L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 13:33

... en réclamant toute votre indulgence ( sourire)


Tableau noir au ciel
leçons bleues évaporées
l'âcre est sur la tête











Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Le haïku suscite des échanges : voilà qui est fort bien !demi lunevoilée de brume froide ~un train passe au loinSite "haïkus au fil des jours" : http://pageperso.aol.fr/damiengabriels/damien-haikus.html
Répondre
R
C'est sympa ce lien Damien, mille merci, le haïku n'est pas trop mon style mais qui sait, justement, pour apprendre à élaguer (sourire)
M
Tableau noir au ciel
leçons bleues évaporées
l'âcre est sur la tête

Les nuages ont vu
la trace du savoir nu
Ô maître savant

Je te propose une scène vécue hélas dans mon grand jardin :

Sous l'eucalyptus
ma grenouille se tordait
la tondeuse tue

J'en ai vu trois ce jour-là. Celle qui s'est trouvée happée par la lame était notre petite amie des pergolas aux roses et aux clématites, juste derrière les hortensias bleus.
Aïe coup
fatal pour ce
petit batracien !
Répondre
R
Tu sais, j'ai toujours su que tu étais fait pour écrire des haïkus, cela convient à ton esprit aigu et saisissant des réalités de ce monde ceux que tu m'offres me font à la fois plaisir et peine... Car cette grenouille, je l'avais aperçue dans ton jardin. puisje t'offrir de la part de la petite fille qui dormait à Binjerville et Brazza avec des crapauds buffles dans son lit un magnifique crapaud aussi dodu que l'étaient mes copains du soir en Afriqueje les adorais... et puis une grenouille de nos forêts qui attendait sa princesse il y a peu... je viens de refaire dix fois la manip, imopssible, mes photos disparaissent.désolée, je réésaierai demain. Ils ne la remplaceront pas mais lui tiendront compagnie en pensée à ta pauvre reinette... Bisous
L
Et si vous demandiez à Hélène  ! elle en a la maîtrise. Moi je reste humble et laisse mon clavier guider mes doigts sans corset.
Répondre
R
Je crois que je suis humble, un jour j'ai écris cecije suis si souvent encombrée de doutesqu'une poignée de terrenoircit tout mon jardinj'aime beaucoup les haïkus chez les autres mais c'est une recherche qui m'ennuie en fait, qui n'est pas dans ma nature profondeet puis les ateliers et les contraintes, en fait, j'ai tellement donné ( sourire) que j'ai envie désormais de prendre une contrainte et la tordre à mon goût...merci Lutin.
A
Ben non, je viens de compter : la 1e phrase a 6 pieds... Le "e muet" de plantée n'est pas muet puisqu'il est suivi d'une consonne... Je dois travailler encore ;-)))
Répondre
R
je n'avais effectivement pas lu avec cette précision-là, mais tu sais j'ai lu des haïkus de maîtres contemporains (?) qui ne respectent pas forcément ce purisme et donnent cependant de fort belles choses...Sur ce je file chez ma mère et ne sais quand reviendrai. Bisous
A
C'est pas mal !Je m'y suis risquée, moi aussi, à plusieurs reprises. Juste pour le plaisir de brider une pensée un peu trop expansive, vagabonde...Une saison doit y figurer dis-tu... Non, pas une saison, un élément de la nature suffit.Tiens, histoire de rire un peu, en voici un :Plantée d'arbres rouxune colline à gravir,je renais enfin.Je n'ai pas vérifié les pieds ;-)))Bises Viviane amie !
Répondre
R
les pieds sont exacts, ma bellecomme toi (décidément que de ressemblances...)je me lancedans cette forme d'écriture pour un peu ramener tout ce qui débordeet c'est fort difficile, ma foiBisous

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook