L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 09:54





Mes promenades quotidiennes dans le jardin

me confortent dans le bonheur d'ignorer.


Resterais-je penchée avec autant de délectation
des heures durant
pour regarder pousser mes plantations
ce qui
disent les paysans de ma région
ralentit leur pousse

ou pour le dire autrement

nous restitue à la lenteur nécessaire des choses ...
si je connaissais tous les noms attachés aux nuances des pistils
à la mesure de la profondeur vertigineuse des coupes
à la rugosité particulière de la terre?

En entendrais-je aussi intensément ce qu'ils me racontent
qui échappe au vocabulaire botanique ou agricole?

Sur ma langue une explication
des références
une absence de virginité
m'enlèveraient la plus grande part de mon émerveillement.

Je crois qu'il est des espaces
où ne rien savoir

- ou bien si peu savoir
et l'oublier souvent-
nous garde grandissant




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 20/02/2011 16:31



Moi aussi j'ai beaucoup taillé et bêché avant-hier et hier : que de saletés qui montrent le bout de leur nez ! Mais comme la terre est pénétrée d'humidité
c'est le moment de s'y attaquer...



Russalka 22/02/2011 09:17



Absolument et c'est ce que je vais mettre à profit aujourd'hui. Il ne pleut pas mais hier... et la terre est assez ramollie pour que
je termine d'arracher les vilaines pestes végétales qui feraient de l'ombre à mes plantations. Je suis bien contente que tu aies toi aussi ce jardin à nourrir de tes gestes, cela restaure au fond
de soi. Bisous Valentine et merci!



Valentine :0056: 19/02/2011 16:40



J'avais gardé ce poème "sous le coude", en fait, c'est que je ne l'avais pas commenté... 


Oui, tu as raison, moins on en sait, plus on est proche de la nature...!



Russalka 20/02/2011 16:05



Et plus on est curieux... Je viens de passer des heures dans mon jardin, à désherber, enlever les pestes végétales qui reprennent du
poil de la bête et ai découvert sous mon rateau une résistance au geste... Tu verras ;o))
Bises et merci!



Miche 09/02/2011 14:18



Ah, mais cela n'est pas ignorance, c'est connaissance que ces pas marchés dans le jardin, sans que les noms ne viennent enfermer le vivant.


C'est cela qui se partage dans la poésie, et c'est bien cela qui fait que vos mots sont musique.





 



Russalka 09/02/2011 18:50



Merci Miche, cet après midi fut consacré de 14 à 18 heures à bêcher pour planter des rosiers, changer de place des iris qui ne
fleurissaient plus guère, planter d'autres roses de Noël pour l'an prochain,contempler surtout contempler !! Merci Miche de cette écoute ...



juliette 09/02/2011 11:11



j'aime admirer longuement les quelques fleurs du jardin : Jasmin d'hiver surtout.... Il est le seul à fleurir et mon adoration ne l'empêche pas de s'épanouir



Russalka 09/02/2011 18:41



Mon jasmin ne se porte pas très très fort, là, je ne sais ce qui lui est arrivé ;o(((
Je suis certaine que ton adoration porte en elle mille énergies fines qui aident la plante à fleurir, je vais m'y concentrer aussi (sourire) merci Juliette de ce partage!



Marianne 08/02/2011 16:36



En effet, l'émerveillement, cette capacité première à entrer en relation avec les éléments essentiels à la vie, voire de la vie, a ce quelque chose de l'innocence qui nous rend spontanés,
insctinctifs. Il faut parfois oublier l'intellect pour revenir à l'essence des choses.


 



Russalka 09/02/2011 18:34



Tout à fait d'accord Marianne, sachons nous diviser pour... renouer (sourire)
Mon ajrdin me donne tant de bonheur que je me demande de quoi d'autre je pourrais avoir besoin pour vivre? En dehors de mes proches et amis. Rien. Femme heureuse...



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook