L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 16:32



Quel est ce fil ténu et pourtant si solide qui relie
invisible

des oeuvres en apparence aussi éloignées les unes des autres que:

       
Le Freischütz de Weber
et en particulier le passage situé dans l'antre de  Samiel
       




Samiel.jpg

 

Le Peer Gynt de Grieg, affrontant le roi de la Montagne qui règne sur les Trolls



Peer-Gynt-piece-picaresque-tres-contemporaine.jpg



Le Roi de la montagne de Alfven, qui lui, règne sur le monde des Elfes,
cachés dans les collines et les chaos de pierres

                               

                                   Toile de Nils Blommér

Angsalvor_-_Nils_Blommer_1850.jpg

Tout un univers fondateur des traditions et contes Nordiques et germaniques, que Weber avait déjà mis en musique à travers son Obéron, lui même inspiré par la chanson de geste Huon de Bordeaux.


1008567.jpg



Et en-deçà, dans les grands personnages de la Genèse.
Ey
Les trois oeuvres citées ici évoquent la quête vers la connaissance de soi.

Ce fond culturel commun imprègne jusqu'aux notes de musiques qu'il déroule. Comme si pour évoquer le Mal, la Nuit, la Mort, la Solitude... Il n'était que quelques couleurs possibles transposables du psychisme et la mémoire humaine jusqu'au spectre sonore.
Mais écoutons.

              ***
L'antre de Samiel ( Weber, 1786-1826) et sa noirceur toute romantique qu'accentuent encore les notes longuement et pesamment tenues  à l'orchestre et aux choeurs, comme si l'éternité était là, en train de se jouer:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/6_Musique_romantique/Weber_Freischutz/2-01_Der_Freischutz___Act_2_-__Milch_des_Mondes_fiel_aufs_Kraut__1.mp3&


 
                        ***

Le nocturne du Peer Gynt de Grieg (1843-1907) . Le héros a fui le monde des trolls, il revient ayant enfin compris que se chercher est vain et inopérant, en tous cas n'apporte pas le bonheur mais enferme. L'air qui relate son retour débute lui aussi par de longues tenues tentant de se dégager de leur gangue sonore par des incursions de demi-tons en demi tons vers l'espace aigu ou grave, mais sans grand succès... Là encore, des choeurs ponctuent les phrases taciturnes de l'orchestre comme pour en valider le climat.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/7_Musique_XIXeme_siecle_et_moderne/Grieg/21_Peer_Gynt_Op_23__XXIV_Sce768ne_nocturne.mp3&

              ***

Enfin, le Roi de la montagne de Alfven ( 1872-1960) compositeur impressionniste qui s'inspirait tout à la fois des légendes suédoises de sa région, très profondément attachée à la tradition, la Dalécarlie, mais aussi des saisons de la nature et de ses propres déboires amoureux pour composer, avec des orchestrations d'une rare subtilité.

Ici encore, l'oeuvre débute par de longues notes tenues qui appellent l'attention mais aussi la frayeur...

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Autres/01_Bergakungen_The_Mountain_King_Suite_Op_37__I_Bevarjelse_Invocation.mp3&


Ces compositeurs n'avaient certes pas manqué d'écouter Weber dont l'inspiration si profonde les a indubitablement marqués. Mais quels compositeurs a pu écouter et assimiler Weber pour faire surgir de sa créativité propre des schèmes sonores aussi prégnants qu'ils ont marqué les générations suivantes? Si vous connaissez des oeuvres antérieures au Freischütz qui, pour évoquer les puissances de l'ombre, usent des mêmes procédés musicaux,  cela m'intéresse... je les joindrai à cet article.




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 18/09/2011 23:59



... Sans parler d'Alceste...



Russalka 19/09/2011 09:18



 


C'est vrai, et peut-être même davantage. Je cherche d emon côté... Bises et encore merci!



Valentine :0056: 18/09/2011 23:51



Bravo et merci pour cet article passionnant et richement documenté.


Il m'est difficile d'affirmer, n'ayant ni le disque ni la partition sous la main, mais enfin, avant Weber il y a eu Glück, et moi je dirais que son "modèle"
fut l'entrée aux enfers d'Orphée à l'Acte II, avec la danse des
Furies (où l'on a aussi quelques notes tenues fortissimo), et le choeur des
furies ("quel est l'audacieux..."), suivis du pathétique appel à la pitié d'Orphée ("laissez-vous toucher par mes pleurs, spectres... - NON !! - Larves, - NON !!!"). C'est bien la  même ambiance qui se dessine
déjà.



Russalka 19/09/2011 09:18



 


Oui, le choeur des furies est assez dans la ligne de cette filiation... Merci encore de ces choix qui nourrissent
l'article, même s'il y a chez Gluck une rigueur formelle qui reste ( normal ;o)) très très classique.



clémentine 18/09/2011 20:31



l'amour de la musique et du beau.


bonne soirée


clem



Russalka 19/09/2011 09:14



 


Oui, certes, c'est un peu ce qui anime ce blog ;o))



Sonya 18/09/2011 20:14



Que c'est beau...... Merci Vivi



Russalka 19/09/2011 09:12



 


Merci Sonya ;o))



emma 18/09/2011 16:49



merci infiniment Viviane. Peer Gynt et le Freishuss sont liés à des moments intenses de ma vie , et c'ets un grand plaisir de les voir ainsi resitués et commentés



Russalka 19/09/2011 09:11



 


Merci à toi Emma, c'est vraiment une paire de chance ;o)) que de mettre en ligne des musiques qui ont du sens pour le
lecteur de passage!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook