L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 01:36





Comme cette buse vaincue par quelques corneilles
      saurions-nous dans la défaite
 gravir ce tant de ciel
           et nous jucher plus haut que la geste cruelle?

Et comme l'oiseau noir 

       dont le cri  protégeait son invisible terre

 dans la victoire nous cacher?




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

Miche 15/12/2010 04:45



Oui, il existe une juste distance qui ne ferme pas la porte, [car alors nous serions prisonniers], dans laquelle la joie ne saurait être entachée...





 



Russalka 15/12/2010 19:01



Et cette juste distance, c'est sans doute celle d e la modestie joyeuse, aussi bien dans la victoire que dans la défaite... Merci
Miche.



Philippe 14/12/2010 11:59



Il est vrai que les corneilles chassent souvent avec succès leur prédateur favori. Je l'ai souvent constaté. Quant à l'aptitude de l'homme à se grandir dans la défaite ou vivre dans l'ombre de la
gloire... J'ai des doutes



Russalka 15/12/2010 18:57



Chez nous, le territoire est assez bien partagé mais parfois la buse vient chasser le lapereau. Et les corneilles lui font savoir
qu'elles n'apprécient guère. Je continue de croire en l'homme ;o))


Merci Philippe!



Valentine :0056: 14/12/2010 09:41



Une buse vaincue par des corneilles ? Une allégorie ?
Très beau en tout cas...



Russalka 17/12/2010 09:54



Et ma réponse n'était pas passée!!! Oui, les buses chez nous sont des oiseaux peureux que les corneilles chassent sans trop de
violence mais... beaucoup de cris de part et d'autres. Bises et désolée de ce couac.



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook