L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 07:22






Souvent le soir, lorsque sont achevés les travaux du jardin et ceux de la maison, je m'assieds au début de notre pré. Et je rêve.
Les journées sont encore assez belles et longues pour permettre ces pauses sans orgueil qui distinguent le commun des hommes des rois et des puissants.

Et il me revient des images de mon enfance à Jautan. En particulier ce que nous appelions les quartiers du Grand-père: les dépendances.



Le sol de terre battue, noire, enfoncée de trous.

L’eau remontait la nuit, dessinant des archipels qu’entourait un réseau complexe de petites buttes glissantes. Cela ne manquait pas de m'évoquer en sombre les œuvres de crochet de ma grand-mère, les mailles traversées de jours, inégales, flottantes.


J'y passais des heures, à l'instar du grenier. Pourquoi cette curiosité pour une pièce de silence, dont la blancheur des murs chaulés ne se laissait prendre qu’avec prudence, comme on regarde les étoiles, un peu à côté d’elles ? D’abord cette porte sans battant, plus basse que toutes les autres, ouverte à tous vents dont jaillissait au soir un parfum de moisissure et de rouille.

L’ombre. Ses seuls guides y  étaient les ventres défaits de vieilles barriques et d’un pressoir.
Contre un mur, les outils.
Adossés sans faiblesse, dans le même ordre invariable, comme si la main qui les usait  avait depuis toujours pensé ses taches quotidiennes selon une logique que rien ne changerait plus. Cela m’apaisait et m’angoissait à la fois. La paix parce que cet ordre impavide et humble. L’angoisse parce que l’inéluctable déroulement des jours et des saisons était inscrit dans ce rangement qu'aucune distraction ou fatigue ne venait altérer.

Je m’approchais d’eux avec cette inclinaison de la nuque que toute enfant modeste doit à de vieilles personnes. Et si l’un d’eux s’était mis à parler, je n’en aurais pas été étonnée, mieux, je l’espérais.

D’abord laisser la main glisser sur les manches de bois qui n’étaient d’usine mais d’artisanat, du bois dont on lisait les nœuds et les bourgeons interrompus en pleine sève, du bois aux tourments de visage, du bois ciré par la sueur. Certains étaient sombres, d’autres d’une belle lumière où se discernait mieux la plante d’origine. Tous étaient à la fois tords et droits et tout vibrants d'une âme.


Je les prenais un par un, cherchant dans ma mauvaise mémoire scientifique des nombres et des tables de conversions:  comment convertir le châtaigner ou l’acacia en masse et en dynamique?  Certains pesaient fort lourds et c’est alors que je  m'accroupissais, caressant ce qui me semblait homme, regardant derrière moi qu’on ne me surprît point.

Je me sentais indécente, en un univers déjà friand d'information à distance, d’aimer à ce point là
ce monde étonnamment beau et lent de l'outil.

Non pas la machine dont la taille dépassait la mienne ou la complexité me mettrait en défaut. Mais ce prolongement du corps qui fait de l'être humain ce qu'il est et jamais ne l'aliène. Cet objet au nom doux que l'on honore et use et qui rend corps savant.



J'étais fascinée et le suis encore par les outils de jardin.
Le lien qu'ils créent entre celui qui les tient et le monde à fleurir.
Ce qui à jamais les sépare des armes et des machines.
L'hommage qu'ils savent rendre à la station debout. A la main merveilleuse.
A l'attente des jours.
A la maison qu'on aime, à ceux qui s'y reposent.

Je pense alors à ce monde qui ne sait plus les champs
les prières silencieuses aux germes du soleil
et à ce privilège de pouvoir contempler la terre que l'on remue
d'entendre dans mon dos les rires de nos voisins
ou bien les jeux des chats.

La Vie vraie devant moi
dans ces reliefs qui saillent, hésitent puis se perdent...




dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/01YumejisTheme1.mp3&





Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

Mony 22/10/2011 20:09



Le toucher, l'odorat nous ramènent si vite vers l'enfance. Tes souvenirs se mêlent aux miens et c'est bon comme un pain chaud et croquant.



Russalka 25/10/2011 12:16



 


Merci Mony, mon jardin est un sauvetage entre soucis familiaux et fatigue liée à maladie récidivante. Il fait beau ce
jour quoique frais, je vais aller passer du temps tranquille avant l'arrivée de mon petit fils ( cela revient vite chaque semaine, le amrdi et mercredi puis du vendredi au dimanche, je ne dispose
que de deux jours pour me poser et... j'avoue être usée depuis six mois à ce rythme!



Marc 22/10/2011 09:54



Bravo pour ce beau texte très émouvant...



Russalka 25/10/2011 12:11



 


Merci Marc, le jardin me sauve actuellement...



martine, la pèlerine 24/08/2009 14:07

une autre plongée nostalgique dans les souvenirs d'enfance... qui résonnent en écho contre nos propres souvenirs...ce que j'aime le plus dans ton évocation, c'est que tu restitues si bien des détails que d'autres n'auraient pas retenus, ce qui dénote chez toi un très grand sens de l'observation.

Russalka 25/08/2009 12:00


ma mémoire est presque celle du petit éléphant avec lequel j'ai grandi (sourire)
ces impressions sont encore vives dans ma mémoire
parfois elles font mal...
d'autres fois me réjouissent
c'est le cas ici
contente qu'elles t'aient parlé.


Bernard 20/08/2009 21:18

beaucoup de nostalgie.Bien à toi !

Russalka 21/08/2009 15:28


Merci Bernard et @ plus tard ;o))


bûchette 20/08/2009 17:05

Joli retour dans le passé. J'ai l'impression d'écouter plus que lire un conte tant la musicalité des mots choisis sonne juste et nous invite à contempler cette mémoire intime pleine d'images et de lenteur.A bientôt 

Russalka 21/08/2009 15:27


C'est super gentil Buchette
ma mémoire est très longue, c'est plein de richesses et de déboires aussi (sourire)
mais il faut faire avec
ces souvenirs là sont encore doux à caresser. A demain le plaisir de te lire chez toi


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook