L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 08:46





dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/le_jour_ni_bien_ni_mal.mp3&



Au loin

    le jour
     ni bien ni mal

Et toi

        passante que tordait la torche sans répit
   de ces mains qui prétendent
  tu hantais chaque puits fendu vers l'infini
          la fleur ou la fêlure
            toute chose qui meurt
   de n'être plus nommée ou d'être trop cueillie










Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

walpurgis 19/04/2010 04:47



C'est un peu dans le style de... je ne sais plus son nom, cette poétesse des années 30 que connaissait Cocteau... Anna de Noailles, voilà. On dirait qu'une femme parle de sa sexualité,
qu'elle est lasse d'être prise d'une façon mécanique, répétitive et sans amour apparent. Mais je me trompe peut-être.



Russalka 20/04/2010 14:06



Un texte possède deux auteurs: celui qui l'a écrit et celui qui le lit. Donc si vous 'lavez lu ainsi c'est qu'il parlait dans ce sens,
mais il peut parler aussi dans mille autres (sourire)
Merci de la comparaison très flatteuse, c'est gentil!



Marianne 18/04/2010 21:57



Prends soin de toi, Passante. Tu comptes à plusieurs vies.


Je t'embrasse.



Russalka 20/04/2010 14:04



Merci Marianne, à l'heure qu'il est
je viens de prendre soin du repas familial
et m'en vais prendre soin du jardin (sourire)


 



Marianne 17/04/2010 22:30



l'image saisit l'esprit et laisse ouverte à l'interrogation sur cette mystérieuse "passante" qui hante les lieux.


C'est vraiment joliment écrit.



Russalka 18/04/2010 20:10



La passante est celle qui écrit, attirée par le vide, l'absence
et cependant
aussi par une présence intense à la vie.
Merci du compliment Marianne!



pixi 17/04/2010 13:17



Merci de ce poème.



Russalka 18/04/2010 20:07



Merci à vous de vous être posé auprès de lui ;o)



lutin 17/04/2010 10:01



des mots épurés qui évoquent le temps qui passe, c'est ainsi que j'ai lu. Merci pour ce moment raffiné.



Russalka 18/04/2010 20:05



Oui, le temps qui passe, la vie qui aspire, la solitude aussi face à ceux qui prétendent tout savoir.


merci Lutin et à tout de suite!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook