L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 08:47

 


 

 A elle...



Quand je te téléphone parce qu’un chagrin à conter se trouve au bord des lèvres
qu’il te suffirait d’écouter pour que de friches il se mue en jardin
et qu’en reposant l’appareil je m’aperçois que c’est moi qui t’ai écouté

en respectant les courbes de ton paysage
je comprends mieux pourquoi j’ai choisi l’écriture et ses pays perdus
je comprends mieux pourquoi les inconnus croisés me parlent spontanément
et pourquoi mon chemin d'
écoute des mourants

Dans cet espace-là
il n'y a pas de demain et surtout pas d'hier
rien qui vienne souiller la rencontre
c’est si loin de la nuit

Peut-être devrais-je une fois pour toutes accepter que ce monde est fait
de mourants et de morts

Peut-
être devrais-je une fois pour toutes accepter que ce monde est fait
de ceux qui parlent à chaque fois plus haut pour intimer silence
et de ceux qui
ravalant leurs larmes
posent sur un bout de papier tous les mots empêchés


Quand je te téléphone parce qu’un chagrin à conter
une joie
un chemin
se trouve au bord des lèvres
si tu savais à quel point il te suffirait de l’entendre
pour que de friches il se mue en jardin
et me touche l'été





Arabesque de Schumann



     

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

Bernard 16/07/2007 19:44

Jolie voix. Triste histoire que l'on entend derrière les mots.

Russalka 24/07/2007 09:18

Oui, Bernard...

Daniel Pennac 15/07/2007 22:55

Entendons-nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c'est l'amour avec un grand A que je vous offre : tout l'amour du monde !

Russalka 16/07/2007 14:33

(sourire) je prends cela comme un bien joli cadeau et un hommage à mon tout petit mètre 56;o)) Merci Daniel!

mireille 15/07/2007 21:43

"Pour que de friches il se mue en jardin"... Oui, il est des jours où la Terre n'apparaît plus que comme vaste friche, alors qu'il suffirait de si peu pour faire émerger sources et jardins. Tu sais si bien dire ces mouvements ténus du coeur, si quotidiennement présents...
Ceci dit, ce qui n'était que pis aller ou compensation, au départ, c'est-à dire l'écriture, eh bien ma foi elle s'est taillé la part du lion et c'est tant mieux!Au moins, elle, on peut la retrouver quand on veut!

Russalka 16/07/2007 14:34

Merci Mimi de ce joli commentairequi touche aussi bien l'amoureuse de la Terre que celle des mouvements du coeurj'en reste là. vacances bien méritéesBisous...

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook