L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 10:00



Au passage le temps

    goutte à goutte sans escale sans bruit
        me caresse la joue les soirs d’incubaison
    au passage le temps
        ses mots en éventail sur le pourtour des yeux
la peau qui transparence à débusquer le je
       

Etre un grand arbre blanc
        sur la route immobile épluchée par le vent
    attendre jusqu’à mille

Au passage le temps
    de plus en plus souvent un poids neuf inconnu
énigme tous mes gestes


    Entre deux huis
furtives
        les choses d'autrefois
       il reste quelques taches
l’imprononcé de l’être

Elle rêve un chemin qui s’ouvrirait tout seul
        une improvisation taillée crue dans le vert
  ou se perdre à plaisir
        des portes tout du long
trois dièzes à la clef pour s'envoler au vent
  

Sur le visage nu
emportées par la brise
des voix lui parlent sans urgence
au lointain
le jour
puis


Toulenne, 11 avril 2005


Andante Lirico de Jean Sibélius


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/Sibelius.mp3&






Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

aimela 12/09/2008 14:01

Magnifique poème Viviane , on ne peut pas rester insensible devant ces jolis mots. Bises

Russalka 13/09/2008 18:14


Mille merci Aimela, c'est adorable ;o)


Vanina 11/09/2008 23:16

En lisant tes mots, dont j'aime le rythme et la sonorité, cela me conforte dans l'idée que c'est nous qui traversons le temps...SourireVanina

Russalka 12/09/2008 10:07


Puisse cela durer, ma douce Vanina (sourire)
Bisous


marlou 11/09/2008 14:07

Encore une fois tu nous gâtes...Puis-je t'en remercier avec ce  modeste cadeau sur mon blog ?

Russalka 11/09/2008 15:24


Merci Marlou, c'est gentil, j'ai fait suivre la chaîne (sourire)


Luc 09/09/2008 17:29

C'est très beauJ'ai été particulièrement sensible à ce "attendre jusqu'à mille"qui vient à l'instant précis où l'on ressent la présence enfantine qui court partout autour et dans ce poème.quand à l'extinction du souffle.Merci Viviane de poursuivre ton oeuvre.

Russalka 11/09/2008 15:29



...

Il n'y a pas d'oeuvre ici
juste quelques traces
à travailler et travailler encore
Merci



Joubert 09/09/2008 16:11

J'aime beaucoup le balancement entre celle qui parle son attente et celle qui s'écoute tentant de comprendre ce qui en elle a vieilli.Et cette fin ouverte. ( Le livre est parti. )AmitiésJoubert

Russalka 09/09/2008 18:47



Merci Joubert
je le lirai avec infinment de plaisir



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook