L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 08:00

A la manière de qui vous voudrez...


Ah faudrait-il, passant, que pour vous plaire

J’écrive tant de pieds, tant de phrases et mots,
Que mon vers calibré se couche au fond du pot
Comme un étron séché que va blanchir l’hiver ?

Faudrait-il que pour l’un je ponde un virelai
Un conte à son voisin, une chanson pour l’autre?
Que je tienne comptant du goût de chaque apôtre 
Et vous montre mon dos quand texte vous déplait ?

Vous sierrait-il enfin que je tende badine
Quand, selon vous, n’ayant honoré le contrat
Qui me relie à vous : être telle, câline
Que vous me désirez ( douce voix de castrat)
Ma peau mériterait une tendre fessée ?

Je ne sais
S’il me convient à moi de ronger mon espace
Pour accomplir le vôtre. On veut que je jacasse
Aux couleurs de mes maîtres.
Que je sois à la fois la psyché, la fenêtre.
Jamais n'ai su porter
Ces flambeaux étiolés et veules,
Ces textes qu’on écrit pour flatter ceux qui veulent
Leur friandise prête tel jour à telle heure
Et toujours enrobée
Du papier qui leur va.

Je suis comme cette oie que le printemps gava
En attendant l'automne, ses cuissons de haine
Un beau matin s’est défaite des chaînes
Emportant avec elle un peu de son malheur.

Au doux lointain déjà sous son plumage dense
Et son ventre maigri la saveur d’une danse
Au doux loin tant des jars que de leurs lois sauvages
Un oeuf miraculé dans sa matrice pleine

Un petit mot qui chante, un oison entêté

Liberté





Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans A la manière de...
commenter cet article

commentaires

Martine, la pelerine 25/11/2007 11:57

Un blog doit rester le jardin secret de son auteur... on peut regarder par-dessus la barrière et s'extasier de ce qu'on y trouve mais le jardinier lui a le droit d'y planter ce qu'il veut ! Des radis des laitues des potirons si ça lui chante ou des fleurs ou des fruitiers... Ton blog ma douce Viviane c'est le jardin d'Eden... ne change rien et ne frémit même pas aux vents mauvais !Bises calines

Russalka 25/11/2007 13:38

Oh ce ne sont pas des vents mauvais, peut-être qu'en ce moment je prends mal tout parce que des vilaines pensées qui me poursuivent nuit et jourune personne hargneuse qui envahit chaque fois plus mon existence et ... voilàen tous cas je me suis amusée à écrire cela et suis contente que cela t'ait plu. je vais être unpeu absente car ma mère devient très très dépendante et isoléeje vis entre deux foyers, pas simplemais pense à toi. Bisous Martine et merci

agnès 21/11/2007 09:04

Que j'ai pris plaisir à lire ton poème, Viviane ! Grand plaisir ! Tu dis tout haut ce que je rumine souvent... Une "lectrice" m'avait suggéré quelques changements pour un de mes recueils et du coup, elle voulait co-signer mes textes ! Tu imagines ? Je n'ai fait aucune modification... et depuis le froid menace nos relations.  :-/Plaire aux uns, puis aux autres, c'est cette histoire  " le Meunier, son Fils et l'Âne"...N'écoute pas amie ! Ce que tu écris jaillit, puissant, authentique. Reste l'oison échappé et deviens cygne...Je t'embrasse !

Russalka 21/11/2007 09:15

Tu sais, j'ai en partie détruit Voyages en poésie parce que je recevais des reproches de certains lecteurs qui souhaitaient que je cesse décrire en faisant des jeux de motsalors hier, oui, j'étais en immense colèrecar il faudrait pour les uns que je n'écrive qu'en alexandrins, pour d'autres en vers libres, pour d'autres des vers courts, pour d'autres des haïkus, pour d'autres etc etc...Ras le bol :o( !! Je ne suis pas un écrivain public!!! en tous cas pas assez payée pour faire ce que le lecteur attend de moi que je fasse.Mais ce système des blogs est une sorte de libre service gratuit où chacun veut trouver sa marque préférée dans le conditionnement habituel le résultat est que l'oie risque de s'envoler en des lieux lointains où... plus personne ne l'entendra. Bisous, ma douce! Contente que tu aies trouvé écho (gonflée ta copine...°

valentine :0056: 20/11/2007 20:59

Le Petit Oison entêté !Après une journée de grande morosité, pour beaucoup d'entre nous je suppose, toi la première peut-être, tu nous rends le sourire ! Et j'ai envie de paraphraser :- que je montre mon do quand vous en êtes las (ou là, c'est selon...)....Mais tu sais bien que tu caracoles loin devant tous les imitateurs possibles !

Russalka 20/11/2007 21:05

Contente que cela t'ait fait sourire (sourire)oui, ma journée a été très morosemais demain sera un autre jour, n'est ce pas?Merci Valentine.( et bravo pour la paraphrase musicale et la sportivité (sourire))

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook