L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 08:43

 




picoulet_iris_mai.jpg


Le travail du pastel est probablement l’un des plus difficiles qui soit.

Le bâton de pigment qui donne son  nom à cette technique de dessin et peinture tient son nom à la fois de l'italien pasta, ( les batonnets de couleurs résultent du mélange de craie broyée et de gomme végétale, parfois du lait ou du miel) ainsi que d’une plante de la famille des choux qui pendant des siècles fut utilisée pour teindre les vêtements en bleu « pastel. »
Quoique ne se mélangeant pas les nuances peuvent être superposées, effacées, retouchées.
C’est Léonard de Vinci qui sans doute lui a donné son élan et les grands peintres, quoiqu’il ait connu un relatif désamour à partir du XVIIIème siècle, ne cesseront jamais d’en utiliser les multiples possibilités expressives. Ce qui explique qu'en 1780, on comptait plus de 2500 pastellistes professionnels à Paris.

Les maîtres incontestés de cet art furent Quentin de la Tour, Millet qui superposera dans ses portraits et ses prodigieux paysages l'huile et le pastel, Degas bien sûr qui lui rendit sa place, puis  Manet,  le peintre bordelais Odilon Redon, liste non exhaustive.

Je vous renvoie à l’excellent article de Wikipédia sur le sujet.

Le mien n’est que prétexte à vous présenter une artiste française, Nathalie Picoulet, dont les portraits féminins sont d’une expressivité et d’une profondeur rarement atteinte.
On pourrait s’attendre à ce que le modèle sorte du support sur lequel son visage ou son corps ont été saisis. Quelle luminosité, quelle maîtrise des textures et des grains. Surtout quelle palette subtile dans laquelle les couleurs complémentaires ne s'écrasent jamais.
On croirait cette jeune femme pensive à la bouche encore enfantine, se réveillant d’une nuit dont les rêves ne sont pas encore éteints mais que les draps et le mur lépreux retiennent encore un peu.

Je vous laisse déguster la finesse des coloris, le travail très fouillé des plis du tissu qui dépasse et de fort loin l'exercice obliggé, l’
ovale parfait du visage la rondeur douce des bras et des épaules si féminines. Comme nous sommes loin ici des modèles anorexiques que nous vantent la mode et sa presse attitrée et si proche des portraits orientalistes d’un Géricault

le site personnel de Nathalie Picoulet

Une musique dont la sensualité rêveuse et intense
illustre bien ce tableau

Sonate pour violon et piano  op. 78 de Brahms, 3ème mvt.



 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Peintres et sculpteurs
commenter cet article

commentaires

Binh An 14/08/2010 11:45



J'ai visité le Salon de la Société des Pastellistes de France à Feytiat où Nathalie était Invitée d'honneur, ce qui a
permis de voir les tableaux "en vrai". C'est absolument magnifique. Ses portraits de jeunes femmes en fleurs sont éblouissants. J'ai visité aussi le musée Quentin de la Tour : j'étais ce
jour là visiteur unique, et, me voyant venir de si loin (Shanghai ?, Kyoto ?, Hanoi ?), on a ouvert quelques salles dans le pénombre pour moi. La poudre de pastel, d'origine
minérale, si je comprends bien, est en principe indestructible, mais il semble que les couleurs craignent la lumière vive. Les salles d'expo sont souvent dans le pénombre. La Science protège l'art, que veux-tu!




Russalka 15/08/2010 09:41



Oui, et c'est heureux car j'ai souvenir au musée d'Orsay de quelques pastels un peu abîmés par la lumière dans d'autres musées où ils
n'avaient été protégés. Des pastels d'Odilon Redon si je me souviens bien. J'adore N. Picoulet, quelle sensualité... Bravo pour votre nature passionnée, c'est si rare. Merci beaucoup de cette
lecture.



Merlin le zeteticien 17/02/2008 23:05

Ces pastellistes évoqués par tes liens sont magiques et le violon qui brahms est sublime même si tu as dû tronquer un chouïa.Comme je comprends aussi votre goût pour le violoncelle et le violon : l'un parle au coeur avec son âme ; l'autre pleure avec son coeur. He is carrying his heart in a sling...Je voudrais écouter "live" de la viole de gambe. J'adore !Un autre expert du pastel : J-F Millet. Mais tu le connais bien !Je suis plongé dans Barbey d'Aurevilly jusqu'au cou. Le livre de mon copain Michel (encore un !) est fantastique ! Je t'en parlerai...

Russalka 18/02/2008 09:23

Oui, Merlin et c'est dommage que j'aie dû tronquer mais je  ne voulais ps avoir de soucis avec la sacem( valentine en a eu en d'autres temps et a dû recommencer tous ses MP3!!!!Alors que parfois il s'agissait de la musique de son mari...Mais je peux d'ores et déjà t'annoncer une surprisede la part de Michel qui va te plaire je crois ;o))Le violoncelle en question est mis en boucle dans la maison et quand tu entendras...Nous cherchons un  violoncelle de puis long-temps Michel et moi tant cet instrument nous atteint le coeur.Cet instrument en fond sonore sur les livres de ton ami, cela doit être une saxcrée atmosphère!Bisous à toi, Papycola ;o))

orchis-mauve 17/02/2008 16:45

Merci de nos faire connaître ce travail remarquable, de vie et de finesseBises

Russalka 18/02/2008 09:18

ce qu'elle fait m'intéresse depuis longtemps ainsi que le travail d'autres artistes que je mettrai en lignele problème est que parfois des liens sont morts...Bisous

Pant 17/02/2008 09:24

oui Viviane, la femme dans ces moments de présence hors du temps, laisse jaillir toute sa magie, lorsque le paraitre n'est plus, apparait l'être, et c'est si beau, que les mots m'en tombent souvent, du coeur car la bouche elle bée.j'aime aussi regarder régulièrement un projet photo sur le nu, assez magique aussi, je te mets le lienhttp://thenuproject.com/main.shtmldéjà la musique devrait te plaire ;) et apres clique sur galleryil y a des moments comme ça, magie du silence, beauté de l'instant et Matt Blum l'a saisi. J'aime cet homme et son regard, il aime les femmes, il aime l'être.

Russalka 18/02/2008 09:17

je suis allée sur le site dont tu me parles et suis restée éblouie; Que de tendresse pour la Femme dans ces photos ou même la vieillesse, le décharnementla cellulite, les seins qui tombenttout ce que notre société de l'image et du jeunisme combattentsont d'une beauté et d'une sensualité extrêmela musique est superbe, en accord avec cette religion de l'autre qui a présidé aux photosmerci du lien cadeau!

fab 17/02/2008 09:12

absolument divin!big bisous

Russalka 18/02/2008 09:15

Merci Fabienne, c'est sympa ;o))

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook