L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 00:25

Alberto Burri, peintre de la société de consommation

 
 
Alberto Burri ( 1915-1995 ) peint la société de consommation. Il réalise des collages vers 1950 avec des matériaux fragmentaires et dégradés : bois, chiffon, papiers calcinés, toiles à sac. Il est fasciné par les débris et l'acte de briser. La mort, la pollution, les affrontements guerriers sont présents dans son œuvre et toujours sous-jacent le désir de l'esprit humain de mettre de l'ordre dans les choses et de ne pas se laisser aller au chaos.

Quelques oeuvres qui montrent l'évolution de cet artiste qui appartenait au courant de "l'art pauvre", multifacettes et en phase avec la société.
On retrouve dans les oeuvres une surface qui s'écaille, laissant entrevoir des fractures ou des trous angoissants, et dans le dernier tableau, comme une étude anatomique très... sanglante.




Tout ne me parle pas chez cet artiste là. En particulier son tableau rouge( 16) me fait reculer, je trouve la numéro 7 limite obscène.
Son collage avec toile de jute et un grand trou noir (15)  me laisse complètement indifférente.
Ses toiles révèlent cependant une indéniable maîtrise de la technique.
La quatrième toile en particulier est très intéressante de mon humble point de vue d'amatrice d'art contemporain pour ses textures, nuances, effets de lumières.
J'ai été très sensible à ses sculptures et plus précisément la sculpture verticale (11) qui m'évoque une carapace de tortue ainsi que sa toile en métal( 14).
Je trouve là indépendamment des matériaux une recherche d'harmonie des formes, des couleurs, une mise en valeur d'un objet de tous les jours ( tôle rouillée) qui est très réussie

Le travail de recherche perçu derrière chaque oeuvre - donc l'homme qui remet cent fois sur le métier son ouvrage - sa fascination pour la face obscure de l'être et une vraie amitié pour le matériau utilisé sont ici tellement présents que cela me rend curieuse de l'artiste et son travail.

J'ai préféré ne pas indiquer de titres.
Chacun donnera les siens.





par Viviane Lamarlère publié dans : Détente
ajouter un commentaire

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Peintres et sculpteurs
commenter cet article

commentaires

clementine 23/03/2008 00:22

les oiseaux apportent des messages et j'écris des lettres et j'ajoute les oiseaux pour qu'ils emportent les messages ! lol clémentine

Russalka 24/03/2008 11:29


Et tu fais bien car à chaque lettre il nait une lumière nouvelle
étonnante
prenante comme l'aile d'un oiseau


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook