L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 08:56





Ma haine est de l'Amour sans exagérer



La haine
    ta locataire intime
        se nourrit toute seule
    elle peut prendre du poids en quelques secondes

    Tapie dans ton silence tu l’avais oubliée
 

    Observe la
    déjà debout dans sa folie
    le regard au galop loin devant les débris
    qu’elle va abandonner
    les hommes en feront des tableaux qu'elle se dit
    en piétinant allègrement tes embellies

    La haine
    pas te cacher pas te cacher qu'elle est là toute puissante
    occupée à prolonger son bail

    Tu n'y vois pas plus chaud et n'y sens pas plus clair

    Le corps et l’âme ne changent pas
    l’humain le même depuis la nuit des temps
    sa jarre toujours pl' haine
    quand il faudrait du rêve

    Il sait pourtant
    les grimaces de douleur sous les coups de la haine
    les ourlets de rancoeurs qui entravent le pas
    les cendres qui éteignent la poussée de l'épi

    Elle se repaît de ce savoir


    Tant que j'aurai des mots jamais imaginés
    il me faudra écrire son visage caché
    juste derrière le mien
    juste à l'orée du tien




 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

commentaires

Mony 17/05/2009 11:16

Ce texte touche une partie si présente en moi, cette haine que je nomme ma "rage" tant elle prend source secrète comme un virus insidieux. Elle force mon être à réagir et est souvent salvatrice. Oui, il faut savoir l'observer pour ne pas en être submergé.Merci de l'avoir si bien exprimé.Bises Viviane, Mony

Russalka 17/05/2009 21:51



Tu sais, ce que tu dis Mony trouve en moi résonances puissantes car je sais être capable de haïr au point de ... faire beaucoup de
mal. Si on blessait ou tuait l'un des miens, je serais impitoyable et d'une cruauté assez peu commune.
Mais comme toi, lorsque je sens cette émotion m'envahir, elle tient lieu de signal d'alarme contre mon animalité en éveil subit et si
proche,si proche.
Les temps qui sont, actuellement pour nos enfants , éveillent en moi la haine et je comprends certains jours les révolutionnaires de
la révolution française et  sans les absoudre, peux envisager  les raisons qui font que les soupapes de sécurité, les verrous, les censures sautent et donnent libre cours aux gestes
irréparables.

Mais aussi, entre amour et haine....

A ce sujet lire le Parfum, où
au contraire l'amour fait commettre des atrocités, c'est un livre ( et un film) remarquables.


Bisous Mony!



O 16/05/2009 18:12

Je me pose et tu me poses question : "Ai-je de la haine ?.... je ne crois pas, mais peut-être pire de l'indifférnce

Russalka 17/05/2009 09:32



L'indifférence est ce sur quoi comptent nos dirigeants. Il ne faut pas tomber dans ce piège, moi certains jours j'ai envie
d'adhérer  à des partis révolutionnaires. je n'ai plus  l'âge ni la santé mais l'envie en me manque pas tant j'ai ras le bol de cette société qui est en train de
s'écrouler.
Alors, non, la  haine n'est pas bonne conseillère, mais l'indifférence non plus, mais ce monde nous permet-il d'autre choix?
Merci O.



Le bateleur 15/05/2009 09:02

Le doute qui s'immisce au fond de l'êtreet la moindre pensée qui nous devient suspecteparce qu'on y voit une intention impureC'est un effort de cette qualité que j'ai vu après l'avoir lu dans lesfioretti de Saint François d'Assisequi percevait derrière chacune de ses belles penséesdes sentiments moins purs ou pirequi semblaient s'y être dissimulés.C'est une petite partie de ce qui jaillit de ton poèmemais (à cause du film que je venais de regarder) c'est celle là quej'ai perçue vivement.

Russalka 15/05/2009 09:21


Merci Luc d'avoir accepté de jouer le jeu de cette nouvelle formule un peu contraignante mais qui j'en suis certaine se révèlera très
positive à terme, ne serait ce que parce qu'elle permettra au lecteur de lire en silence sans forcément se sentir obligé de laisser un  comm, et sans que cette absence de commentaires entraine
chez moi un stress, un doute, une frustration. Le stress en général ne me vaut rien et lorsquil s'accumule cela conduit par exemple à me provoquer la nuit dernière un souci cardiaque...(
fibrillation)
je t'avoue aussi que j'ai été agressée il y a peu par un lecteur et ai pensé soit faire un blog privé soit carrément fermer le blog.
...
Pour revenir à ce que tu dis,
je ne crois absolument pas à la pureté de l'intention
et essaie au maximum de pratiquer cet éveil... pas toujours avec succès hélas car nous sommes esclaves de l'image que nous souhaitons donner de nous mêmes.

Il y a dans Jankélévitch des pages sublimes à ce sujet, je t'en offre quelques extraits:

" Non seulement, les sensations et sentiments d'autrui éveillent en moi, tantôt par imitation tantôt par contagion, une résonance indirecte et un écho sympathique mais encore l'autre essaie de
me transformer à sa ressemblance par suggstion directe et volonté impérative, l'autre travaille à me persuader, à m'endoctriner, à m'abrutir. Le moi est habité par une foules d'intrus" (
Jankélévitch, le pur et l'impur p.68) et puis" L'individu n'est pas seulement légion.Il possède la maîtrise de ce pluriel clandestin "

Ceci pour dire qu'il est souvent facile de reconnaître chez autrui les mobiles de ses actes, ce que tu nommes avec François d'Assise ( merci de l'allusion à ce saint qui aimait tant les oiseaux et
qui m'est si cher pour ses Fioretti) les ombres cachées derrière les belles pensées ou les sentiments, bien plus difficile de les regarder en face chez soi( et plus douloureux aussi)
La haine peut être dans ma tête très très vivante, meurtrière. j'essaie de garder cela ... présent et disponible.
Merci


Valentine :0056: 14/05/2009 11:32

Encore un superbe poème. Décidément, c'est toujours lorsque l'on souffre que l'on écrit des chefs d'oeuvre... Comme disait (Musset ou Lamartine ??) "Les chants désespérés sont les chants les plus beaux".

Russalka 14/05/2009 17:24


des chefs d'oeuvre je ne sais
des trucs qui sortent des tripes oui
ça c'est sûr, on ne peut inventer mais simplement écrire que ce que l'on vit ou a vécu
mille lerci valentine
à + ;o)


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook