L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 09:50



Le train comme d'autres s'envolent
chanson du rail parcours créole aux ressorts amortis
mes collines aussi
dont le temps a éteint les fièvres animolles.

S’ asseoir dans le sens contraire  de la marche
on n'y découvre le paysage que pour la raison qu’il s’enfuit
et c’est cette fuite même qui rend inoubliable le rapprochement fugace
de notre être rôdeur et des terres traquées

La moitié du trajet est un fleuve de brume

C'est alors que rêvant yeux ouverts
se pose sur la vitre
l’impalpable
l’inespérée
transparence
habitée

d’autres transparences
que la lumière dense

Naissance. Acmé du voyage où j’oublie que
la solitude
c’est le reflet de soi auquel on se raccroche
dans la vitre du train
pour dire adieu
au quai

La brume a laissé place à ces corps de pierre ou de bois
que toute traversée blesse sans le vouloir.

Défilent des chemins sans bruit d’ herbe marchée
qui se laissent flétrir dans un pâle soleil
et je contemple triste la traîne sombre
de leurs peurs et leurs joies subitement fauchées

Villages, maisons isolées, châteaux viticoles, forêts, immondices

Ce que le regard dérobe au voyage
devra rester soigneusement inutile
panier d'impressions fugitives en brins d'osiers farouches
et farouchement ignorants les uns des autres

Plus on approche l'estuaire de la Gironde
plus le soleil insiste et cogne sur la vitre
et monte dans mon coeur un goût de fenaisons à jamais suspendues
parfum de joue tiédie dans l'éternel été

Je ne sais pas sortir de cette hébétude
que rompent si aisément les autres voyageurs

Sur le quai ils déroulent  leurs pas en carnet
décoctions du bitume
où vont-ils si pressés ?












 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 22/01/2012 11:08


Non, je ne connais pas Via Crucis. Ou je n'en ai pas souvenir. Profite bien de ta Sahrouette !

Russalka 24/01/2012 09:04



 


C'est une oeuvre majestueuse, très sombre, très moderne dans ses harmonies et sa nudité... Sarouette est à Bordeaux
avec son papa pour sa formation en hypnose ( elle aussi) et je reçois le formateur, adorable de gentillesse. Bises et à tout de suite!



Miche 21/01/2012 02:56


... hé bien, pas fâchée que tu ne puisses rompre avec cette "hébétude"


Que le voyage dure encore un peu, avant d'avancer sur ce quai


Douceur de l'instant.


 

Russalka 22/01/2012 10:12



 


Il est vrai que cet état de sommeil éveillé est... un délice ;o)) Mille merci Miche de ta lecture empathique et à
lundi le plaisir d'aller te lire, là j'attends ma grande fille et file en cuisine!



Valentine :0056: 20/01/2012 23:07


J'ajoute quelque chose en finissant d'écouter Liszt : on est impressionné par sa nature fougueuse ; mais quel contemplatif ! Il est étonnant de voir combien de pièces d'une grande virtuosité il a
achevées en ramenant le son à quelques notes au milieu du clavier, calmes et retenues, en forme de choral... comme s'il prenait du recul, et revenait à sa méditation...

Russalka 22/01/2012 10:22



 


Tu as tout à fait raison, il suffit découter la cadence finale du rêve d'amour si célèbre, le n° 3, où il diffère sans
cesse la conclusion, se ( nous) nourrissant de chaque succession d'accords sur un tempo très lent. On méconnait l'influence de sa nature mystique sur l'oeuvre de Liszt pour ne retenir que la
brillance quand, comme tu le fais si judicieusement remarquer, le contemplatif est bien plus intéressant et émouvant surtout... Connais tu Via crucis? Un  chef-d'oeuvre. Bisous et à
lundi!



Valentine :0056: 20/01/2012 23:02


  .... Et "Un Sospiro" ! Elle le joue vraiment très bien, cette dame... On est touché par ce son de piano si proche, si direct comme si on était dans le salon à côté d'elle. J'avoue que j'écoute cela
vraiment plus volontiers que les classiques...

Russalka 22/01/2012 10:19



 


J'aime assez cette interprétation, même si le piano romantique n'est pas trop ma tasse de thé ( hors Brahms et
Schubert) je préfère Bach... Oui, c'est agréable d'imaginer que le pianiste est là tout proche...



Valentine :0056: 20/01/2012 22:58


Quelle belle évocation d'un trajet en train (de chez toi à Bordeaux j'imagine ?) ! J'étais tentée de relever des expressions partout, finalement il y en
avait trop, tout est beau, tout est vrai, tout est émouvant, sensible au coeur. (Oui : les rails "créoles" m'ont bien plu ; mais aussi la transparence "habitée" des vitres !...)

Russalka 22/01/2012 10:18



 


Un vieux vieux poème écrit du temps où j'allais encore assez souvent à la " grande ville " ;o))) désormais, si je m'y
rends une fois par an, c'est bien le maximum tant mon jardin me plait et suffit à mon bonheur... Bisous et encore merci et à lundi !



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook