L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 10:01

 







Du vert chemin qui monte
    tu écoutes le vent marcher
pendant que boite le ciel sur la cîme des arbres
         et tu ne l'entends pas ?

A force de paroles
     tu ne t'inquiètes plus du rouge dans la roche

 tu ne sais plus conter les faims aimées debout
       et les cris des enfants que tranchent les horloges


Il est temps de donner de l'amour plus haut
que les mots

                          Essai d'autre tissu


       

 

 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 13/06/2010 22:36



Un ciel qui boîte tandis que le vent marche, des faims que l'on aime debout, des cris d'enfants tranchés...! Oui, tu as raison, il est temps de s'élever
au-dessus des mots, et y parviendrons-nous mieux que toi qui en présentes ici la trame, le première course d'aiguille ?



Russalka 14/06/2010 09:09



Merci Valentine de ce commentaire dense, je crois qu'il est important de retourner à la vraie vie si nous voulons continuer de nourrir
nos impressions en mots. Seule la vie inspire les poèmes ou nos réflexions , et l'internet nous en éloigne tant...



Lélio 11/06/2010 16:41



C'est ce vent en marche qui nous éveille à la notion de temps
lorsque
dans une frondaison
tout-à-coup
son souffle nous rappelle que
même lorsque rien ne bouge
tout passe.



Russalka 14/06/2010 08:58



Tu vois, ce sont ces mots en marche dans ton commentaire
qui me font regretter qu'on ne puisse les lire
même en silence
en un lieu où tu les poserais...
Sinon, oui, cet invisible qu'est le vent sait bien nous dire
à sa manière
que le monde n'est pas rigoureusement tel que nous le voyons de manière immédiate
et que ce temps que nous pensons posséder en fractions autour de notre poignet
nous possède totalement et que nous ne faisons qu'y passer...
Merci Lélio!



Marianne 11/06/2010 11:07



Il n'y a que toi pour parler d'un ciel boîtant sur la cime des arbres. Prends du bon temps à vivre, mais continue de dire si joliment.


Moi aussi, je m'interroge souvent sur l'utilité de dire.... mais je songe que si nous nous résignons tous au silence, qui verra encore la beauté queseule  la poésie sait bien subtilement
rappeler.


Amitié



Russalka 11/06/2010 15:24



En fait, ce qui me peine de plus en plus c'est que à force de lire et surtout commenter les écrits des autres, j'en ai perdu l'envie
de continuer à écrire tout ce qui me traverse.
D'où mon absence de vos blogs qui est pour moi comme une cure de jouvence, sans nul doute temporaire.
Merci Marianne de tes encouragements...


 



Jackie 11/06/2010 10:10



Oui, il est grand temps... merci Viviane.



Russalka 11/06/2010 15:22



merci Jackie ;o)



aimela 11/06/2010 08:13



A force de paroles , on ne sait plus rien raconter et c'est dommage, ce ne sont que des mots mais rien  ne bouge, c'est le gris qui prime  il faut  changer le tissus  mais que choisir ?



Russalka 11/06/2010 15:22



Un tissu arc-en-ciel! oui, qui ruisselle de joie et de dynamisme...  Bisous Aimela et merci!




Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook