensez-vous vous-même dire la vérité ? Insinueriez-vous que vous êtes l'autorité "à venir? "
Tareq Oubrou: Nous sommes victimes d'un sommeil dogmatique qui nous fait oublier l'essentiel : l'islam proclame la foi en un Dieu unique, mais c'est à chaque croyant de penser Dieu.

Critique: En conséquence votre vérité pèse tout autant que celle du soldat de Daesh qui pense à juste titre pouvoir, comme vous, penser Dieu. Vrai ou faux?


Le Point: Il n'existe pas en islam d'autorité qui puisse prétendre détenir l'interprétation infaillible des textes. En quoi êtes-vous plus légitime qu'un autre à dire ce qu'est le vrai ?


Tareq Oubrou: Soyons clairs : seul le Coran, dicté par Dieu à Mahomet, les hadiths et la sunna, c'est-à-dire la tradition majoritaire, sont légitimes. Encore faut-il savoir les interpréter, (...) On ne peut pas non plus recevoir béatement des informations sur les Ecritures saintes sans s'interroger.
 

Critique : Dites moi, Frère Tariq, comment qualifiez-vous le fait d'affirmer que le Coran fut dicté par Dieu à Mahomet? N'est-ce-pas un lieu où l'interrogation de la raison serait nécessaire? Et accepter cette vérité là comme non accessible à la critique, n'est-ce pas " recevoir béatement les informations sur les écritures saintes sans s'interroger? "


Le Point: Comment pouvez-vous affirmer que l'islam est fondamentalement tolérant ?
Tareq Oubrou: Le Coran privilégie la diversité, que ce soit celle de la nature, de l'homme ou des croyances. Plusieurs versets insistent ainsi sur la volonté de Dieu de ne pas imposer une croyance unique : "Si Dieu l'avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté" (verset 16 : 93). Par ailleurs, il est dit que celui qui n'a pas accès au message transmis par Mahomet ne peut pas être considéré comme responsable aux yeux de Dieu.

Critique: Puis-je vous reprocher de sortir ce verset de son contexte réel car la suite du verset l'éclaire absolument: " Si Dieu l'avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais Il admet au sein de Sa miséricorde qui Il veut, et les injustes n’auront ni secours ni protection. "
On ne peut, Frère Tareq, critiquer ceux qui extraient les phrases de leur contexte et le faire soi-même, sauf à pratiquer ( brillamment) la taqqyya. Pour mémoire, le Dieu des chrétiens dit " Les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers. Philosophie plus ouverte, n'est-il pas?


Le Point: mais comment expliquer alors la dhimma, le statut discriminatoire imposé aux non-musulmans, rétabli aujourd'hui par Daech ?
Tareq Oubrou: Les premières années de l'islam ont été consacrées en grande partie à la conquête des empires avoisinants. On a alors imposé aux juifs et aux chrétiens qui ne voulaient pas se convertir de payer un impôt particulier, justifié par la règle canonique suivante : "Pour la défense de la nation, les musulmans versent leur sang et les minorités religieuses versent un impôt."
(... )
Critique: Mais est-ce une religion de tolérance et de paix et d'amour que celle qui contre sa mansuétude impose paiement en numéraires? Est-il franchement d'une grande spiritualité de courber encore davantage l'échine des non musulmans en leur imposant l'humiliation d'un impôt après avoir conquis leurs terre par la violence, au seul motif que étant non musulmans, s'ils veulent vivre ( simplement vivre ) ils doivent en payer le prix? Le sabre ou l'obole?

Le Point: Certes, mais, à la décharge des théologiens, la violence est dans les textes. Ainsi, que dire du hadith qui demande de tuer l'apostat ?
Tareq Oubrou:Certes, les textes peuvent être violents. Mais n'est-ce pas le fait de tout texte sacré ? Malgré le message d'amour du Christ, on peut lire dans l'Evangile de Matthieu : "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée" (10 ;34).


Critique: Et voilà, comme toujours, au lieu de répondre avec humilité " C'est vrai et nous devons penser cela , nous devrions même demander pardon comme l'a fait l'église chrétienne des crimes commis au nom d'Allah " vous rebondissez immédiatement - ce qui vous ôte d'emblée toute crédibilité - sur la violence des autres. Le philosophe Jankélévitch, qu'en immense philosophe auto-proclamé vous connaissez nécessairement, disait en substance que la violence des uns ne saurait justifier celle des autres. Ce n'est pas parce que la religion chrétienne eut ses heures sombres qu'elle a su regarder en face et dont elle s'est sortie, que l'islam doit considérer ces violences comme une excuse valable à prendre son temps et laisser les choses en l'état.
Comme vous connaissez mal nos textes religieux. L'épée mentionnée ici n'est pas à prendre au sens premier. Il suffit là encore de ne pas extraire une phrase de son contexte ( à moins que vous ne soyiez absolument incapable de lire et relier deux phrases successives?)
Que dit cet extrait quand on le joint intégralement à une démonstration? Ceci: " Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. "

Autrement dit, il ne parle pas de la violence matérielle, de l'assassinat par le glaive mais de la division intellectuelle face à une nouveauté qui se nommait christianisme. Il est malheureusement tellement humain de transposer les items de sa propre culture ( la mort des impies par le glaive) à une autre culture ( la division intellectuelle et idéologique au sein des familles elles-mêmes). L'épée pour les chrétiens représente la croix, en s'enfonçant dans le sol elle montre des directions à prendre, elle dévoile le réel, ouvre des chemins vers soi. Tout le contraire d'un cimeterre qui décapite le dhimmi n'ayant pas payé son impôt...
D'ailleurs votre volonté interprétative des textes est-elle compatible avec ces propos qui sont vôtres: " Tout homme qui réfute un verset formel ou interprète un verset du Coran abusivement est considéré comme en dehors du cercle de l’Islam. " ? Je vous pose la question, frère Tareq.

 

Tareq Oubrou: Il faut revenir au moment où ces textes ont été écrits. Le fameux hadith qui dit "Celui qui change de religion, tuez-le" n'est qu'un fragment isolé de son contexte,

Critique: mais vous ne faites que cela, mon brave, extraire des versets de leur contexte, et les citer de manière très parcellaire, y compris dans les textes chrétiens!!! Ce n'est pas très cohérent tout cela.
Mais dans le fond, cela ne l'est pas plus que la violence avec laquelle les musulmans en France obligèrent Chevènement à retirer d'un texte fondateur l'obligation de reconnaître la liberté de conscience et le droit à l'apostasie. La loi française pour tout le monde sauf pour moi, Musulman et fier de l'être. Religion de respect dites-vous? Religion compatible avec nos démocraties?

http://www.liberation.fr/tribune/2000/06/26/quelle-liberte-de-conscience_328669


Le Point: Et le djihad ? Ce ne serait qu'une injonction marginale ?
Tareq Oubrou: Sous sa forme violente, oui, bien sûr. Ce "combat", cet "effort", est d'abord une lutte contre soi, un combat intellectuel, moral et spirituel.

 

Critique: Ca, c'est VOTRE lecture et reconnaissez aux autres musulmans le droit d'en faire une différente et tout aussi valable puisqu'il n'y a aucune autorité en islam.

Tareq Oubrou: Même la sourate 9 du Coran, considérée comme la plus violente, appelle le musulman à protéger le non-musulman : "Et si un associationniste te demande secours, accorde-le-lui afin qu'il entende la parole de Dieu, puis fais-le parvenir au lieu où il trouvera sa sécurité. Car c'est un peuple qui ne sait pas."
 

Critique: La fin de la sourate est intéressante, car il s'agit là non pas d'acte de charité gratuite, sauver un non musulman en lui accordant secours, mais d'en profiter pour le convertir ( entendre la parole d'Allah ou à tout le moins être étonnée de tant de mansuétude, ce qui en dit long en soi de l'état d'esprit qui devait régner alors... ). La fin de la sourate le confirme: à ce peuple qui ne sait pas, il faut donner toutes les occasion d'adhérer à la vraie foi, et la peur, la demande d'asile en sont.


Tareq Oubrou: On est loin de la pratique de Daech. Cette organisation de mercenaires se prétend sunnite, mais elle appelle au djihad alors qu'elle n'a ni Etat ni territoire. C'est un attrape-nigaud.


Critique: Comment parvenez -vous à concilier cette critique de Daech et vos propres propos élogieux concernant le califat :
http://www.islametinfo.fr/2015/02/13/quand-tareq-oubrou-parlait-comme-daesh-du-califat-video-choc/

Je retranscris ici vos propos
Le Califat est déclaré aboli par Ataturk (…) qui est un juif d’origine et qui s’est déguisé en musulman … »
Le Califat est une obligation, et la réunion des musulmans autour de ce Calife est une obligation, et tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui œuvrent pour instaurer ce Califat ! […] »
La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam. Les Frères Musulmans ne reconnaissent pas les frontières entre les peuples musulmans. Ils reconnaissent une communauté qui doit être réunie autour d’un Califat qui a ses représentants dans ces différents pays ( Wilaya ). C’est un gouvernement car la politique est un élément, une partie de l’Islam. ( … ) Il dirige la vie par la religion. C’est une manière de vivre, c’est une conception des choses, c’est un mode vie selon la volonté d’Allah … »
» C’est parce que Allah nous a demandé de construire des individus musulmans, des familles musulmanes, des sociétés musulmanes, des états islamiques, un califat islamique qui réunit tous les états islamiques ! C’est parce Allah nous a demandé de faire ça qu’on le fait ! «
» ( … ) bien sur il est dangereux pour l’Occident ( Hassan El Banna ). ( … ) ils ont fêté sa mort … ici en Europe toutes les églises ont fait sonné leurs cloches. Mais l’Imam El Banna était très intelligent, il ne se manifestait pas, il procédait étape par étape … [ .. ] C’était trop tard pour eux [ … ] Il a laissé des générations qui se sont infiltrés dans les sociétés. ( … ) Bien sûr c’est un danger ! «
Donc:
1) vous vous permettez de stigmatiser les origines juives d'un être humain ( on demande à voir concernant Mustapha Kemal...)
2)vous persistez à affirmer que Daesh n'a aucun droit à agir en tant qu'état alors que par ailleurs vous consacrez la notion de non frontières ( donc de non états) aux pays musulmans? est-ce bien logique frère Tareq?

 


Le point: Certains musulmans veulent vivre en France selon les règles de la charia. Est-ce indispensable pour assurer son salut ?
Tareq Oubrou: Entendons-nous d'abord sur ce qu'est la charia. Là encore, on entend tout et n'importe quoi. Fondamentalement, l'islam n'est pas une religion de la loi.


Critique: Vraiment, frère Tareq? Dans ce cas pourquoi disiez vous lors d'une conférence publique que l'islam doit être un " Islam global qui touche à tous les domaines de la vie. C’est une organisation, c’est un ordre des choses qui touchent à tous les phénomènes et les champs de la vie."
Si vous me permettez cette explication de texte avec tout le respect du à un grand esprit tel que le vôtre, une organisation qui touche tous les champs de la vie, cela s'appelle la Loi. Et l'islam est une religion de la loi, ou alors vous n'y avez rien compris.
Bref, une fois encore, une fois de plus, une fois de trop, derrière les phrases alambiquées se cache une pseudo science, une logique argumentaire primitive et sommaire dont les prémisses défient les fondements basiques de la rigueur de la pensée et pour tout dire, une propension pathologique à accuser autrui de votre propre manie à extraire des phrases de leur contexte et leur faire dire ce qui peut apaiser les craintes justifiées de populations qui, ne vous en déplaise, ne sont pas du tout disposées à considérer l'islam comme une religion de paix et de tolérance. Et les faits historiques antiques, anciens ou récents ne peuvent hélas que nous en donner raison.

publié par Russalka
commenter cet article

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook