L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 15:41


Un jour nous oserons
nos peurs aux fleurs d'hiver

Les chemins ne viendront plus nous mordre
          et nous serons légers touchant l'ancre des pierres

Un cri comme une lampe
et nous
si loin déjà
où le froid trouble les silhouettes
 
Plus loin



enclose sur nos voix
          
          la terre

pour visage.








Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

lutin 28/11/2009 12:53


la terre est nos visages superposés, elle nous prend les pieds quelquefois pour nous rappeler que nous sommes déjà passés par là et qu'elle est notre ancre pour plus tard.


Russalka 28/11/2009 19:29


Jolies images, Lutin
que celles de ces traces que tu évoques
de ces petits rappels qui nous renvoient à notre modestie (sourire)
merci


Corinne 28/11/2009 11:08


A la 1ère lecture de "la terre pour visage", j'avais perçu  dans nos "peurs aux fleurs d'hiver" les chrysanthèmes...ces fleurs que certains appellent fleurs de la mort...et j'avais senti la
légèreté des mots...vaporeux, éthérés et cette âme qui erre "glissant entre deux aubes" comme tu l'avais écris précédemment...mais je n'ai osé parlé de la mort...et pourtant !
Comme quoi la 1ère impression est souvent la bonne !


Russalka 28/11/2009 19:28


Il y a toutes sortes de morts dans ce petit texte
et j'ai écrit nos peurs aux fleurs d'hivers aussi comme on dit " jeter aux horties quelque chose "
mais c'est super gentil d'être revenue préciser ta pensée
mille merci Corinne


Alice 27/11/2009 17:40


C'est d'abord une volonté "oser nos peurs" et puis plus loin, un ralenti dans ces
silhouettes qui s'éloignent laissant à l'insaisissable sa part, et l'espace de la" terre pour visage" emplit le paysage.  c'est ma lecture. Amitiés


Russalka 28/11/2009 19:25


merci Alice de cette lecture si fine,
 il y a en effet des mouvements de tempo différents
et tu les as fort bien senti et exprimé.


Roland 27/11/2009 13:46


Le cycle de la vie, une présence corporelle éphémère avec, cette chance pour ceux qui le peuvent, un échange avec la nature.
Le monde qui nous entoure si capricieux ne vaut que si nos pas de terrien foulent la matière nourricière.
Les arts aussi s'en nourrissent, les corps y vivent, les âmes en rêvent, est-ce bien réel?


Russalka 29/11/2009 18:08



Ma réponse ne s'était pas mémorisée dans mon administration, pardonne m'en. parfois des micro coupures chez moi ou sur la
plateforme.
oui, la terre seule souvent me donne envie de continuer d'y marcher. mais c'est l'automne avec sa grisaille aussi des
sentiments.
Merci Roland du commentaire plein de poésie questionnante.



Renard 27/11/2009 02:19


Quelle façon troublante et magnifique pour parler de la mort...


Russalka 27/11/2009 09:47


Merci Renard, c'est gentil, la mort fut souvent présente dans ma vie d'accompagnante des mourants
celle que je nous souhaite ici est douce, je l'espère en tous cas...


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook