L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 18:14





Non pas cette éraflure

    qui plisse un peu le cuir ou déchire la toile
           avec pour tout sillage une douleur exquise

Pas plus l'image blanche ouverte comme un porche
 à notre reflet noir

           Pas même l'ombre faille
        dont le dos se dilate
            sous un soleil de mort quand une chair s'y donne

Mais l'enfer où le coeur
       cherche une courbe tendre
     au milieu du troupeau musclé et plein de cendres
 des gâchis et des peurs



Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Non pas...
commenter cet article

commentaires

Marc 11/04/2012 09:25


J'aime beaucoup ce poème, tout en délicatesse et en sensibilité...

Russalka 13/04/2012 08:59



 


C'est gentil Marc, mille merci ;o))



Mony 10/04/2012 19:01


L'abîme aussi profond soit-il peut être franchi par un pont si de chaque côté le terreau est fertile.

Russalka 11/04/2012 09:42



 


Tu sais, dans ma courte existence, j'ai toujours ( et je le dis sans orgueil car c'est souvent inconfortable) été en
avance de dix ou vingt ans dans bien des domaines. A 20 ans, j'initiais, parmi les premières en France l'enseignement du piano aux adultes quand aucun de mes collègues dans notre conservatoire ne
le voulait ( forcément, un adulte cela n'a pas le même avenir de virtuose gratifiant qu'un enfant...). Toujours dans mon métier, je lançais la méthode Martenot dont personne ne voulait. On
n'utilise plus qu'elle en solfège et musique instrumentale ( ou des dérivés) . Je créais des associations d'accompagnement des mourants quand ce n'était pas à la mode. Et me battais pour l'école
quand chacun renonçait.
Mon combat aujourd'hui est autre. Il sera long et difficile mais nous sommes quelques uns, de gauche et droite modérées à être lucides et vouloir que le Coran ne devienne pas le livre de
référence de notre culture, à souhaiter que les femmes et les hommes qui se réclament de l'Islam puissent vivre paisiblement leur religion pourvu qu'il n'y ait plus de mélange, comme dans leur
livre infâme, entre sphère privée et publique. A dénoncer la complaisance nauséabonde des médias et politiques  qui ( uniquement pour préserver leur image et leur bonne conscience) font
quasiment l'apologie de l'antiféminisme, de la violence, de l'arriération, de 'lantiprogressisme, des l'inégalité des sexes, de la folie meurtrière et ouvrent des portes à un Islam
fondamentaliste qui prend naissance sur celui qui est son vivier: l'islam modéréen apparence  mais non critique sur le fond. A soutenir enfin par nos actions et notre engagement les milliers
d'"hommes et de femmes qui -au risque de leur vie et celles de leur proches-
ont renié la religion musulmane, en écrivent les dérives et excès, les erreurs et
mensonges, l'arrogance et les crimes surtout ( Islam et nazisme sont cousins et furent alliés) . Pour ces gens courageux qui souvent sont obligés de vivre cachés et dont
nombre ne se déplacent plus qu'accompagnés de police ( fatwa sur leurs têtes) pour ceux qui se font tuer ( ou menacer) parce qu'ils ont renié l'islam et se sont convertis au judaïqsme ou catholicisme plus conforme à leur sens de l'humanisme, je me battrai , avec quelques autres. Ce sera dur et créera des abîmes,
mais notre projet est d'obliger les femmes à retirer définitivement leur voile. A interdire l'accès dans nos pays aux imams fous qui n'ont rien à y faire, à mobiliser les gouvernements quels
qu'ils soient pour que les aumôniers des prisons où croupissent ( en france) plus d'un tiers de prisonniers de confession musulmane qui sont des proies faciles pour les têtes brûlées de l'islam ,
pour que ces aumôniers puissent être plus nombreux et meiux formés à une religion de tolérance. Ce sera difficile, mais nous le devons aux musulmans courageux qui dénoncent la tyrannie de leur livre. Merci
Mony.



lutin 10/04/2012 12:10


trés beau. Je verrai autrement les porches maintenant, aussi la feuille blanche dans laquelle on s'enfile des heures durant, j'aime "Pas plus l'image blanche ouverte comme un porche"

Russalka 11/04/2012 09:27



 


Merci Lutin d'avoir choisi cette phrase qui était pour moi une évidence. Oui, la page blanche, une porte vers d'autres
mondes...



Sonya 10/04/2012 09:13


Il est vrai que l'accumulation de souffrances, de couardises, de peur, ça fait du beau monde! Qui sépare.
Heureusement, il reste la distance ténue de l'amour. Merci Vivi

Russalka 11/04/2012 09:23



 


Oui, et parfois on se sent bien seul... Merci Sonya!



ulysse 09/04/2012 22:57


merci Viviane pour cette douleur exquise !

Russalka 11/04/2012 09:23



 


Merci à toi, Ulysse, la douleur parfois, ce n'est pas trop gênant ;o))) d'où le terme;



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook