L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 03:21

 


fuite.jpg

Adam Elshemer, la fuite en Egypte



Toujours vient l'heure de la fermeture. De la nuit qui se pose sur une destinée. Quitter ces pages consacrées à Bach m'est sincère peine. J'aurais pu sans regret immense clore ma petite histoire de la musique sur ce compositeur cher entre tous. Mais le spectacle doit continuer et c'est avec l'Art de la fugue ( de la fuite ) que ces articles laisseront place à d'autres. Cette oeuvre est austère comme celle d'un homme qui a vécu, souffert, choisi. Je l'aime pour sa noblesse sans tricherie. Comme celle d'un Sainte Colombe...

La dernière oeuvre de Bach est entourée d'énigmes. La grande complexité de l'écriture la destinait a minima à un instrument à deux claviers, clavecin ou orgue. J'ai pris le parti de vous proposer une version transposée à l'orchestre après analyse rigoureuse des registres utilisés et attribution de ces registres aux pupitres d'instruments le plus adéquats par Marcel Bitch et Karl Ristenpart.

La construction en est progressive et en sept parties:
1) 4 fugues simples à quatre voix.
2) 3 fugues strettes ( habituellement, dans une fugue chaque voix attend pour entrer que la voix précédente ait fini d'être exposée, dans les fugues en strette ( ou étroites) les voix entrent plus tôt dans le déroulement)

3)  4 doubles fugues dont la dernière voit apparaitre les notes qui signifient BACH
4)  4 canons à deux voix
5)  2 fugues en miroir à trois voix ( qui peuvent être jouées à l'envers ou à l'endroit...)
6)  2 fugues miroirs à quatre voix
7)  1 grande fugue à quatre voix et trois sujets restée inachevée.


Les multiples éditions successives ont donné des places différentes aux 20 contrepoints qui la composent. Seul le premier contrepoint ( la première fugue ) qui lance le thème général de l'oeuvre a conservé tout du long de l'histoire éditoriale sa place initiale. Il a donc fallu faire un long travail d'analyse pour remettre de l'ordre dans la chronologie et logique interne de l'oeuvre.

Je ne vous donnerai pas tout à entendre mais, je l'espère l'envie de découvrir et plonger...

KdF-Orig.png
Première partie, fugues simples:
Le Premier Contrepoint et d'un sujet paisible, solennel et très dépouillé, articulé sur douze notes dont les cinq premières sont des valeurs longues ( les blanches de l'arpège de ré mineur et sa sensible, Do#). Il réapparaitra tout du long de l'oeuvre au travers des interventions des 4 voix avec une complexité croissante et sans que jamais s'installe la lassitude. Après quelques minutes s'installe le premier divertissement et un climat d'étrangeté tonale, lié à l'usage du chromatisme ( progression de demi tons en demi tons) au niveau de la basse de l'orchestre qui nous perd un peu, nous enrobe, nous déroute... Tout en conférant à cette première pièce une grandeur étonnante.  La voici dans la version pour orchestre de Karl Ristenpart:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/Art_de_la_fugue/1-01_Arte_Della_Fuga_Bwv_1080_Contrappunto_1_Fuga_Semplice_a_4_Voci_1.mp3&

Le Deuxième Contrepoint, à 4 voix lui aussi, ressemble assez fort au premier, à ceci près que la fin du sujet et le contre-sujet sont écrits en rythmes pointés qui donnent beaucoup d'animation à cette grande phrase et presque un esprit dansant.


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/Art_de_la_fugue/1-02_Arte_Della_Fuga_Bwv_1080_Contrappunto_2_Fuga_Semplice_a_4_Voci_1.mp3&


Fugue.jpg
Schéma de construction des deux premières fugues ( médiathèque de la cité de la Musique)

Deuxième partie, fugues en strette.

Je vous propose d'écouter le contrepoint n° 5 qui réunit cordes et bois, le sujet y est légèrement et discrètement orné :


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/1-07_Arte_Della_Fuga_Bwv_1080_Contrappunto_5_Fughe_Strette_a_4_Voci_1.mp3&

Troisième partie, quatre doubles fugues

Contrepoint n° 8:
Une fugue énergique dont le thème, construit sur un saut d'octave, débute seul avant d'être combiné au grand sujet écrit en valeurs longues:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/Art_de_la_fugue/1-08_Arte_Della_Fuga_Bwv_1080_Contrappunto_8_Doppie_Fughe_a_3_E_4_Voci_1.mp3&

 


Cinquième partie

Le contrepoint N° 16, sans nl doute l'un des plus forts et puissants de toute l'oeuvre dont le sujet dynamique et bondissant ne requiert que la participation des cordes. Sa cadence rompue finale crée un sentiment d'attente et de frustration à nul autre pareil...


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/01_Contrepoint_16_-_2_Fugues-Miroirs.mp3&



Sixième partie

Cette fugue à quatre voix , le contrepoint n° 19, laisse déjà présager du climat qui régnera dans la dernièrebfugue, tout d'interrogations et d'apaisement. Les nuances piano, l'utilisation des cordes seules dans un registre sans excès de tessiture, la lenteur relative du sujet, tout concourt à nous donner idée d'une âme qui a enfin trouvé la paix:

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/04_Contrepoint_19_1.mp3&


Dernière partie

Cette fugue à quatre vois et trois sujets est restée inachevée. Elle signe le testament de Bach. De multiples études ont cherché à en percevoir le secret. On est allé jusqu'à analyser les gouttes d'eau sur l'original pour connaître ( à peu de choses près!!!) la dâte de composition de l'oeuvre. Il semblertait en fait que les dernières pages de cette fugue ait été perdues par les enfants de Bach et que l'éditeur ait fait... comme il a pu... pour donner un sentiment de vraisemblance à ce qu'il lui fut donné d'éditer. Il reste que cette dernière oeuvre est d'une émotion assez inouïe et que je ne l'écoute sans avoir les larmes aux yeux devant le génie qui s'éteint.

Vous entendrez lors du troisième sujet apparaitre les notes Sib La Do Si, qui signifient BACH. Signature ultime donc, d'un compositeur qui aima avec conscience, un mot dont on ne sait plus le sens,  les chiffres, le travail, la raison, la patience, l'érudition humble et de son temps, ses enfants et sa terre natale.

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Bach/05_Contrepoint_20_-_Triple_Fugue_Inachevee_1.mp3&

Oui, J'ai peine de quitter ces pages que j'ai fait durer le plus longtemps possible. Bach m'est nourriture. Quotidienne. L'équilibre formel de ses oeuvres m'apporte de la paix. La douceur emplie d'âme des thèmes qu'il compose, harmonise, fait vivre, me rendent fière d'être une humaine.

Mais... Déjà m'espèrent Haendel l'Européen et Rameau le mal aimé... Quelques retours viendront sur cette oeuvre de Bach dont j'ai, pour alléger, oublié volontairement tant de pièces qui feront l'objet d'articles ultérieurs: les messes et passions, les inventions, les oeuvres éparpillées. Bonne écoute!


bach-y


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mony 08/09/2011 20:07



J'ai pris mon temps pour découvrir ces morceaux de choix. Merci Viviane.


 



Russalka 12/09/2011 21:52



 


Merci à toi Mony, et j'ai pris mon temps pour répondre, étant hyper surbookée tous azimuths!! Ah, vivement une saison
plus calme ;o))



ulysse 04/09/2011 11:30



Sur l'air de ces fugues mon âme fugue vers lés étoiles, là où il n'y a plus rien que de la lumière



Russalka 05/09/2011 09:15



 


Ah, c'est joli tout plein cette fuite vers la lumière qui berce nos rêves ;o)) Mille merci Ulysse!



Martine 02/09/2011 19:20



Bonsoir Viviane,


Tu nous offres un magnifique cadeau. Quel travail! Cela mérite que l'on s'installe et déguste, tranquille... Je reviendrai car c'est l'heure du repas.


Passe une douce soirée


A bientôt


Martine


 


 



Russalka 03/09/2011 15:27



 


Merci Martine, je reviendrzai sur Bach sitôt que le rythme de la vie me sera plus souple, dès lundi, je pense,car des
imprévus viennent toujours se greffer sur mon organigramme alors que 'jaurais tant besoin... de temps ;o))



Merlin 02/09/2011 18:40



J'avais toutes les raisons de faire des fugues. Malgré tout, je me suis contraint à ne pas en faire pour épargner mon pauvre Papa.


En musique ce sont bien des passages qui fuient les uns après les autres comme s'ils se poursuivaient avec en effet
sujet, contre-sujet, réponse, exposition, épisodes, reprises, stretto, pédales et rebelote.  En somme une série de
fuites bien organisées ! Avec Bach, y' avait pas de souci... Article remarquable encore une
fois.


Rassure-toi, tu ne risques pas de nous faire fuguer avec ce genre d'article.


Merci beaucoup.


 



Russalka 03/09/2011 15:26



 


Comme toi, Bach eut des raisons identiques,  ayant perdu sa maman puis son papa très jeune, placé auprès de son
frère qui jalousait ses talents mais se comporta tout de même avec lui avec grand sens des responsabilités. Si tu savais ma peine d"abandonner cette place de Bach, qui m'est sichère... J'
reviendrai avec en tout premier lieu les inventions sur lesquelles suis passée très rapidement, ne faisant que les mentionner au décours d'un article. Merci d'avoir suivi avec fidélité ces
épisodes musicaux ;o))




Valentine :0056: 02/09/2011 17:42



Quel travail énorme de complilation, de présentation et d'analyse ! Certes, il faut beaucoup d'amour pour le constituer... Et Bach est une nourriture ô
combien nécessaire et bienfaisante. J'ai adoré le cor anglais qui entame le morceau indiqué en 5, mais j'avoue que le dernier extrait offert me paraît par son orchestration et sa construction
d'une beauté inégalable. Je ne connaissais pas du tout cette oeuvre et c'est en effet avec une grande émotion que l'on entend, parfaitement intégré dans l'ensemble, le thème "signature" sib la do
si...


Par contre si "fuga" veut dire "fuite", je ne vois pas en quoi ce type de composition pouvait être apparenté à une fuite, alors qu'il est par sa nature même
un enracinement, une position inébranlable dans un environnement où d'innombrables tentacules vous lient irrémédiablement sur place. Pour un "art de la fuite", j'aurais vu une musique pleine de
gaieté avec des thèmes qui s'envolent, presque  incomplets, pour se perdre dans une  forêt de rythmes...



Russalka 03/09/2011 14:59



 


C'est tout à fait juste ce que tu soulignes: l'enracinement ( Bach savait qu'en consacrant son existence au
contrepoint il scellait dans le marbre des formes musicales séculaires)  La fuite , comme le dit si bien Merlin, est liée à la forme même: celle de thèmes ( ou sujets) qui se pourchassent,
s'évacuent de 'lespace sonore les uns les autres avant de se rejoindre dans la strette ( étoite). Merci de ton délicieux commentaire!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook