L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 18:46


Et comment garder la jubilation d'écrire
quand son enfant est au chômage depuis un an
qu'elle n'est presque plus son prénom
mais un code dans des dossiers " sans suite "


Je la regarde
elle est encore étonnée de découvrir les pièges tendus
le plus souvent
par des gens au bord du suicide
qui espéraient trouver en elle
au mieux
l'écoutante qu'elle sait être le temps d'une rencontre
au pire
la naïve utile
qui donnera du peps à leur liquidation judiciaire
ou colmatera de ses doigts encore propres
le décor de rêves nés pour s'écrouler


Je la regarde
elle n'a même plus la force de pleurer

Fille
je ne t'ai pas mise au monde pour lire dans tes yeux un désespoir pareil
et te voir rassembler contre ton ventre
tes jambes usées d'aller de refus en échec
je ne t'ai pas mise au monde pour qu'il sculpte ton corps de femme
en forme d'un foetus et des pourquoi pourquoi


Fille
on va consommer la rupture avec ces proportions
vicieuses et embrouillées
tu entends le bruit de crécelle rouillée
des siècles écoulés à faire du tiroir-caisse
un enjeu magnifique un projet un poème ?

Fille
que tu le veuilles ou non
ton avenir est politique

Il est temps de cogner.


Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

juliette 21/05/2009 09:11

la révolte est rarement en toi, mais je te comprends, notre vie se prolonge dans celle de nos enfants, et tous les coups qu'ils reçoivent se redoublent en nousJe t'embrasse

Russalka 21/05/2009 23:05


Tu as raison Juliette, ce sont de vrais coups dans le ventre, mais on va essayer d'encaisser cela en se serrant les uns contre les
autres.
oh, je suis de plus en plus révoltée tu sais et de plus en plus souvent.
Bisous, je viens te lire demain...


saxo 20/05/2009 16:53

Oui, le chômage de nos jeunes § Je crois que ce n'est sans doute pas à nous de déprimer. Essayons au contraire d'être positifs, même si c'est dur, d'assurer notre protection de parents bienveillants, tout en restant tenaces, comme quand ils étaient petits "t'as envoyé ton CV ?", tout en sachant parfaitement que ça fait quarante mille fois. Pour le reste, il y a sans doutes des choses nouvelles à trouver, et cela peut venir avec le temps. Il ne boit pas, ne se drogue pas, mène une vie relativement saine du point de vue santé; le reste se mettrza en place, malgré nos impatiences, et les leurs. Il faut tenir bon à leur place, ne pas craquer, car ils ont besoin de sentir notre confiance, notre énergie. Bon courage   

Russalka 21/05/2009 08:31


C'est ce que nous faisons, être positif, mais comment vous expliquer?
mon poème disait  en gros ceci " relève toi, il est temps de cogner. "Quand le désespoir est tel que l'enfant n'a plus envie de se relever, on est un peu désemparé surtout lorsque l'on a déjà
accompagné un autre enfant avant qu'il ne trouve enfin du boulot)  alors on essaie de se battre encore et encore, de donner l'exemple .
merci en tous cas des encouragements et des conseils, nous faisons tout mon mari et moi en dépit de notre immense fatigue pour encourager les démarches et les soutenir, et garder espoir en un
retournement de situation, croisons les doigts...


agnes 20/05/2009 11:31

Ma chère Viviane, je boude l'Internet depuis de longues semaines... Ce que je lis ici me navre. J'espère que ta fille trouvera rapidement sa place, celle qu'elle mérite.Bises fortes !

Russalka 21/05/2009 08:18


Ma chère Agnès, j'espère que tu avais reçu ma réponse à la naissance de ton petit trésor?
...
oui, ici le moral est un peu en berne, cela reviendra
Bisous à toi, ma Belle


daniel 19/05/2009 09:31

je crois que c'est Lamartine qui écrivait : "on m'a infligé la vie"je comprends d'autant plus ton désarroi que mon fils vient de perdre son emploi (dépot de bilan) et qu'il traine de bureau en bureau dans leur nouvelle grosse machine à désespoir que l'on nomme "Pôle Emploi"

Russalka 20/05/2009 09:11


Cette phrase que tu m'offres, elle colle au maximum à l'état d'esprit de nos filles car si l'une est au chômage, l'autre se pose
beaucoup de question sur son devenir...
Ton témoignage me peine et j'entends ton propre désespoir de papa. Quel monde leur laissent ces patrons qui ont mené le monde au bénéfice de leurs seuls coffre fort?
Non seulement la planète nen sort aps plus belle mais ses enfants vont connaître à chaque fois plus la misère..
Merci Daniel de ce partage et tous mes voeux pour ton garçon, que rapidement il sorte de cette machine à désespoir qui broie cette génération.


Marlou 17/05/2009 22:37

Le coeur si lourd de la porter elle et sa tristesse...C'est poignant.

Russalka 18/05/2009 18:01


Oui, Marlou,  là elle est repartie à un Rv car elle reçoit des propositions, forcément, quand on parle couramment français bien
sûr, mais aussi et aussi bien anglais, chinois, espagnol, allemand, un peu d'italien, un peu de japonais, qu'on a une solide formation en droit international spécialité Europe et en gestion des
entreprises, normalement on intéresse les entreprises.
mais hélas, elle ne rencontre que des gens en faillite qui essaient de se refaire et redémarrer à zéro avec des partenaires qui leur apportent ces fonds que les banques ne prêtent plus....
tristesse...
Merci.


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook