L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 04:07






archei




L'eau était aussi calme
que la peau de l'enfance
quand ne l'ont pas encore atteinte
le froid de la raillerie
  la brûlure des coups.



archei



Photographie
de
Daniel Cazin









 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Carole 06/08/2012 13:05


C'est très beau : photo superbe, texte délicat et juste forment un ensemble particulièrement harmonieux.

Russalka 07/08/2012 10:04



 


Merci Carole, cette photo fut très inspirante! je la trouve merveilleuse dans ses couleurs, son atmosphère générale,
ses intentions philosophiques. J'y reviendrai dès septembre car les deux mois de vacances n'en ont pour moi que le nom cette année ;o)) le jardin et la maison... Quel travail!



alice 14/04/2010 21:02



Une grande photot austère pour accompagner les blessures de l'enfant, en espérant une eau paisible pour son moi intérieur. Amitiés



Russalka 15/04/2010 09:28



C'est aussi une autre lecture et comme les autres, elle m'enchante, merci Alice de ton regard.



Marianne 14/04/2010 20:45



on croirait voir un lac vitrifié ! C'est surprenant.


C'est peut-être ce qu'on appelle... le calme plat !!


 


 


 



Russalka 15/04/2010 09:26



je pense que c'est un endroit du désert où ne souffle nul vent, image surprenante, n'est ce pas?


merci Marianne!



lutin 14/04/2010 17:18



Un miroir, pas un souffle pour fripper la peau de l'enfance, photo magnifique dans laquelle l'humain reprend sa taille première sortant du ventre de sa mère.



Russalka 15/04/2010 09:25



C'est exactement cela, Lutin: la taille première. Le miroir qui ne frippe. L'innocence. Merci!



aimela 14/04/2010 12:53



Très belle image mais bizarrement, elle me paraît froide . Où se trouve la châleur de l'amour ? Excuse  mais c'est ce que je ressens  à la regarder . Bises Viviane



Russalka 15/04/2010 09:23



Tu as raison de laisser parler ton coeur, Aimela, ici il ne s'agit pas vraiment de chaleur de l'amour mais d'innocence, de pureté, de
peau non encore atteinte. Indépendamment de l'amour donné. Bises!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook