L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 06:32




Leurs morts bien encadrés se plaisaient sur les murs
tous ces visages à aimer
c'était si naturel de se reconnaître dans cet aïeul madré
ou éviter le sourire narquois de l'oncle d'Amérique.

Famille.
Parfois tu prenais notre tête pour une pièce de la maison
et la seule chose qui nous y appartenait

était ce que ta sagacité n'avait pas réussi à y débusquer.

Ah, ce fameux " Quand tu étais petite "
qui déroulait l'autoroute de la mémoire collective
celle qui maintient en enfance avec les choses oubliées.

Et nous
entre héritage et exaspération
qui répétions les mots les gestes
les tics
autant de chaînes à défaire
pour retrouver le coeur vivant
de ce concept qui se nommait famille.

Nous finissions par être attendris de ce qui nous gênait.

Il parait qu'il y a de moins en moins de couples!

De plus en plus d'enfants qui portent un nom double.
De moins en moins d'aïeux bienveillants sur les murs.

La famille sans histoire
devenue un objet portatif
on ne peut même plus la fuir pour former sa jeunesse dans des pays lointains
et puis la retrouver ayant grandi comme Ulysse.




 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages de l'âme
commenter cet article

commentaires

mony 15/01/2011 21:06



La famille idéale a-t-elle jamais vécu hos notre imaginaire ?


Les familles dont les parents se parlaient  par enfants interposés étaient-elles plus enviables ? Pas sûre.


Merci pour la réflexion. Mony



Russalka 17/01/2011 09:35



Bien sûr que non, et c'est en ce sens que j'ai osé le mot " portative". Mais il est vrai aussi qu'une famille non idéale ( avec ce
qu'elle suppose de non-dits, de révoltes rentrées ou ouvertes, de haines, de contradictions)  vaut quand même mieux que pas de famille du tout ou des familles " décomposées-recomposées". je
vois tant de souffrance chez ces enfants dont les parents changent de partenaires comme on change de téléphone portable que... Mille merci Mony de ta propre réflexion.



aimela 15/01/2011 10:57



La famille ? Oui  mais quelle famille ? Il n'en reste plus digne de ce nom . Encore pessimiste ? Non  lucide . Il n'y aura plus les familles telles que l'ont connu nos aîeux. elles
n'étaient pas toujours modèles  , loin de là  mais elles cimentaient l'esprit des enfants ...



Russalka 17/01/2011 09:32



Complètement d'accord avec ce que tu précises là, qui va dans le sens de mon questionnement. Mille merci Aimela de ta
lucidité!



Miche 15/01/2011 05:12



La famille… c’est avant tout culturel, puisque par le monde, et le temps, elle présente
différents visages…


C’est aussi une institution sociale qui joue un rôle de contrôle et donc de protection,
de qui, de quoi ?


 


Pour certains, un doux giron, pour d’autres un étouffoir, aussi un lieu de
maltraitance…


 



Russalka 15/01/2011 09:25



Il reste que lorsque la famille fut un nid douillet, un étouffoir ou pire encore un lieu de maltraitance, du seul fait qu'elle a été
elle reste un repère avec ou contre lequel on se construit. Mais lorsqu'il n'y eut pas vraiment de famille... Merci Miche de l'écho. 



clementine 14/01/2011 21:15



Je suis revenue pour saisir un peu plus le sens de ce poème que je trouve très beau


bonne soirée


clem



Russalka 15/01/2011 09:21



C'est gentil, Clem, mille merci!



clementine 14/01/2011 20:54



beaucoup de thèmes abordés dans ce poème.


Une grande richesse.


bonne soirée


clem



Russalka 15/01/2011 09:19



Merci à toi Clem, une inquiétude en fait pour les familles interrompues....



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook