L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 15:22
 


b-allen-liquidambar.jpg

D'ici
    j'entendais le chaos des feuilles
        entre les sauts joyeux des chats

Surtout
    cet arbre muet tout près de ma fenêtre
        saillant comme une grotte
que le vent
        terrible chasseur d’ombres
            terrible mangeur de feux

                    pourtant
rentrant son ventre contournait


  

Il portait ses couleurs à bout de sève au mieux des branches
et je me nourrissais du flamboyant orgueil
quand soudain
une détresse s'est nattée autour de moi
qui ne me lâche plus

Au milieu de ces feuilles qui ont le bon goût de tomber
en pleine gloire
traînait la pendaison jaunie
obscène
en parapluie usé chauve souris flétrie
anachrunique
d'une de leurs soeurs



Il y a des jours comme ça...





Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

lutin 13/11/2007 14:37

"ces feuilles qui ont le bon goût de tomberen pleine gloire"nous aimerions laisser de notre image cette couleur flamboyante, choir dans le rayonnement de notre beauté, la vie n'est pas indulgente pour l'humain. Plus tard il faut un esprit bien fait pour effacer les affres du temps et ne se rappeler que de l'être cher en pleine gloire.

Russalka 14/11/2007 09:03

D'un autre côté, un vieux visage empli de voyagesc'est si beau... Nous nous regardons tous vieillir entre amis, conjoint, frères et soeurset ce n''est pas désagréablece qui est terrible est la dépendanceet là, oui, comme tu dis, il faut un esprit bien fait pour passer outre la peine de voir l'être aimé se perdre doucementmerci Lutin.

clementine 12/11/2007 17:39

le ciel paraît immense sans les feuilles des arbres; C'est à cela que me fait penser ton poème.clem

Russalka 13/11/2007 08:58

Merci Clem, c'est vrai que la feuille est une sorte de limite ondulante à l'univers.

Valentine :0056: 12/11/2007 14:54

"Liquidambar", je ne connaissais pas ce mot jusqu'à l'ouverture de "l'autoroute de l'arbre", entre Nemours et La Charité/Loire - que je prends maintenant souvent. Et là, il y a peu d'arrêts-cafétéria, le seul peut-être s'appelle "l'aire du Liquidambar" : ce que j'ai aussitôt interprété comme étant l'aire où, enfin il y a un Bar où l'on trouve un peu de Liquide.Le liquidambar lui-même, comme tous les arbres de cet autooute, est encore si juivénile qu'on ne le décèle pratiquement pas.

Russalka 13/11/2007 08:55

C'est amusant ce que tu dis car il s'en est fallu de peu que j'intitule le poème Liquide en barresmais cela m'aurait obligé à des contorsions pour expliquer le mot barres

Marianne 12/11/2007 14:31

C'est vrai que c'est un arbre majestueux en cette saison avec ses couleurs pourpre à cuivre, surtout lorsqu'il se trouve au pied d'une pièce d'eau, le soleil pour projecteur. C'est sublime !

Russalka 13/11/2007 08:49

Oh oui, sublime est le mot, un arbre de métal rougi, au port si élégant mais sans affectationje les adore...

marc 11/11/2007 19:40

un liquidambar près de ma fenêtre : les couleurs sont extraordinaires à l'automne
et l'écorce est pleine d'humour :-)

Russalka 12/11/2007 08:54

un liquide en bas près de ta fenêtre?mais alorsil coule (sourire)...c'est mon arbre d'automne préféré avec l'érable rouge et le chêne d'Amériqueet tu as raison, son  écorce pleine d'humeur sait fabriquer des parfums

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook