L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 13:06







bretagne 1


Ce matin là, le temps n'incite guère à la promenade. Du vent, un ciel qui semble décidé à se plomber de minute en minute. 
Un petit morceau du chemin des douaniers, le GR 34, entre le cap Frehel et Fort Lalatte. Nous irons à notre rythme pour accomplir les quelques 7 kilomètres  du trajet. En dégustant les paysages...



1.jpg



Départ donc sous un ciel qui menace après avoir visité les deux phares. Le plus ancien est l'oeuvre des architectes de Louis XIV. Le plus récent et vraiment moche date de 1950.
Et nous avons beau comprendre son utilité sur une côte aussi dangereuse, cette architecture stalinienne dépare vraiment dans le paysage. Nous lui tournons donc le dos sans regrets puis nous engageaons dans le sentier des douaniers, courage en bandoulière et regard émerveillé...





2.jpg



En dépit d'un ciel très capricieux, l'eau est un véritable bijou, en contrebas de falaises accidentées à en donner le vertige:



4.jpg



On se laisserait bien couler dans ce toboggan de pierrailles et de fleurs si la fraîcheur de l'air et la conviction d'amasser plaies et bosses ne nous retenait ... un peu !
Les photos ne rendent pas compte de la luxuriance de la végétation ambiante. Ce ne sont que coussins de bruyère, ajoncs,  pourpiers multicolores. Et que de parfums se mêlant subtilement à celui des embruns qui fouettent nos visages... Je ne puis que conseiller à qui aime la nature cette promenade tranquille et époustouflante, sur un chemin qui surplombe le plus souvent sans trop danger un paysage sauvage, accueillant, coloré:



3-copie-1.jpg


Dans notre dos s'élargit par endroits le chemin déjà parcouru.
Etonnant comme, lorsque le paysage est beau et la promenade rêvée de longue date, la fatigue ne se fait jamais sentir. Et pourtant nous marchons d'un bon pas bien tonique sur un petit sentier parfois un peu acrobatique...
Point de bateaux, point d'humains en vue. Point d'autre rumeur que celle des oiseaux de mer et du vent. Nous ne croiserons qu'un couple revenant de la même balade. Et je suis parfois un peu inquiète lorsque Michel disparait en contrebas pour y approcher avec son appareil photo le fracas des vagues. Il m'avouera s'être fait peur, lui aussi, ayant mal estimé le glissant de certaines roches recouvertes d'algues et de sel. 




7.jpg



A ce stade là, nous avons accompli la moitié du voyage... Deux bonnes  heures déjà  entre crachin et soleil!




6.jpg



Devant nous, couleurs par instants prisonnières des paupières de la brume, ce qui nous attend. Le panorama est si beau que je resterais bien là toujours!





10.jpg


De quoi avons nous besoin, en vérité, face à la splendeur intouchée de la Nature? De rien d'autre que de méditer sur ce qu'elle nous dit, si directement, sans passer par les mots, de notre force et nos fragilités.

Privlège que cette absence de besoins et j'en ai bien conscience... ce temps que l'on consacre à se resituer dans le monde, je ne puis en jouir que parce que rien ne vient contrarier mon existence ou la rendre douloureuse, pesante, difficile, emplie de problèmes et soucis.




11.jpg


Bientôt le fort Lalatte - qui apparaissait, disparaissait au gré des courbes et ondulations infimes du terrain - se dessine plus nettement. Perché sur son éperon, il semble d'abord aimable et minuscule. Nous constatons bientôt qu'il n'en est rien: c'est bel et bien un fort défensif et les multiples accès qui y conduisent, dont certains caressent de fort près  la vague avant de remonter, disent la fascination exercée sur le visiteur par cette construction qui se confond avec le roc sur lequel elle est édifiée.

Il nous a fallu presque quatre heures de marche pour arriver là.  La seconde partie du trajet étant plus facile ou alors... nos muscles plus chauds.
Une halte pour nous restaurer rapidement car l'intérieur de la forteresse et tout un pan de l'histoire locale nous attend...



12.jpg




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Mystérieuse Bretagne
commenter cet article

commentaires

Merlin 23/02/2011 18:33



C'est incroyable : j'ai vraiment l'impression d'être dans la Hague, en remontant, un jour de beau temps !


Mêmes paysages, même végétation ! C'est le signe de l'unité forte du Massif Armoricain.


C'est pourquoi j'aime les deux : la Normandie et la Bretagne ; ce point commun géologique les a mariés même si l'histoire les a séparés.



Russalka 24/02/2011 08:40



Cette côte du nord ouest français est une splendeur; En outre guère fréquentée et là, c'est formidable car on n'a pas peur de
s'arrêter et risquer de ralentir des gens pour lesquels la promenade est une course en soi ;o((
Je ne connais pas la Hague pour l'avoir vue sous la pluie (sourire) mais j'imagine assez bien la vatitude des paysages, l'apaisement que cela procure, le sentiment d'être chez soi dans cette
végétation calme et de toute éternité qu'aucune construction très haute ne vient déparer... Merci du partage Jean-Pierre!



corinne 21/02/2011 23:59



Je fais escale ici pour me ressourcer et m'imprégner de la beauté des paysages ; les clichés sont magnifiques... Chaque escapade en bretagne est source de découverte et de dépaysement total et tu
décris parfaitement par les mots ce ressenti ! 



Russalka 22/02/2011 09:47



 


Cela me touche beaucoup que tu apprécies, Corinne, nous sommes toujours bouleversés par ces paysages que l'on ne peut parcourir qu'à
pied si on veut vraiment en respirer les nuances. Merci donc à toi du partage!



Valentine :0056: 18/02/2011 21:32



Oui, Marie-Noëlle en a eu des "Ernest et Célestine" ; mais pas celui-là. Elle adorait aussi, tout comme ses soeurs après elle... Et nous
!



Russalka 20/02/2011 15:59



Ah, tu vois, on peut longtemps rester enfant, toute une vie peut-être ... Bisous!



Valentine :0056: 17/02/2011 17:01



Tu l'as ici mais c'est apparemment épuisé (c'est moi qui viens
d'ajouter la photo).



Russalka 18/02/2011 20:32



Ah, c'est sympa, en retour je te renvoie un dessin d'un des livres qu'adoraient nos enfants petits: Ernest et célestine.


 





 


Mille bisous et merci du lien.



Valentine :0056: 15/02/2011 17:30



Oh, c'est une BD un peu "bébé", peut-être écrite sur commande de l'Office du Tourisme, que j'ai trouvée en supermarché. Mais je l'ai appréciée à cause des
promenades dans le Fort, qui est bien dessiné.



Russalka 17/02/2011 09:50



Tu sais, je ne déteste pas les livres pour enfants. Mon régal est ces jolis ouvrages pour les tout-petits ( Tchoupi, Petit ours etc)
ou bien les livres d'histoires destinés au préadolescents, avec de belles images.



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook