L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 12:59





    Un jour

Il est sorti

a laissé dans son dos la vase encore tiède les petits remous d'ocre jaune les débuts de cailloux
homme machine homme résumé homme
noué
aux si fragiles musiques des sphères
tu rêves tu rêves
comme ils tournent tes rêves
sous l’eau de tes paupières

    Parfois

tu cantiques
des lèvres te soûlant de vie
et tu viens caresser de prières les creux de l'amant
mais ta peau
un envers un endroit
peut-être que ta peau te cache la vérité peut-être que ta peau t'a jeté à la rue
aurais-tu oublié ton passé de poisson
quelle somptueuse mort de perdre ses écailles et trahir l’océan
quelle somptueuse mort d'aller vers le sommet des classifications en ignorant les gouffres

    Souvent

la grâce te vient des gestes ralentis

des gestes posés jusqu'au bout d'eux mêmes sans impatience
c’est la fatigue qui resserre vers soi
tu ne vas  pas tarder à retomber au fond
sur ton meilleur profil
retrouver ton corset impossible aux frémissements de nacre
l'éternité de l'intant que seule connait la carpe
immobile sur sa planche à découper
tu fais ba ba des bulles silencieuses c’est là qu’on parle vraiment
dans l’épuisement

Toujours

tu te regardes dans le miroir complaisant que te tendent les autres et tu cries je je je mais ce mot il ne t’appartient pas

ce mot interchangeable dans quel angle de ta maison se trouve-t-il
vraiment
crois tu que chacune des cellules que ta peau laisse éparse
chaque souvenir
chaque pensée
chacun de tes actes
puisse prétendre au je
va
écoute avec tes pieds
la pointe de tes cheveux tes ongles te survivront
ce sont eux le vrai Je

    Souvent

tu crois savoir et même te comprendre

et tu oses t'essayer à comprendre les autres !
comprends tu seulement cet air que tu respires
qui remplit tes poumons et ne fait que passer?

    Parfois

tu sens - et ça fait mal à tes ourlets - que tu n’es rien qu’un pli

ou
une défection

   Un jour

dans une sorte de magnifique vertige

tu entendras ce qui n’a pas de nom en toi
la chair l'âme la conscience
unes
éveillées



Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

commentaires

Marianne 17/04/2009 20:17

j'arrive de chez Roméo et Juliette (http://romeojuliette.blog.lemonde.fr/)encore très émue, pour te lire dans un texte tout aussi profond qu'eux. Ce soir, j'ai l'impression que le langage des bloggeurs veut me parler de l'essence de la vie. Il se trouve qu'en plus mon corps s'est senti éprouvé ces jours-ci...De fait, devenir poisson dans l'eau...

Russalka 18/04/2009 08:45


Ce que tu dis m'atteint douloureusement, je t'envoie un mail
...
je n"ai pas osé laisser de comm sur le blog dont tu me donnes le lien, mais ai été aussi bouleversée
parfois on a envie de retrouver la soupe originelle
c'est un sentiment qui me tient... actuellement.
merci Marianne de ce double partage


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook