L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 21:49



Il y avait un terrible contraste

entre la douceur de miel des lattes de bois ciré
et la cruauté des trous noirs dont ils étaient constellés

Enfonçant mes doigts dans ces cavités sombres
que voulais-je mettre au monde?

Des voix peut-être
des bruits de guerre et d'insectes
des rampants étonnés qu'on profâne leur tombe.

La cire était accumulée
comme le temps autour du noir
et son parfum d'abeille

Parfois une écharde de bois
venait dire à mes doigts
le pourquoi des craquements nocturnes quand tout était sommeil

Et je n'en voulais pas à ces planches
de se défendre comme elles pouvaient de nos pas incessants
nos questions enfantines posées à leur patience





Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Fragments
commenter cet article

commentaires

corinne 04/04/2012 00:22


C'est rigolo comme ce souvenir olfactif et visuel de parquet ciré est ancré dans nos réminiscences enfantines ! Il semblerait que l'on ait tous une histoire de sol lustré et d'odeur
d'encaustique dans notre vécu !


Et tu décris bien ces choses à ras du sol qui attirent la curiosité de tout enfant !

Russalka 04/04/2012 11:08



 


Je crois que nous gardons profond en nous ces parfums qui parlaient de femmes engagées dans le confort de leur famille
et le douillet de leur maison... J'aimais cette maison d'enfance, elle m'a construite, finalement ;o)) Bises Corinne et merci! ( j'ai des plants pour toi)



Valentine :0056: 03/04/2012 18:48


Magnifique, cette méditation enfantine sur le parquet vu à la loupe, ou presque, avec ses trous... J'ai bien connu des parquets cirés mais jamais avec des
trous qui aient attiré mon attention à ce point. Quel plongée dans l'enfance et ses rêves, que ces petits doigts qui s'enfoncent dedans pour chercher ce qui s'y cache, et ce petit nez qui respire
l'odeur de cire d'abeille... Délicieux !

Russalka 04/04/2012 11:06



 


C'est que c'étaient de vieux vieux parquets! oui, ls enfants aiment fouiller ce monde au bout des doigts et j'en ai
gardé le goût de ce qui se trouve au ras du sol... Merci de ta promenade dans mes souvenirs, Valentine!



aimela 03/04/2012 12:53


Brosser, cirer, reluire   , un sacré travail  que je voyais faire ma mère   dans sa grande maison

Russalka 04/04/2012 11:02



 


Chez nous, sauf quand nous vivions en Afrique où il n'y avait de parquet que dans les ambassades ;o)) chez nous en
France, c'est moi qui cirais; j'adorais cela, un travail répétitif qui devait me mettre en auto-hypnose ;o)) Mille merci Aimela et bises;



Mony 02/04/2012 20:37


Tout d'abord j'aime cette peinture furtive de Caillebote et puis ce parquet qui continue à vivre sous nos pieds. Doux souvenirs d'enfance.

Russalka 04/04/2012 11:00



 


J'aime tellement les bruits de parquet que nous sommes en train de remplacer les moquettes dans les chambres par des
parquets bien brillants. Merci Mony d'avoir aimé la promenade dans ces fragments( Caillebotte est étonnant...) .



Sonya 02/04/2012 20:29


Moi aussi j'aimais me promener dans les trous du parquet. oh comme tu fais remonter en surface des souvenirs, Vivi et
les patins, tu te souviens? Les patins imposés.

Russalka 04/04/2012 10:50



 


Ah oui, je me souviens des patins de feutre gris cousus main par ma grand-mère et, je vais t'étonner, je les
adorais!!! Merci Sonya ;o))



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook