L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 18:39




Ce matin là, passant par des chemins qui ne vont pas vite, nous  laissons derrière nous la rondeur des vieilles montagnes. Ces lieux nous parlent d'un lieu avant notre naissance, où le regard, navigateur à l'infini se perd et se dilate dans les nuances de vert, tissu vivant si (é)mouvant que nous ne pouvons nous empêcher de marquer une pause à chaque virage. Nous nous sentons à la fois comme en territoire interdit et si profondément familier...


Les pompons des arbres, les parfums qui remontent de ces vallées, les nuances si vives des fleurs sauvages sur les pentes alors même que l'éclairage du ciel est au gris, le gémissement du vent d'altitude, tout nous donne envie d'un séjour pour toujours au coeur de ces montagnes.
Leurs flancs, couverts de tant d'espèces de fleurs et d'arbres dont la fréquentation étage par étage nous permettra très vite de nous repérer, ouvrent tous les girons de la mémoire enfouie, suscitent la rêverie sans fin mais aussi des apprentissages révolus. Nous saurons par exemple que lorsque nous rencontrerons une certaine espèce de sureau, cela signifie que nous nous trouvons à 900 mêtres au-dessus du niveau de la mer.

Le Brioudais que nous allons traverser lentement est une région encore très imprégnée d'histoire et les paysages y sont fort différents, cousus de champs de petite taille formant un tapis très colorés et doux au regard. Ce paysage déchiffre en nous le temps de la besogne, mais une besogne fantaisiste, inventive, qui respecte le modelé du socle et accepte jubilant la coiffe d'ombre dansante que lui versent les nuages:




La rencontre avec la basilique de Saint Julien de Brioude est un enchantement


Un peu d'histoire...
C'est sans doute vers l'an 300 de notre ère que la communauté païenne de Benigna Briva s'est rassemblée autour de la tombe de Saint Julien, soldat Romain décapité par la garnison locale pour avoir osé affirmer sa foi. La légende raconte que les deux vieillards qui le mirent au tombeau retrouvèrent une virilité inattendue... cela va précipiter les conversions. A quoi tiennent les croyances...

Vers la fin du quatrième siècle, c'est une riche espagnole venue implorer la libération de son époux retenu prisonnier à Trèves qui, voyant son voeu exaucé, y fera construire la première chapelle dédiée au saint homme.

La suite est oeuvre commune étalée sur des siècles, des habitants de la ville, du duc Wisigoth Victorius, de généreux donateurs de l'époque carolingienne. Au XIème siècle elle est achevée.

Elle est la plus vaste église romane d'Auvergne. Etape importante sur le chemin de Compostelle, ses couleurs, la richesse de la décoration intérieure, son architecture toute en légèreté, l'originalité du sol de la nef tout fait de galets



La beauté des couleurs des colonnes et des fresques nous fascinent, elles sont à la fois vives et douces, patinées par le temps, lépreuses par endroits, nous invitant à voyager en de multiples dimensions autour de leurs frises, le grain de la pierre ou le temps qui se détache en copeaux:





































en font un des joyaux de l'architecture Romane.


Le plus caractérisque étant la quantité incroyables de chapitaux (ils se comptent par centaines) et figurent parmi les plus beaux de toute la chrétienté, illustrant tour à tour des scènes de la mythologie antique (le Minotaure, Hermes) des animaux ou personnages fantastiques ou des scènes de la vie de tous les jours. Seuls trois d'entre eux relatent la vie de Jésus. Ici un lieu virtuel d'une richesse incroyable en photographies vous permettra de mieux en apprécier l'extrême variété.

Nous repartons conquis, les yeux pleins de couleurs et, ô bonheur, une halte comme nous aimons en faire, alternant visite du patrimoine architectural et flaneries dans les chemins et les fossés, nous fait rencontrer pour la première fois de notre vie la scabieuse blanche, une de nos fleurs préférées mais dans une tonalité que nous ne connaissions pas.

Je vous l'offre, elle est toute simple, d'un blanc ivoire très pur...



Après un pique nique tranquille dans un très vieux village de trois maisons au plus, au bord d'une rivière sous des frondaisons sages, nous repartons .




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook