L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 13:15

 




" La Poésie est mémoire, mémoire de l'intensité perdue."  Yves Bonnefoy.


La musique contrairement à la poésie a parfois très mauvaise mémoire. Combien d'artistes compositeurs et/ou interprètes dont le nom et les oeuvres passent à la trappe ou ne sont redécouverts qu'à force d'entêtement chez quelques passionnés? Certains n'ont vu passer à la postérité qu'une ou deux oeuvres qui marquèrent les esprits de génération en génération, le plus souvent pour leur facilité immédiate. Et c'est toujours au détriment de leurs autres opus, souvent très intéressants ou surprenants.

Cette page est dédiée à quelques uns de ces oubliés de l'époque baroque. Période florissante en acteurs de la vie musicale, on ne saurait les citer tous...
J'ai choisi d'en présenter quelques uns parmi ceux que je fréquente et par ordre chronologique.




                                     Pachelbel
 


johannpachelbel1748.jpg


                                                            

Nous avons déjà eu l'occasion d'écouter son célébrissime Canon. Pachelbel fait partie de ces virtuoses précoces dont la rigueur de l'écriture, l'exigence de clarté dans la forme, l'équilibre tonal n'ont pas su convaincre au-delà de l'oeuvre citée. Et pourtant... Voilà un compositeur allemand catholique qui va avoir une influence considérable sur la musique d'orgue protestante allemande et les praticiens de l'instrument, au premier rang desquels la famille Bach qu'il fréquentera toute sa vie avec assiduité. 

Peu enclin à la virtuosité gratuite, aussi brillant organiste que claveciniste ou lutiste, il constitue la charnière entre la polyphonie héritée de la Renaissance et la jubilation formelle du baroque allemand. Il nous laisse quelques recueils pour le clavecin, de nombreux motets, chorals et cantates. Je vous propose donc d'écouter successivement:

La Gigue de la suite n° 26 en ré mineur pour clavecin. Cette pièce dansante se divise en deux parties bien distinctes avec reprises obligées. La première partie est de forme fuguée, la seconde fondée sur des marches harmoniques dont les compositeurs de l'époque découvraient les possibilités.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1_Pachelbel_07_Keyboard_Suite_No_26_In_D_Minor__IV_Gyque.mp3&

Puis une Sarabande pour luth, très mélancolique, toute en retenue et qui utilise avec bonheur les mouvements chromatiques (demi-ton par demi-ton) pour conduire la phrase. Là encore peu d'ornementation, une rare économie de moyens au service d'une grande expressivité.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2_Pachelbel_12_Suite_for_Lute_Solo__III_Sarabande.mp3&





                         Elisabeth Jacquet de la Guerre


Elisabeth_Jacquet_de_La_Guerre.jpg

L'histoire de la musique n'a pas suffisamment rendu justice à la merveilleuse, l'étonnante Elisabeth Jacquet de la Guerre. Née en 1665 à Paris, elle appartient à une lignée de musiciens  et de facteurs d'instruments renommés. Dès dix ans cette petite fille subjugue par son talent de claveciniste et de chanteuse Madame de Montespan qui la fait entrer à la cour. Elle épouse un organiste appartenant lui aussi à une véritable dynastie, Marin de la Guerre, titulaire des orgues de la Sainte Chapelle. Un nom bien agressif pour deux êtres doux et féconds en musique qui vont consacrer leur existence à leurs concerts, l'enseignement de leurs instruments et pour ce qui concerne Elisabeth, la composition.
Son oeuvre très prolifique et très personnelle, ne ressemblant à aucune autre, nous laisse des pièces pour clavecin, transposables au violon, des sonates pour duo de clavecin et violon, des sonates en trio pour deux violons, viole de gambe et clavecin, quelques ouvrages lyriques ( tragédies ou pastorale) trois livres de cantates sur des sujets tirés des Ecritures, des cantates inspirées de la mythologie, un Te Deum enfin, jamais recréé à ce jour et qui avait été composé pour fêter  la convalescence du jeune futur Louis XV.

Deux oeuvres là encore.

La Chaconne dite l'Inconstante extraite de la suite en ré mineur. Inconstante car oscillant sans cesse entre les tonalités de Ré majeur et Ré mineur. L'ornementation en est extrêmement fouillée, les notes tenues à la main gauche créent un déséquilibre dans le déroulement de la phrase qui donne à cette marche lente un regain d'humanité: l'humain toute sa vie ne fait-il pas que trébucher? Et puis que d'intensité narrative dans ces courtes phrases dessinées par la main droite à laquelle répond une main gauche chaque fois plus dense et inventive.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/3_Jacquet_de_la_guerre_07_Harpsichord_Suite_in_D_Minor__VII_Chaconne_lInconstante.mp3&

Ci-dessous un extrait de la partition de cette chaconne:

Image-1-copie-1.jpg

Puis le Rigaudon d'une autre suite en ré mineur, danse traditionnelle du Dauphiné devenue danse de cour. Elégance, puissance mesurée, accents du terroir en imitation des timbres des instruments de pays, tout y est qui dit la parfaite connaissance de la musique de son temps et un grand, très grand métier... Le thème intitial de cette pièce en trois parties ( promenade, rigaudon, promenade ) est lancé par trois énergiques accords.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/3_bis_Jacquet_de_la_guerre_Harpsichord_Suite_in_D_Minor__VI_Rigaudon_I__II.mp3&



                                                     
                                                     Jean Gilles



5uc5cMwbyy 2009326YQIT329CFQ



Le personnage suivant est surtout connu pour son Requiem. Né à Tarascon, Jean Gilles est d'abord enfant de chœur à la cathédrale d'Aix-en-Provence. D'une fonction de chef de choeur à l'autre  il est nommé maître de chapelle à la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse. C'est là qu'il compose sa Messe de Requiem qui sera jouée pour ses funérailles précoces mais également aux obsèques de Rameau. Cette grande et magnifique oeuvre qu'est le Requiem éclipse un peu d'autres pièces très intéressantes, dont ses motets qui savent s'appuyer comme dans l'extrait suivant sur la fécondité des danses paysannes.
La pièce qui suit est en effet écrite en forme de gigue joyeuse où d'élégantes hémioles viennent contredire parfois la course inéluctable de la mesure ternaire. Ce procédé était fort fréquent à l'époque baroque, il donnait du rugueux, de l'irrégularité à la perle ( barroco)


Laudans invocabo, extrait du motet Diligam te, Domine. Ce motet fut composé pour célébrer la visite des Ducs de Bourgogne et de Berry à Toulouse en 1701. 

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Gilles_09_Diligam_Te_Domine__II_Laudans_Invocabo.mp3&;




                          André-François d'Agincourt




717px-De_Parijse_kade_in_Rouen.jpg

Continuons notre promenade... C'est à Rouen, dont vous voyez ci-dessus une représentation magnifique du peintre belge
Johannes Bosboom, que vient au monde un musicien modeste mais fort agréable à écouter. C'est dans cette ville qu'il tiendra cinquante deux ans les orgues de la cathédrale. C'est à Rouen que mourra Jacques-André-François d'Agincourt. Elève de Nicolas Lebègue, très influencé par François Couperin, il eut pour élèves Daquin et Duphly.

Il laisse deux seuls recueils pour clavecin et un manuscrit pour orgue, privilégiant le pittoresque et la reconnaissance au terroir éloignés de Paris comme nous allons l'entendre dans les Dançes Provençalles qui suivent. Rythme endiablé, recherche de sonorités au plus près de la réalité de ces danses, effets de percussion, nous voici donc au pays des cigales et des olives! Divisée en deux parties, la pièce choisie nous permet d'entendre tout d'abord un bransle provencal à deux temps bien marqués, modérés, puis une joyeuse farandole à six temps rapides:  

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/5_Dagincourt_08_Premier_Ordre__Les_Dances_Provencalles.mp3&



                                        Daquin



louis-claude_daquin.jpg



Les trois compositeurs qui viennent appartiennent à la fois à l'apogée de l'époque baroque et aux débuts du clacissisme. Je reviendrai sur Rameau ultérieurement.
Celui dont vous voyez le portrait ci-dessus est Daquin. Claveciniste, organiste et compositeur français, né et mort à Paris, sa virtuosité à l'orgue lui valut une renommée exceptionnelle. Enfant prodige, Daquin se produit au clavecin dès l'âge de six ans, devant Louis XIV. Compose dès l'âge de huit ans un motet pour grand chœur et orchestre, Beatus Vir. Le jour de la création de l'oeuvre, l'enfant est juché sur une table et bat la mesure aux musiciens  ! Cet arrière-petit-neveu de Rabelais fréquente les milieux musicaux et intellectuels de son temps dont Marin de La Guerre, le mari de sa marraine, la claveciniste Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre que nous avons écoutée plus haut.

Son oeuvre est innombrable, consacrée essentiellement à ses deux instruments: le clavecin et l'orgue où il tient la dragée haute à Couperin et Rameau. Ce musicien trop peu joué nous a laissé deux messes, un Te deum des motets, des cantates, des Noêls des pièces pour orchestre de chambre qui étaient tenues en très haute estime par tous les grands musiciens de son temps.

Je vous propose d'écouter une pièce célébrissime, le Coucou, dans sa version pour clavecin:

 
dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/6_Daquin_Le_Coucou_Daquin.mp3&


Puis la gavotte de la suite dite " La réjouissance " en replaçant cette musique itérative dans le cadre des bals de cour aux chorégraphies très élaborées qui avaient donc besoin que la musique se répète de manière inlassable... Il y a là une manière aimable et sans souci qui est fort plaisante à l'oreille:


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-28_Premier_Livre_de_Pieces_de_Clavecin_Quatrieme_Suite__IX_Suite_de_la_Rejouissance__Gavotte_en_Rondeau_Et_4_Doubles.mp3&




                                 Jacques Duphly


monet-matin.jpg


De Duphly on sait peu de choses... L
'homme laisse une biographie pleine d'ombres, de solitude, d'ascèse. Il lèguera tous ses biens à son valet de chambre. A part cette discrète compagnie masculine, on ne lui connait aucune amour, aucune histoire.
Elève de D'Agincourt, né lui aussi à Rouen, il est sans doute le dernier grand claveciniste de l'école française baroque avant que le clavecin ne sombre dans l'oubli et que lui-même ne rejoigne définitivement un anonymat dont ses contemporains ne réussirent  jamais à le sortir. Son oeuvre pour clavecin se trouve à la croisée des chemins entre style baroque et style galant propre aux oeuvres pré-révolutionnaires.

Je vous propose deux pièces de clavecin. La première est une jolie pièce en rondeau varié extraite du premier livre. Intitulée la Boucon, bellement interprétée par Elisabeth Joyé avec ce qu'il faut de balancement et d'accents, elle témoigne du sens mélodique exceptionnel, de la grande élégance d'écriture et de l'expressivité de Duphly

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/04_Courante_la_Boucon_1e_Livre_1.mp3&

Puis sous les doigts de Scott Ross, une autre Courante en forme de rondeau dont le caractère d'emblée un peu hypnotisant derrière ses tourbillons enjoués est ponctué de césures surprises
:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/07_Premier_Livre_de_Pieces_de_Clavecin__Courante_1.mp3&

 

 

                      
                Joseph de Bologne, Chevalier de saint-Georges




Monsieur_de_St-George-par-Mather-Brown.jpg

Notre dernier illustre inconnu pourrait être le héros d'un roman de cape et d'épée! Joseph de Bologne, dit " le chevalier Saint-Georges " est l'enfant naturel d'un planteur de la Guadeloupe et d'une de ses esclaves. Sa mère et lui sont ramenés en France par... l'épouse trompée qui leur était très attachée et ne se résolvait pas à les savoir vendus après leur départ des Antilles. Son père et la femme de celui-ci lui enseignent l'escrime et la musique puis  le font entrer dans une prsetigieuse académie d'escrime à Saint Germain-des-Prés où il reçoit une éducation  soignée.
Pour ses dix-sept ans son père lui offre une charge d'écuyer, premier pas vers l'anoblissement pour cet enfant d'une esclave affranchie. Considéré comme un dieu de l'épée et des armes, il franchit tous les obstacles liés à sa condition de métisse ou mulâtre.
Mais il n'excelle pas que dans le sport. Ce sont Gossec et Jean-Marie Leclerc qui l'initient au clavecin et au violon où il ne tarde pas à se montrer brillant virtuose et compositeur.  Chef d'orchestre aussi puisqu'il prend à la suite de Gossec, son maître, la direction de l'Orchestre des Amateurs et le porte au plus haut niveau européen écrivit à l'époque le journal l'Almanach.
Ses origines et une cabale l'empêchent d'accéder au poste que lui offrait Louis XVI de directeur de l'Opéra de Paris. Qu'importe ! il dirigera le théatre de la comédie italienne et y créera bien des symphonies de Haydn. Son style est déjà celui du clacissisme.  Injustement oublié lui aussi alors que ses pièces sont d'un charme indéniable. Je vous propose pour clore cette page d'écouter l'Ouverture de l'Amant anonyme


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/04_Lamant_Anonyme__Ouverture__Contredanse_1.mp3&


                        Pour réécouter sans interruption ce petit concert...

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1_Pachelbel_07_Keyboard_Suite_No_26_In_D_Minor__IV_Gyque.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/2_Pachelbel_12_Suite_for_Lute_Solo__III_Sarabande.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/3_Jacquet_de_la_guerre_07_Harpsichord_Suite_in_D_Minor__VII_Chaconne_lInconstante.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/3_bis_Jacquet_de_la_guerre_Harpsichord_Suite_in_D_Minor__VI_Rigaudon_I__II.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Gilles_09_Diligam_Te_Domine__II_Laudans_Invocabo.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/5_Dagincourt_08_Premier_Ordre__Les_Dances_Provencalles.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/6_Daquin_Le_Coucou_Daquin.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/1-28_Premier_Livre_de_Pieces_de_Clavecin_Quatrieme_Suite__IX_Suite_de_la_Rejouissance__Gavotte_en_Rondeau_Et_4_Doubles.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/04_Courante_la_Boucon_1e_Livre_1.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/07_Premier_Livre_de_Pieces_de_Clavecin__Courante_1.mp3&

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/04_Lamant_Anonyme__Ouverture__Contredanse_1.mp3&




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Corinne 03/08/2010 09:59



Entre 2 activités (confiture de pommes et repassage) je fais une pause musicale...


Les musiques méconnues ou inconnues sont souvent les plus belles ; la rareté  fait la beauté des choses. Ceci étant dit, il est vrai que les danses sont très enjouées et agréables à
l'oreille !


Bises Viviane et bon courage...



Russalka 05/08/2010 15:07



Comme je t'envie, les confitures, c'est presque un délassement pour moi, qui n'empêche pas de se pauser en musique ;o). Là, je profite
de la sieste de Maxou pour répondre transuillement et avancer quelques articles en suspens depuis quelques semaines pour cause de famille recomposée... Bises et merci à toi Corinne!



juliette 29/07/2010 09:10



Ils ne me sont pas tous inconnus.


Je suis contente de voir enfin le visage de Elisabeth...de la Guerre, dont le nom est en lui un combat.


Je l'imaginais plus masculine ... pour avoir russi à s'imposer un peu dans un monde d'hommes


 


Pour le Chevalier de St Georges, j'en ai forcement entendu parler.


Merci pour le concert.


Je vais l'écouter en continu.


Bises



Russalka 29/07/2010 22:07



Belle musicienne n'est-ce-pas? J'adore ce qu'elle a composé. Et les autres compositeurs aussi, chacun dans son style et sa palette si
différente. Merci à toi d'avoir pris le temps d'écouter. Bises aussi.



Merlin 22/07/2010 21:44



Toutes ces propositions d'écoute sont fantastiques !


Je me suis délecté de toute cette musique à la fois joyeuse et profonde et je me suis retrouvé sous le charme d'Elisabeth Jaquet de la Guerre (sachant qu'un jacquet à cette époque était un
écureuil)...


Le récapitulatif est une très bonne idée. Je suis vraiment un inconditionnel de ces pages de musique dans leur jus, dans leur environnement. Mais Scott ROSS éprouvait aussi le besoin de voir les
statues, les tableaux et les oeuvres que regardaient ces musiciens pour mieux comprendre leurs perceptions, leur manière de ressentir les choses. C'est sans doute pour cela qu'il joue si bien les
oeuvres de cette époque !


Merci encore Viviane.



Russalka 23/07/2010 08:28



Comme je suis contente que tu aies apprécié Elisabeth... Son nom, rien que son nom éveille des tas de sentiments. Quelle belle
association de couleurs sonors dans ce nom là! Et quelle puissante musicienne. Les femmes ne purent pas souvent prendre leur place dans un monde fait par les hommes. Celle ci la mérite amplement:
par sa modestie doublée de puissance créatrice comme Hildegarde von Bingen.
Je voulais faire une play list mais cela semblait très très compliqué de mettre bout à bout les morceaux dans un seul lecteur dewplayer, alors je les ai accumoncelés comme on dit chez nous ;o))
Contente aussi que cette idée de récapitulatif te plaise, je récidiverai donc!
Tu as raison pour cette imprégnation nécessaire à toute interprétation. Je trouve souvent que les jeunes pianistes qui enregistrent n'attendent pas assez longtemps avant de graver pour l'éternité
leur lecture d'une oeuvre. Ils devraient la fréquenter longtemps, visiter les autres arts de l'époque, écouter ce que dit l'histoire. Résultat: souvent du travail certes virtuose et admirable
chez des jeunes  gens mais peu de profondeur et la nécessité de recommencer des années après. Ross avait choisi la sagesse de cette empathie au milieu et son interprétation en est toute
empreinte. Je viendrai tout à l'heure continuer mon écoute commencée hier de Couperin. Son ouvrage didactique  " L'art de toucher le clavecin" est un pur délice d'intelligence, de
sensualité, de pédagogie. Il est intégralement en ligne ici... Bisous



François 22/07/2010 13:33



Bonjour


J'écoutais récemment un podcast enregistré du Mot du jour de Mr Charvet, traitant des Barricades mystérieuses. Je me suis dit ensuite: "googlons", entre midi et deux, pour en savoir plus. La
première page était la vôtre (2007). Et depuis une demi-heure, je navigue de page en page, sans savoir où m'arreter, ébahi devant tant de richesses, musicales et autres. Si je ne coupe pas mon
navigateur, c'est mon boulot qui va mal aller...


Comment ai-je pu passer à coté de votre site depuis tant d'années passées à surfer?


Recevez tous mes encouragements à continuer en si bonne voie.


François



Russalka 23/07/2010 08:18



J'adore l'émission que m'a faite découvrir un ami... C'est super sympa de vous être posé ainsi sur ce navire toujours en partance vers
quelque lieu (sourire) ! J'ai enseigné la musique durant trente années, avec passion et amitié pour les compositeurs, ce que je pose ici est ce que je voudrais laisser au moins à mes enfants et
petits enfants, peut être une édition aussi que je suis en train de rechercher.
Quant à la poésie ou aux contes, ce sont des mots qui me viennent à toute heure de la journée avant de se poser comme ils le peuvent sur ces pages... Merci donc de vos encouragements et bonne
navigation en ces lieux.



aimela 21/07/2010 09:56



Outre ces beaux tableaux de Rouen dont un est de  Monet, j'ai pris plaisir à écouter quelques morceaux d'oeuvres, j'ai été sensible à la gigue,  aux danses provençales, la courante et
la toute première partie de l'ouverture( pas eu le temps d'écouter la suite, je repasserai . pour le reste, cela ne
passe pas, je suis indécrotable  . Bises



Russalka 22/07/2010 09:02



Tu ne peux savoir comme il me réjouit que tu te soit posée un peu plus longtemps au coeur de ces oeuvres musicales. Cela me prouve que
peu à peu ton oreille se forme, accepte la nouveauté. Les danses provençalles, tu a tapé dans le mille: je les ADORE! J'espère que la suite de cette histoire te plaira en douceur. Bach n'est pas
immédiatement accessible mais j'essaierai de le rendre vivant et aimable aux oreilles peu habituées. Bises et merci Aimela...



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook