L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 08:58




La cage d'escalier était un de mes bonheurs.

Il tient à de l'impalpable souvent

et là,
c'était la résonance extraordinaire de l'espace qui le dessinait.

Toute tendue vers le puits de jour qui s'ouvrait aux greniers
j'avait peine à saisir d'un seul regard la perspective verticale des murs
la torsade acajou de la rampe et des marches
le garde-fou aux balustres bronzées dont certaines branlaient
comme une invite à la chute

Assurée d'être seule
je vocalisais sans entraves
et l'écho m'habillait de ses retours flatteurs parfois
édifiants souvent

Puis je prenais peur en pensant que
bien peu de cris reviennent d'eux-mêmes
vers la bouche qui les a libérés

Sentais-je qu'ils couraient
comme ma jeunesse
ingénus vers d'autres rivages
emportant avec eux mes révoltes
mes joies
et derrière eux le corps
vide autour d'un vent mort ?




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Fragments
commenter cet article

commentaires

ulysse 15/11/2011 23:20



Viviane j'adore les marmottes, j'en ai vu de nombreuses au cours de mes randonnées qui prenaient le soleil devant leur terrier et défilaient en sifflant au moindre danger....



Russalka 16/11/2011 15:23



 


Quelle chance, nous n'en avons vu qu'une fois, sur le col de Bielsa dans les Pyrénées Atlantiques. Elles étaient
debout sur le terre plein qui borde la route et regardaient passer les voitures au ralent sur une route trop subitement enneigée. C'était trop chou!



Valentine :0056: 15/11/2011 22:48



A relire ce poème, je vois que ce qui compte le plus, ce n'est pas tant
l'escalier, que sa disposition acoustique, du haut de laquelle tu es comme sur les planches d'un théâtre. Oui, il est de somptueux escaliers...



Russalka 16/11/2011 15:34



 


Ah oui alors, je me sentais comme au théâtre, vraiment!!! Bises et merci Valentine;



Valentine :0056: 15/11/2011 22:46



En effet   ?? Je retrouve "Fragments 6", '"Fragment 7", mais pas le poème où
tu évoquais ce craquement qui ne survient pas tout de suite, ce qui m'avait frappée...



Russalka 16/11/2011 15:29



 


Il doit se trouver dans la rubrique " mes philosophes" attends je cherche! Il est ici aussi




Aux marches vers le bas
je dis ma reconnaissance pour les peurs sans issue
parfum de bois vivant mort légère
audace d’eau qui se contient
dans la chair noircie des pierres
la feuille éteinte de l’espace
que caressait ma main
et l’enfer d’une trappe au goût de refermer


Aux marches vers le haut
je dis ma reconnaissance pour les planches fendues sur le vide
pitié boiteuse de la rampe
odeur de cire et de vertige
les toiles d’araignées
pièges sacrés soutien des poutres
une petite source
un moins que rien froissé
luisant au bord du toit lorsque le soi écoute







 



Valentine :0056: 14/11/2011 21:18



  Comme c'est bien dit ! Quel merveilleux escalier dont on sent l'envolée,
les torsades, et toute l'élégance à travers un rêve d'aventure fabuleux ! Ce poème m'en rappelle un autre sur un escalier dont les marches craquent...



Russalka 15/11/2011 19:06



 


C'était un escalier sur deux étages très hauts comme le sont ceux des très vieilles maisons. Elégant est le mot et
dangereux aussi car ciré chaque jour par ma grand-mère qui ne supportait pas que nous ne portions des chaussons ou patins pour les parquets. Quel poème?



ulysse 14/11/2011 17:16



Viviane, les mots et les musiques que l'on cueille ici ouvrent aussi les portes du ciel 



Russalka 15/11/2011 19:00



Tu es adorable, Ulysse. Je suis en train ( péniblement) de travailler à un article car dès que l'hiver arrive, je me
sens une âme de marmotte...






Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook