L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 11:32

 


herbes.jpg


Le vent est parpillé
De mille feuilles rousses
Aux sables grapillées

Le vent est berlué
De pourpres arabesques
Envolées aux nuées

Le vent est chymosé
Des questions d’eaudoucie
Que lui pose la pluie

Le vent est corchuré
Par une idée du presque
Au ciel écrituré

Le vent écart quillé
Où donc est il lustré
Cet importainvisible?


L'Eté de Vivaldi


Toile de Jenne Magafan


Partager cet article
Repost0

commentaires

M

C'est tétonnant, je l'avais point vu cestuy-là !
Le vent épars pillé
Par les bourrasques
Le vent et boue riffés
Par la pluie battante
Le vent Héra diqué
Par l'ouragan dans l'oeil
Du cyclone endormi
Le vent les yeux au ciel
Et suppliant Éole de le laisser
En paix, "le vent écart quillé" (j'adore !)

Le vent équimoléculaire ( et qui mole et cul l'air)
Qui glisse sur la surface ridée de l'eau céans...
Le vent du large.


Répondre
R

Ce matin le ciel est blouissé de neige
et chats faut  les chercher
tout à faux lait qu'ils sont  ;o))

j'adore ton retour tout en jeux de mots
et qui pourtant ne perd pas le Nord
ni les noms du vent
qui aime à scier la même pâle rengaine
de flots qu'on prend
comme un enfant...

Il y en aurait des poèmes entiers à écrire en jouant ainsi
tiens, je vais m'y remettre
merci à toi d'avoir ré-initié
je suis É merveillée ;o)
bisous


L
excellent, ce côté ludique que j'aime et au-delà, le tout
Répondre
R
merci Laniapour vousje ne crois pas aux mythes mais aux papillonsje ne crois pas aux dieux mais à Gréableje ne crois pas aux range! mais adore(sourire)j'adore jouer avec les mots...
M
J'avais beaucoup aimé ce texte quand tu l'avais mis en ligne il y a quelques mois (?)et je le redécouvre avec grand plaisir.Il me rappelle Verhaeren, bien que les styles d'écriture soient différents.
Je retrouve aussi avec plaisir l'image que tu m'avais offerte...
Bisous Viviane
Répondre
R
Tu ne peux savoir Mimi à quel point cela me fait plaisir que tu te souviennes de ce poème et de ce tableau que j"adorepour la détresse que l'on sent dans les herbes sauvagespour le vent que l'on devine puisant ses forces dans je ne sais quel sangmille bisous
A
belle toile, mots auvents , épars, pillés
Répondre
R
merci Alain, c'est super gentil!!
N
Toujours la poésie des mots avec lesquels tu joues avec grâce .Bisous Nicole
Répondre
R
merci Nicole, cela me fait très plaisir de te lire, je pourrais en dire autant de la dernière jolie photo de fleur ou de petite fille (sourire) que tes vacances se passent bienaucune nouvelle de Martine? j'irai voir ce soir sur son blog.

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook