L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 10:39





 

aria-Goldberg.jpg





Le monument musical que constituent les Variations Goldberg fut édité en 1742. Commandées à Bach en 1736 par le comte de Keyserling, ambassadeur de Russie à la cour de Saxe, elles furent terminées six ans plus tard et destinées à apaiser ses nuits d'insomnie chronique... Le titre exact en est d'ailleurs " Aria avec quelques variations pour clavecin à deux claviers ". Il était rare que Bach se montre aussi précis sur le choix de l'instrument. L'oeuvre trouve donc son meilleur éclairage dans une interprétation au clavecin, même si on se doit d'admirer les prouesses techniciennes des artistes qui ont -délibérément- choisi de la jouer au piano. Les chevauchements de mains, croisements de registres ou répétitions de notes sont en effet redoutables à exécuter sur le seul clavier pianistique...

Elles furent ultérieurement dédiées par la tradition au claveciniste personnel du comte, Johann Gottlieb Goldberg ( trop jeune alors pour les jouer, même s'il était brillant claveciniste et dont on ne sait encore à ce jour s'il fut un élève de Bach ou de son fils Wilhelm Friedmann ).

Ce que l'on sait est qu'elles furent largement rétribuées par le comte qui ne se lassait point de les écouter... La musique apaise l'âme, nous le savons si bien!



basse-continue-goldberg.jpg


Ce qui intéresse Bach au premier chef est l'exploration de cette basse continue (dont vous apercevez ci-dessus la globalité) qui va se dérouler et s'ouvrir, de variation en variation, à mille surprises mélodiques, rythmiques, ornementales et expressives.

Cette basse est constituée de quatre phrases de 8 notes dont la première se termine au ton principal (Sol majeur), la deuxième au ton de la dominante (Ré majeur), la troisième au relatif mineur (mi mineur), et la dernière de nouveau au ton principal de Sol majeur.

La tonalité initiale de Sol majeur y figure dans la totalité moins trois variations. Tonalité riche qui convenait selon les musicologues de l'époque, " aussi bien aux choses gaies que sérieuses ".

Tout en restant dans l'esprit de la chaconne française ( ou allemande) , ou du ground anglais si proche de la pasacaille espagnole, Bach y opère une synthèse des formes utilisées dans toute son oeuvre de clavier. On y retrouvera en effet et avec une difficulté croissante  d'écriture des inventions, gigues, fugues, tocatas, chorals, danses, ouvertures à la française, canons etc. selon le cas écrits à une, deux voire trois ou quatre voix. Chacune des pièces forme un tout autonome qui peut être écouté indépendamment des pièces qui précèdent ou suivent.

L'architecture en est rigoureuse et obéit sur le plan harmonique à la forme en arche  Tonique-Dominante-Tonique. 


On peut diviser l'ensemble (hors les arias introductif et conclusif)  en dix groupes cohérents et logiques de trois variations, chaque groupe de trois étant constitué de :


- Une pièce d'ouverture d'inspiration libre et souvent apparentée aux danses de la Suite de danses.
- Une pièce à deux claviers avec croisements de main ( sauf variations groupe 1 et 10)
- Une pièce à trois voix dont les deux supérieures en canon progressif ( premier canon à l'unisson, deuxième canon à la seconde, troisième à la tierce, quatrième à la quarte etc jusqu'au neuvième canon, le dixième étant remplacé par le Quodlibet.)

Les canons des groupes 1 2 3 6 7 8 9 sont directs ( Si la première voix dit Sol-La-Si-Do-Ré, les autres voix répondront Sol-La-Si-Do-Ré)
Les Canons des groupes 4 et 5 sont inverses (
Si la première voix dit Sol-La-Si-Do-Ré, les autres voix répondront Ré-Do-Si-La-Sol)

Les 30 variations plus l'aria d'ouverture et l'aria de la fin forment par ailleurs 32 couplets.

Ces 32 couplets composés sur une basse de 32 notes pourraient, selon les amateurs de la Kabbale, être rapprochés des Trente-Deux Voies de la Sagesse de l'Arbre des Sephiroth.

Pour chacun des dix groupes de variations:
- la variation n° 1 correspondrait à l'Idée ( variation de forme libre )
- la variation n° 2 illustrerait les concepts de Dualité et de Complémentarité attachés à ce nombre ( d'où les pièces procédant par mouvement croisés des mains de gauche à droite ou de haut en bas)

- la variation n° 3, évoquant la Pensée accomplie se génèrant dans la forme austère du contrepoint ( le chiffre 3 étant dans la Kabbale associé à la pensée rigoureuse, austère, synthétique).

L'ensemble de l'oeuvre tracerait donc le parcours d'une existence humaine partant d'une idée libre pour parvenir à l'accomplissement d'une pensée.


sephiroth.jpg

Je vous offre quelques larges et beaux extraits de cette oeuvre et dans la merveilleuse interprétation au clavecin de Pierre Hantaï, toute pleine d'un délicieux rubato et qui pourtant jamais ne quitte la rigueur pulsatile,  que vous pourrez retouver de visu et d'oreille ici-même. Vous apprécierez comme moi la rondeur de son instrument et sa belle ligne de chant.

Vous trouverez par suite sur ce blog des enregistrements d'autres versions peu connues, mais la toile en regorge qui sont souvent superbes.
Pour n'en citer que quelques unes, celle de Scott Ross au clavecin.  Les versions piano de Glenn Gould et celle fort belle ma foi et au piano aussi ( juste l'aria) de Daniel Baremboïm. Place à l'écoute!

Aria

Sarabande paisible dans le style français, très ornementée. Empruntée au second livre d'Anna Magdalena Bach. Un seul accord sert de base harmonique à chaque mesure et c'est cette stricte structure que Bach va explorer d'un bout à l'autre de l'oeuvre.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/01_Goldberg_Variations_BWV_988__Aria.mp3&


Variation 1

Invention en forme de duo entre les deux mains qui se croisent et s'ornent de multiples manières.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/02_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_1_a_1_Clav.mp3&

Variation 3

Premier canon de la série de neuf canons qui apparaissent toutes les trois variations. Les fréquents croisements des éléments canoniques entre les deux mains rendent difficile à l'oreille l'émergence de la basse continue et font de cette variation une des plus ardues techniquement.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/04_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_3_Canone_All_unisono.mp3&



Variation 5

Duo rapide qui oppose deux lignes en doubles croches entrecroisées nécessitant l'usage des deux claviers.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/06_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_5_a_1_Ovvero_2_Clav.mp3&




Variation 7

Petite gigue écrite sur un rythme de sicilienne. Elle oppose tout du long et aux deux mains, l'idée rythmique de la danse ( les rythmes pointés)

Image-1.jpg

à la formule mélodique des quatre triples croches rapidement déroulées:

Image-2.jpg

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/08_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_7_a_1_Ovvero_2_Clav.mp3&

Variation 10

Une belle fugue à quatre voix dans le style plus pur assise sur des cellules rythmiques d'allure martiale.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/11_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_10_Fughetta_a_1_Clav.mp3&


Variation 11


D'une grande élégance avec son motif descendant très gracieusement et délicatement orné.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/12_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_11_a_2_Clav.mp3&



Variation 13

Une mélodie à l'italienne ornementée et élégante dans laquelle se distingue très clairement la basse continue à la main gauche.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/14_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_13_a_2_Clav.mp3&


Variation 15

Un canon à la quinte en sol mineur et à deux claviers brillantissimes quoique d'un tempo modéré du fait de ses ornements mesurés à caser entre notes piquées et croisements de mains obligés...


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/14_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_13_a_2_Clav.mp3&



Variation 16

Un belle ouverture à la française. La première partie est lente et majestueuse avec ses rythmes pointées et ses ornements divers. La seconde partie est une petite fugue au tempo plus rapide et d'allure plus légère qui contrairement à l'habitude voit les diverses entrées se succéder de l'aigu au grave.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/17_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_16_Ouverture_a_1_Clav.mp3&



Variation 25

D'une grande expressivité, le moment sans doute le plus intime de toute la succession de variations. En sol mineur, le thème pour  deux claviers est servi par une écriture très complexe dont le chromatisme omniprésent accentue le caractère profondément mélancolique et interrogatif. On se rapproche ici de l'esprit de la grande Fantaisie chromatique et fugue.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/26_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_25_a_2_Clav.mp3&



Variation 28

Toccata brillante reposant sur un trille quasi continu entre les deux mains.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/29_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_28_a_2_Clav.mp3&



Variation 30

Le jovial Quodlibet ( du latin " ce qui plait ") superpose deux airs traditionnels allemands travaillés en contrepoint. Il est d'ailleurs étonnant de lire dans la Kabbale que la trentième voie est celle de l'intelligence collective et que Bach ait choisi pour illustrer l'idée de cette trentième variation deux oeuvres populaires entrées dans le patrimoine collectif de son pays.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/31_Goldberg_Variations_BWV_988__Variatio_30_Quodlibet_a_1_Clav.mp3&


L'oeuvre se termine par l'aria initial et la boucle est ainsi bouclée... Bonne écoute!





Partager cet article

Repost 0

commentaires

cours guitare 30/05/2011 12:39



J'ai récemment découvert votre blog. C'est une pépite. J'y découvre ou redécouvre de vrais chefs d'oeuvres. Le partage de votre passion et de votre culture fait particulièrement plaisir. Merci à
vous.



Russalka 31/05/2011 09:09



Merci à vous d'avoir aimé!



Valentine :0056: 21/05/2011 18:18



Merveilleux travail de présentation ! Merci pour la recherche et les informations passionnantes (telle l'allusion à la Kabbale !)



Russalka 23/05/2011 17:07



Merci Martine, j'essaie de trouver sans cesse de quoi nourrir la réflexion, mais je t'avoue que en ce moment, la sécheresse qui sévit
chez nous me porte davantage aux stratégie de contournement du manque d'eau qu'au blog  ou à l'histoire de la Kabbale, et pourtant ...l'envie ne m'en manque guère! ;o)) Bises!



Mony 20/05/2011 19:03



Je découvre beaucoup de chose grâce à toi. Mille mercis !


J'apprécie particulièrement la variation 25. Mony



Russalka 20/05/2011 22:28



Merci Mony, cette variation est très émouvante. Je suis vraiment heureuse qu'elle t'ait touchée, elle n'est pas si aisée d'accès, un peu comme certaines montagnes
dont on n'apprécie la beauté qu'après des heures d'ascension.


Bises et à tout bientôt sur Miletunes.



aimela 19/05/2011 09:06



Un  article très complêt et intérressant  par contre je n'ai pas pu écouter la musique jusqu'au bout, désolée , elle ne passe pas



Russalka 19/05/2011 09:22



Ne t'en fais pas, je sais que d'autres musiques passeront ;o)) Bises et merci Aimela!



ulysse 18/05/2011 23:06



Quelle culture et quelle passion Viviane ! Tu me fais redécouvrir des oeuvres que je n'écoutais plus....



Russalka 19/05/2011 09:19



Merci Ulysse, c'est bon parfois de revenir dans des terres connues, le promeneur passionné que tu es sais combien on n'en finit pas de
découvrir du neuf dans ce que l'on croyait avoir épuisé...



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook