L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 14:30

 



Entendu hier une émission sur les dangers de l'informatique, la cyber criminalité  et les nouveaux robots inventés par les japonais pour remplacer les aides soignants, les garde malades et même les bébés ( pour les couples qui veulent apprendre à " se servir " d'un nourrisson... si si, vrai de vrai... comment ai-je fait pour me passer de cela, moi qui ai élevé trois enfants sans cesser d'enseigner??? On me doit une médaille!!! )

 

Ce type d'inventions abracadabrantesques mais qui, n'en doutons pas, fera des émules abêtis et heureux, ne peut que provoquer un rejet massif et sans nuance des nouvelles technologies au premier rang desquelles Internet.

Que celui qui estime
 

que l'invention de la seringue est à honnir car elle a créé l'addiction aux drogues dures,

que l'invention de la bouteille est à haïr car elle a fait naître l'alcoolisme,

que l'invention du chocolat en tablettes est responsable de l'obésité 

que celui-là se lève et nous dise que l'invention d'internet est responsable de la déshumanisation programmée.


Comme tout ce qui est inventé par l'homme, l'objet informatique doit rester un service qui lui est rendu et non une entité dont il devient esclave. Lorsque je n'ouvre pas mon ordinateur, ce ne sera jamais lui qui viendra me chercher. Lorsque je laisse tranquille mes carrés de chocolat, ils ne fondent ni de tristesse ni de satisfaction. Dans les deux cas  je mets en action ma volonté, donc ma liberté.

Internet est un lieu auquel je consacre un certain temps de ma vie depuis des années. Mais un certain temps très encadré et surtout très limité. J'ai une grande maison à tenir, un jardin, encore une fille à la maison, souvent de la famille ou des amis qui débarquent, de la cuisine à imaginer et préparer pour mes gourmands, des poèmes à conquérir etc. Combien de temps sur la toile? Deux heures trente par jour. Réponse aux courriers, frappe de mes articles et mise en ligne, quelques recherches pour certains d'entre eux, lecture des amis des blogs et hop! le tour est joué!


En vérité, Internet est pour moi une fabuleuse bibliothèque, un lieu de rencontre et d'échanges avec des personnes que je n'aurais jamais rencontrées autrement. Un lieu de travail aussi: comment aurais-je pu faire avancer ... un peu... l'attention portée à la fin de vie  si je n'avais à la fois milité dans un ( ex) grand parti et utilisé internet?

 

Le secret est de s'organiser dans le temps.

Je n'écris jamais directement sur le clavier.

Besoin intensément du contact avec la feuille de papier et la plume. Et puis pendant qu'une main travaille l'autre batifole avec ce qui se trouve à portée. En ce moment c'est une tasse de thé Lapsang-Souchong dans laquelle s'élargit un nuage de lait et qui réchauffe ma paume un peu raidie des travaux de jardinage du matin. Une autre fois ce sera un fruit ou un objet.

 

Avoir les deux mains occupées à l'identique me semble réduire mon imagination.


D'ailleurs c'est souvent en faisant le ménage, les lits ou le repassage que surgissent les poèmes ou contes. Activités qui occupent le corps et libèrent le mental. J'ai toujours sur moi un petit carnet où je note, où que je me trouve, ce qui traverse l'esprit. Jamais je ne note sur l'ordinateur: trop de méfiance des bugs de la machine.

Pour finir, une relation saine avec cet outil passe par une relation saine avec la Vie. S'aérer, rencontrer des amis, faire du sport, jardiner, lire de vrais livres aussi, écouter son compagnon quand il rentre du travail, l'aider à se dire, et surtout ne pas se laisser tenter par les facilités qu' offre la toile.


Je vis dans un petit village

je n'en connais tous les visages

et ne fréquente pas tous ceux que je sais.


Cela fait des années que mon blog existe. Je ne le maintiens pas en vie pour me donner l'illusion de vivre, mais parce que je suis totalement vivante et à ce titre communicante, partageuse, écoutante de ce qui est, se donne et se reçoit.

 

Simplement, à l'instar de mon petit village, je ne m'y disperse pas. Les amis choisis sont restés les mêmes, j'ai refusé la tentation facile du lien qui en amène un autre qui en amène dix qui en amène mille. Préféré la proximité et la restriction à cette dispersion à perpète sans bouger de chez moi qui méloigne cependant de ce que je suis profondément: épouse, cuisinière, musicienne, maman, conteuse, jardinière ( dans le désordre et j'en passe)


L'un des dangers d'internet est qu'il offre la possibilité de s'éloigner de soi sans bouger de chez soi. D'aller chercher très loin et cependant si près en vitesse d'accès  une sorte d'exotisme, des excitations en deux dimensions seulement qui tiennent à leur nouveauté  colorée si rapidement épuisable.

Il y avait un beau livre que j'ai dévoré adolescente, Voyage autour de ma chambre ( en lien intégralement ici).


Il m'a appris que l'on peut au contraire aller vers l'infini et se rejoindre constamment sans bouger de sa maison ou son petit pays et sans autre véhicule que... l'imagination. Il m'a appris tout ce que je sais du bonheur qu'il y a à rester près de soi, ne pas chercher trop loin la merveille qui se trouve sous nos yeux, apprendre à nous connaître, creuser le réel et y dénicher l'ineffable.

 

Pour ne pas se laisser dévorer par la machine, le secret est peut-être tout simplement  d'obéir à un vieux proverbe d'actualité en ces périodes pascales : Ne mettre pas tous ses oeufs dans le même panier. Accorder autant de temps à l'esprit qu'au corps, à la nature qu'à l'intérieur, au travail des mains qu'à celui de l'imaginaire. Ce que j'en dis... Vaut ce qu'il vaut ;o)




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

O 08/04/2010 09:31



Tu dis avec talent ce que je pense. Internet utilisé avec intelligence est très utile.


Je suis peintre comme tu le ais, mes illustrations sont de moi, mais parfois je m'aide d'images trouvées que je travaille.


Et puis sans Internet je n'aurais pas cette reconnaissance "métropolitaine", devant me limliter à ma bonne ville de Lyon... ce qui n'est déjà pas mal.


Et puis sans Internet... je ne te connaitrais pas.


Bises



Russalka 08/04/2010 15:24



C'est vraiment gentil O., je te souhaite une reconnaissance vaste car tes dessins et aquarelles sont toujours magnifiques. Oui,
internet permet de rencontrer des amis, et cela est un de ses bons, très bons côtés.



aimela 08/04/2010 09:08



Je suis assez accro  du net surtout le soir , cela me fait  un peu oublier ma solitude . Dans la journée, j'ai mes occupations  alors ça va .Comme j'ai une tour, je ne risque
pas de m'encombrer lorsqur je pars quelques jours . Bises Viviane



Russalka 08/04/2010 15:20



Le soir il est vrai est un moment où la solitude se fait la plus éprouvante, je le comprends... Et tu as bien raison de faire relâche
durant tes sorties.


Je suis plutôt du matin , en général de 8 heures jusqu'à 10 heures 30 ( sauf exceptions, comme par exemple aujourd'hui les courses de
la semaine). Et le reste de la journée, j'essaie de me tenir à des projets horaires incontournables, comme faire ma gym, jardiner si le temps le permet, un peu d epiano dans le cas contraire,
cuisiner aussi car j'adore cela et que en vérité ce que j'écris cuit dans ma tête en même temps que mes petits plats (sourire)


bisous et merci Aimela!



marlou 07/04/2010 22:06



Pour cet article plein de bon sens, tu mérites certes une médaille...Essaie de le diffuser plus largement.



Russalka 08/04/2010 15:16



Oh tu sais, la diffusion de proche en proche me suffit, en fait, j'ai peur de la foule, aussi bien sur internet que dans la vraie vie
(sourire)



clementine 07/04/2010 21:42



bonsoir 


Intéressant ton article. le sujet est bien étudié.. nuancé. 
Je te dirai que j'aime internet, justement, parce que je n'ai pas besoin  de bouger de chez moi  pour connaître des personnes, pour me documenter, pour faire ce que je veux. Je suis une
accroc d'internet. je l'ai même à la campagne. Le danger ? Ce serait de ne pas savoir ce que veut et ce qu'on cherche.. c'est tout.. 


Je passerai ma vie devant mon écran. Ecrire, lire mes mails, répondre aux news letter, reprendre l'écriture, répondre à un mail etc... et aller ainsi d'aventure en aventure.. ça j'aime.. et si
l'on me dit que c'est dangereux, je répondrai que j'en ai rien à f... lol.. 


tiens sur mon dernier article, j'ai mis une petite photos d'un mont du Cameroun. 


Je te souhaite une bonne soirée


clem



Russalka 08/04/2010 15:13



Tu as raison, savoir c eque l'on cherche économise déjà bien du temps. Le souci est que souvent, on part vers quelque chose qui ouvre
une porte de plus qui en ouvre une autre etc et on se retrouve ainsi agglutiné à l'écran des heures durant ( j'en parle en connaissance de cause...)


Donc prudence et sachons réserver la majeure partie de notre temps à ce qui fait notre quotidien, pour ce qui me concerne j'ai la
chance d'être assez maniaque pour la maison et la cuisine et rien que cela m'empêcherait de consacrer plus de temps que je ne le fais à la toile ;o)


Merci pour la photo!



Mony 07/04/2010 20:03



Je te rejoins entièrement dans ton point de vue. Internet est merveilleux mais doit être un outil à notre service et non le contraire. Grâce à lui j'ai pu
"rencontrer" des personnes telles que toi et cela m'enrichit chaque jour.
Merci pour cette réflexion et pour ta présence sur la toile.


Bises, Viviane,


 Mony


 



Russalka 08/04/2010 15:09



Tu es adorable encore une fois Mony. Ecris tu toujours et où? J'aurais tant de plaisir à te lire, tu nous manques, tu
sais...


Oui, internet peut être comme la langue la meilleure et la pire des choses. mais c'est à nous de réfléchir et de savoir comment nous
nous situons dans notre relation à lui pour que le temps consacré ne nous dévore pas. Là, sitôt fini de répondre à mes commentaires, je file au jardin où m'attendent des plantations et du
ratissage, il fait beau, doux et la vie est belle... Bises aussi à toi en retour!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook