L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 11:25


L'agence Européenne du médicament est souvent pointée du doigt et à juste titre par la revue Prescrire, la seule revue de médecine qui ne comporte aucune publicité , soit à la fois une revue de formation continue de très haut niveau en prise avec la pratique quotidienne, tant du point de vue de l'anamnèse que du diagnostic différentiel et du traitement bien sûr, que de dénonciation des abus  en tous genre.
Elle mène depuis des années un combat toujours gagnant contre l'emprise des laboratoires sur le politique, victoire chèrement acquise hélas après qu'il y ait eu mort d'homme... Les médicaments mis sur le marché le sont trop souvent sans ces précautions que donnent l'éthique et le temps.


Dans son dernier coup de gueule, Prescrire dénonce le fait que même après retrait d'un médicament pour cause de dangerosité avérée ( le cas par exemple du Diantalvic, contre lequel Prescrire se bat depuis des années, il vient seulement d'être retiré du marché mais ses génériques sont toujours en vente )
lorsque donc la revue demande un rapport à l'Agence Européenne du Médicament,  l'Agence lui fournit une information censurée et ce avec un culot qui mérite d'être dénoncé sans relâche.

Témoin ce mois ci, le Rimonabant, ex-Acomplia.
Le rapport donné à Prescrire par l'organisme censé faire le tour du produit comporte 68 pages.
Sur ces 68 pages seules deux sont lisibles. Les autres pages ont été noircies ligne par ligne.. comme vous pouvez le constater sur ces deux saisies écran du document PDF. Même la dâte a été effacée.

 La non transparence
confine ici au grand banditisme.






Je vous invite à aller sur le site de cette revue remarquable par sa liberté de ton et  de pensée, et cliquer sur le lien en libre accès dans la catégorie " Ouvertures, en bas de page et intitulé " Caviardage en guise de transparence: le cas rimonabant ( ex-Acomplia)



Lisant cet édito version papier, nous avons été Michel et moi saisis d'un tel écoeurement que je ne pouvais que faire suivre cette info qui en dit long sur les maffias qui nous gouvernent. C'est en toute connaissance de cause qu'ils nous vendent leurs poisons.

Messieurs des agences européennes diverses et avariées, nous sommes las de vous payer à faire du gras sur notre dos!!






Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère
commenter cet article

commentaires

ulysse 21/07/2009 23:24

J'e suis abonné à une autre revue "pratiques de santé" qui lutte contre l'emprise des laboratoires pharmaceutiques sur le corps médical . de nombreux rapports aux USA et ailleurs démontrent qu'il y a péril en la demeure et que la logique du tiroir caisse a remplacé le serment d'hypocrate. John Le Carré a écrit un magnifique  roman sur ce thème The constant gardiner

Russalka 22/07/2009 11:15


Cela fait des années que Michel refuse de recevoir les labos, préférant se former tout seul et auprès de la fac ou de cette revue,
plutôt qu'écouter leur baratin.
Oui, tout ce qui peut permettre de mettre à bas ces pouvoirs sera le bienvenu
merci du lien vers une autre revue.


clem 21/07/2009 21:29

Heureusement que certains dénoncent.. mais se battre contres des labos, soit des industriels, c'est courageux, car pas sans risques. bisousclem

Russalka 22/07/2009 11:12


J'ai tout à fait conscience que je prends des risques, en aprticulier en publiant la copie de ces docs, mais tu sais, j'ai envoyé hier à
l'Elysée mon article et quelques docs, pour mémoire et que l'on sache que nous ne sommes pas ignorants de ce qui se passe au-dessus de nos têtes...
Merci Clem


Valentine 21/07/2009 14:17

Quel gâchis ! Oui, je crois bien que j'en ai, du diantalvic, ainsi que son générique. Mais je ne l'utilise pas et vais de ce pas le rendre au pharmacien, en précisant qu'il est sensé être dangereux.

Russalka 22/07/2009 11:07


Rends le, et si ton pharmacien semble douter, ne te laisse pas faire, le diantalvic a causé plusieurs décès liés à son abus, par arrêt
cardiaque.
On nous empoisonne délibérément!
Bisous


marlou 21/07/2009 13:09

La simple honnêteté, où est-elle ?

Russalka 22/07/2009 11:05


En tous cas pas chez ces laboratoires, hélas... Merci Marlou de la visite questionnante.


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook