L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 05:47


En ces temps-là dans mon  Pays Cheyenne tout  n'était qu'harmonie. Les Dieux créateurs du Monde se reposaient de leurs efforts, assez contents d’eux ma foi,  et faisaient chaque soir la fête au bord de l'étang. Les repas étaient somptuaires, à en éclater la panse, si abondants en fruits et mets délicats qu’ils jetaient leurs restes de caribou à Grenouille qui en retour, chantait...


Elle se sentait un peu gênée de ne faire que chanter, elle aurait voulu remercier les Dieux de leurs largesses d’une façon plus éclatante. Il lui revint alors un vieux ragot selon lequel les Dieux à force de se gaver avaient beaucoup grossi du ventre et maigri de la pensée. Toute nouveauté leur était régal et stimulation à leur paresse.
Et si elle leur offrait un cadeau jamais vu nulle part ?

Elle sautilla hors de la mare, s’en alla clopinant dans la forêt et se posta sous un vieil arbre.

-Bouleau, j’ai besoin de ta peau !
-Mais je ne veux pas, moi, décampe !
-J’ai besoin de ta peau tout de suite tout de suite.
-Sauve-toi vite sinon je vais agiter mes branches, provoquer une tempête et l’orage va tomber sur ta pauvre tête verte.

Grenouille s’accrocha au tronc du bout de ses pattes un peu collantes, arracha l'écorce du bouleau, et se sauva très vite. Bouleau était immensément   fâché de ces blessures qu’il n’avait pas cherchées,  d’ailleurs il en reste traces noires de colère et blanches d’indignation.

Elle fit sécher au vent qui venait de la mer les morceaux de l'arbre
Les enveloppa dans des feuilles
Et demanda à l’aigle des montagnes de les porter  chez les Dieux afin de farcir leurs calumets. Il faut vous dire que les Dieux avaient fabriqué un peu au hasard de grandes pipes de bois et ne savaient plus trop à quoi cela pouvait bien servir.

Mais ils étaient usés de leurs veillées et plusieurs soirs durant ne revinrent pas à l’étang.
Grenouille qui attendait  remerciement chanta le plus fort possible pour les réveiller, mais sa voix  fatiguait. Comment porter une voix au-dessus des canyons et des rivières quand on est si petite?

Alors elle retourna à la forêt, arracha l’écorce d’un autre arbre - ce qui provoqua la colère noire et l’indignation blanche de tous les bouleaux à tout jamais -  puis demanda à l’aigle de porter un nouveau paquet  aux Dieux.

Pendant que l’aigle se préparait, elle se glissa dans le paquet.

Mais l’écorce de bouleau avait de la mémoire et peut-être même un peu de rancune…
Elle se fit poussière, si petite si petite et rampa dans le nez de Grenouille.
Et que se passa-t-il
En plein vol, je vous le donne en mille
Et même en cent si vous voulez 
La grenouille éternua tout au fond du paquet.

L’aigle avait bien senti le paquet plus pesant que la fois précédente. Il vit avec effroi la Grenouille s’échapper par une ouverture et tomber vers le sol où elle allait inévitablement se fracasser.

Bouleau-Très-Faché  suivit des feuilles  sa chute.

D’une branche fourchue la retint par les pattes.

Plus elle tirait pour se dégager, plus il tirait aussi et plus les pattes s’allongeaient.

Grenouille était très très vexée. D’une vexation aussi longue que ses pattes.

Les Dieux, pour lesquels ces choses là n’ont que peu d’importance, lui dirent pour la consoler qu’elle deviendrait une merveilleuse sauteuse grâce à ces pattes.

Mais depuis Grenouille a honte et ne sort de l’étang que le soir.
 
Bouleau est très content.


Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Les naissances du Monde
commenter cet article

commentaires

corinne 19/04/2012 08:48


Cette petite histoire est bien mignonne et je ne manquerai pas de la conter à mes p'tits lutins le soir venu... Bises Viviane

Russalka 20/04/2012 09:52



 


Contente que tu l'apprécies, Corinne, je n'ai plus d'énergie que pour mon jardin, la maison, les enfants, écrire me
pèse chaque jour davantage étant donné la laideur de ce monde et la lâcheté de certains d emes contemporains face aux tragédies sociétales qui s'annoncent qu'ils refusent de regarder en face. Il
vaut mieux aujourd'hui en france être le bourreau que celui qui les dénonce... Bises!



Lucie Trellu 06/04/2009 09:23

J'aime beaucoup cette histoire, elle me rappelle les "Histoires comme ça" de Rudyard Kipling. Si jamais mon lutin me demande pourquoi les grenouilles ont de longues pattes ou les bouleaux ont une écorce comme ça, maintenant, je sais quoi répondre !

Russalka 06/04/2009 14:13



Les contes sssrvernt toujours à savoir quoi répondre aux enfants, c'est pour cette seule fin qu'ils existent
que els enfants soient petits... ou grands ;o) Merci Lucie et à demain si internet veut bien continuer d e marcher



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook