L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 05:02





Un silence si pur en ces débuts d'automne
nous n'avions pas de nom pour tant d'intensité 

 Le bleu du ciel tout proche

d'une couleur profonde à nous serrer le coeur    
               et nos mains se tenant

  heureuses comme un crime

               au septembre du vent


Tant d'éphémère entre les branches et tant de gravité
     dans ce rai de lumière qui éclairait nos âges
et séparait l'enfant grandi dans nos ivraies



Ô ne briser jamais
    cette lueur
        qui nous touchait pour vivre




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

NicoleA 01/10/2010 14:13



Je suis, à l'opposé, de ceux qui n'aiment pas l' automne. Je ressens effectivement les même signes annonciateurs comme un chant du cygne .., celui de l'été qui s'en va . hier les derniers
visiteurs de l'été sont repartis pour le nord est , dans quelques temps les jours vont être encore raccourcis par le changement d'heure , je voudrais pouvoir hiberner et me reveiller en avril
sauf à profiter de la magie de la neige ... j'aime finalement mieux l'hiver que l'automne  grâce à elle ...


Quant au temps qui passe ... c'est assez effrayant si on y pense ! Alors je chasse ces pensées là le plus possible pour ne pas me gâcher le temps , je fais des projets, je pars dè que je peux ,
je vis le plus intensément possible pour ne pas laisser s'échapper ce temps si précieux ... anti gaspi ... VIVRE à fond ce qui est ofert de beauté ... de joie, etc ...



Russalka 02/10/2010 09:04



Coucou Nicole, sympa de te poser ici! Nous aussi vivons à fond ce temps qui passe, quoique avec lenteur ( pas question de se laisser
aller à la griserie de la vitesse :o))
J'espère que tu n'as pas trop de spleen du départ des tiens, mes enfants sont à la maison et je dois avouer que cela m'aide souvent à vivre...



Merlin 30/09/2010 10:33



Je ne peux que me répéter mais j'aime l'automne ainsi croquée.


Très beau poème Viviane ! Magnifique...
J'y suis vraiment très sensible.
C'est toute une vie qui défile
sous les frondaisons et les saisons.
J'aimerais l'avoir écrit car je le ressens
...tout pareillement.
Et quel rythme, quelle belles sonorités, quelle musique !
C'est plus doux que du Verlaine.



Russalka 02/10/2010 08:57



Tu es adorable, Merlin, nous ressentons si fort Michel et moi cette fugacité de la saison, une très courte période ( et de très courts
instants dans la journée) durant laquelle la lumière et la qualité de silence nous renvoient à notre existence toute entière, comme tu dis si joliment: Toute une
vie qui défile sous les frondaisons et les saisons.
Je tavaille cependant encore au jardin pour préparer l'hiver et le printemps prochain, et la vie c'est aussi cela: accepter le défilement du temps qui passe avec ses couleurs changeantes et ses
rythmes imposés. Nous avons Bruno à la maison après avoir eu des amis et visiteurs et frère de Michel, bref, j'ai été un peu prise et suis désolée du retard dans la réponse des comms et
courriers, je réparerai cela lundi!
Bisous et encore merci!



anne 29/09/2010 18:07



l'automne flamboie sa tristesse comme une braise qui s'éteind



Russalka 02/10/2010 08:49



Merci c'est gentil cet écho poétique ;o))



Miche 29/09/2010 06:06



Ah, voilà bien ce qui meut le poète… cet instant fugace d’une si grande
intensité que le petit en nous, tremble de tous ses membres, tandis que s’ouvre le couvercle de la boîte vers l’infini.


Tellement vrai, tellement juste !



Russalka 29/09/2010 09:23



Instant fugace, en effet. Parfois l'intensité est si proche de se dire en mots que nous croyons pouvoir la saisir et que c'est simple
comme bonjour, mais en vérité le poème ne fait que tenter de l'approcher à son tour... Merci Miche!



aimela 28/09/2010 09:51



l'automne est pour moi, la plus belle saison  dommage que les jours raccourcissent , très joli poème



Russalka 29/09/2010 09:19



Pour moi c'est le printemps, mais tout bien réfléchi, chacune a son charme et ses avantages et inconvénients. Celles de l'automne sont
la beauté de la lumière, la singularité du son, les couleurs des feuillages et, contrepartie... les feuilles à ratisser des mois durant. Merci Aimela!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook