L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 11:35

 


Damousse et Chana savaient que leur tâche serait rude. Le coeur de Tamel pouvait être aussi râpeux que large et ses colères laissaient toujours des traces visibles sur le village des Hules.
Pour l'heure, il était réfugié sous un rocher que coiffaient des herbes sombres et luisantes comme des algues. Il boudait ...

Quelques jours plus tôt, Damousse l'avait considérablement agacé. Elle s'était amusée à transformer en cygne un vieux coq au plumage miteux mais à l'orgueil intact. Piqué au vif devant ce talent naissant qui entamait sa si chère différence d'avec le commun des hommes, Tamel s'était vengé toute la journée en tirant sur l' ombre des passants jusqu'à les faire trébucher.

Cela n'avait pas été du goût de chacun et bientôt, une grande clameur de colère avait couru dans les ruelles du village des Hules.

Tamel ne manquait pas d'arrogance parfois. Après avoir provoqué maintes écorchures et foulures à tous ceux qui l'aimaient, ne le vit-on pas expliquer aux uns et aux autres que leur aigreur envers lui construisait autour d'eux des murailles que ne pourraient plus traverser la chaleur de l'échange et celle du partage? Qu'il leur fallait apprendre à cicatriser aussi vite que l'enfant ? Et que tout cela était finalement de la faute de Damousse... L'ascendant du verbe, que Tamel possédait  au plus haut degré, laissait chacun interdit et presque sans défense... Cet enfant ne comprendrait-il donc jamais que ses facéties et sa science de la parole, souvent fondée sur des prémisses boiteuses, créaient de vraies souffrances et qu'il accusait, dans le fond, les autres, de ses propres errances?

Sans doute une de ces bizarreries liées au partage de pouvoirs tout neufs entre Tamel et Damousse, au fur et à mesure que les Hules baissaient la nuque, résignés, sous les fortes paroles du jeune garçon, leurs maisons de pierres larges et lourdes se laissaient couler sur leurs fondations. Les blocs étincelaient quelques instants dans le soleil couchant puis se fichaient dans le sable, immobiles à jamais.

- Tamel! cesse de faire payer à nos familles mon envie de jouer un peu! je ne recommencerai plus, promis, mais rends-leur leurs maisons.
...


Depuis quelques jours le village des Hules semble avoir subi une guerre venue du ciel. Ses habitants ne trouvent plus chaleur que blottis à la nuit tombée les uns contre les autres dans la muraille invisible et tendre de leur écoute mutuelle. Et contre toute attente, cela les rend joyeux.

Sous son rocher, Tamel construit patiemment, avec l'aide des pierres qu'il appelle les unes après les autres de la forêt voisine, la muraille même qu'il raillait chez ses frères. Se punit-il ou boude-t-il? Se complait-il dans une fausse idée de sacrifice?

Oui, pour Chana et Damousse, la tâche serait rude...


Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Hommages et échos
commenter cet article

commentaires

Corinne 01/11/2011 09:38



Je retrouve avec bonheur les aventures de Tamel et Damousse toujours contées avec talent !



Russalka 01/11/2011 13:57



 


Vraiment contente que tu aies aimé, Corinne, moi aussi je les adore ces deux brigands là ;o).



Miche 29/10/2011 04:55



... tout est utile... Ces personnages sont si vivants !


 



Russalka 29/10/2011 13:12



 


C'est gentil, j'essaie en tous cas de leur donner vie sans cesse, merci Miche!



Valentine :0056: 25/10/2011 22:02



Oui, c'est de retrouver Damousse et Tamel qui m'a alertée au sujet de l'autisme ; cependant ce conte-là ne semble pas avoir déjà été publié et c'est toi qui
renoues avec tes anciens personnages... J'adore ce texte pour la poésie qu'il dégage et l'élégance de son style ; en plus on est en plein rêve...



Russalka 27/10/2011 14:27



 


Je continue ducement de faire vivre ces êtres oubliés ( plus ou moins ) de leur auteur dont je sais que je ne le
reverrai plus. Quelle tristesse.  Merci de ta lecture, ces personnages me sont chers et leur monde en soi est poétique...



Mony 25/10/2011 21:06



"dans la muraille invisible et tendre de leur écoute mutuelle"


Ces mots me parlent au fond du coeur. Merci pour tes beaux contes.



Russalka 27/10/2011 14:23



 


Merci à toi Mony, la tendresse, c'est bien ce qui nous protège toujours de tout...



Joubert 25/10/2011 14:23



Votre beau personnage me fait souvent penser à un ange habillé d'ailes noires.

Habité d'un démon.

Certains êtres s'enferment d'eux - mêmes dans leur forteresse. Et en tiennent grief aux autres.

Mais nous sommes libres. Tous nous pouvons dire NON. Même si notre liberté n'est que particule élémentaire, elle est.

Merci de ce conte qui questionne, Viviane.

Amitiés,

Joubert



Russalka 27/10/2011 14:23



 


Je suis bien d'accord avec cela: dire non.
Moi j'ai dit non à la manipulation mentale, même si elle provient d'êtres ... démunis d'empathie.
Mille merci Joubert de votre fidélité.



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook