L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 11:36




Le Lion se morfondait au coeur de la savane...
Quant à ses courtisans, riches infortunés,
même la voix brûlée du grand vent de basane
ne les empêchait pas d'être gaiement lunés!

Quand on est roi l'ennui sonne comme une claque.

Quoi! le pouvoir, l'aura, et même les trésors
tout cela s'évapore
devant le rire niais d'un minable macaque?

Il convoque à ses pieds

les plus souriants d'entre tous ses sujets.
Il leur faudrait lui dire quel était leur recette
et d'abord s'aplatir comme font les carpettes...

Las, nos manants dans leur naïveté

se mirent, se complaisent et oublient de vanter
leur souverain marri de tant d'indifférence.
Aussitôt ils connaissent la douceur de sa panse...

Le Roi s'en trouve bien: par un curieux prodige

la souplesse de l'une, la force ou le savoir
des autres  se mélangent à son manger et boire
et  ne voilà-t-il pas que son ennui corrigent !

Lui vient un lièvre usé

que les dents des grands fauves épuisent son lignage.
Il s'offre au souverain sans aucun ergotage...
Le Lion en est tout abusé.
Il le laisse partir ne voulant avaler
une bête plus grise
que son ennui du jour.

Notre lièvre depuis se vante de son tour
et le grand roi maigrit d'une telle méprise...

Un jour aura compris

qu'il ne peut posséder tous les talents du monde!
C'est bien assez pour lui
de plier de sa voix ce qui traîne à la ronde
et même si l'ennui le submerge parfois
qu'il n'oublie plus jamais que c'est ennui... de roi.



 


Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Contes et légendes
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 12/11/2012 21:20


Ah oui, il me semblait bien l'avoir déjà lue... Et là tu n'as pas de commentaire parce que tu n'as pas recoché la case de la newsletter... Dommage
!

Russalka 14/11/2012 17:44



Non, je n'aime pas déranger en fait ;o)))en sollicitant trop le lecteur;



Valentine :0056: 12/11/2012 21:19


:0070: Je suis éblouie par cette fable dont je serais bien incapable de produire une pâle imitation...  Bravo ! 

Russalka 14/11/2012 17:43



Oh c'est une vieille fable car en ce moment, pas trop d'inspiration ;o)) le jardin me la pompe toute et j'avoue
préférer passer des heures à dessiner mes futurs massifs d'annuelles que composer des poèmes; Avec la nuit hivernale, le temps consacré à la toile et à l'écriture reviendra, c'est certain. merci
de tes encouragements chaleureux!



O 12/07/2010 15:40



Le lion est un grand paresseux, ça se sairt il ne mange que ce que ses lionnes lui apportent.


Ce lapin lui a paru menu fretin



Russalka 14/07/2010 08:25



C'est vrai, je le savais tout cela mais pourquoi ne pas sortir de ce qui est su ?



aimela 12/07/2010 10:07



Il me fait penser à quelqu'un ton lion  mais lui ne maigrit pas  et s'enrichit toujours. Quelle jolie fable écrite en vers, tu es vaiment très douée dans la
poésie Bises 



Russalka 14/07/2010 08:22



Merci Aimela, je vais être peu présente jusqu'au mois de septembre sur les blogs, de graves soucis familiaux qui mobilisent toute ma
présence ... J'espère que l'envie d'écrire ne se tarira pas durant ce temps, mais le découragement me tient, là.



Valentine :0056: 10/07/2010 22:53



Quelle magnifique fable ! Et menée avec tant de brio ! Apparemment tu as repris
le précédent conte sous une autre forme. Félicitations, c'est très réussi.



Russalka 12/07/2010 08:28



Oui, j'ai essayé de mettre en vers classique ce petit conte... Cela garde la main un peu verte ;o)) Contente que tu aies aimé
;o)



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook