L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 14:25



Après des jours et des nuits de marche, Tamel parvint enfin à la clairière qui l'appelait.

Damousse le suivait, sautillant d'un fossé à l'autre, un bouquet de fleurs tout rond dans une main, le caillou blanc que Tamel lui avait offert dans l'autre.

Les deux enfants s'étaient sauvés à l'insu de tous par la porte du Nord Est.

Au fur et à mesure que s'éloignait la chaleur de leur village, une crainte sourde envahissait Tamel, qu'il se gardait bien de montrer à sa jeune complice. Damousse était sensible au moindre éclair dans un regard, aux nuances subtiles qui peuvent enflammer une carnation, aux moiteurs qui embaument la chair espérante ou craintive. Elle aurait pour sûr réagi avec son désir coutumier de comprendre.

Ses incessants " Pourquoi...? " auraient ralenti leur cheminement.


Quelques heures plus tôt, il avait craint qu'elle ne le force à faire demi-tour. Or rien n'exaspérait davantage Tamel  que devoir céder à une injonction de rejoindre le déjà connu quand l'à-venir était tout empli de surprises, bonnes ou mauvaises.

Alors qu'ils descendaient l'un derrière l'autre le sentier longeant la Rivière aux loups Tamel avait senti se dessiner dans son dos le rideau de l'absence.

- Damousse! maugréa-t-il en retrouvant sa jeune compagne accroupie devant des phénomènes qui semblaient la passionner, je t'ai dit mille fois de t'attacher à mes pas, ni trop près ni trop loin. Tu es ex...
- Regarde Tamel, comme c'est amusant cette cendre. Je la touche du bout des doigts et elle devient glaçon...

Tamel s'accroupit à son tour. Sur le talus aux herbes sombres et touffues qu'envahissait l'absinthe se promenaient de petits tas de cendres encore tièdes que le seul contact de  leurs doigts tansformait instantanément en dentelle gelée. Tamel avait l'habitude de voir les événements de ce monde se modifier en sa seule présence, mais pour une fois, cela semblait échapper à son vouloir.

- Ce givre ne me dit rien de bon, Damousse. Regarde... A quelle étonnante vitesse il nous fait signe de l'escargot.

Se couchant tout à coup, Tamel ferma les yeux et laissa s'étirer son âme en direction du Nord-Est. Surtout pas se laisser emprisonner par les beautés de la nature que cette part de lui survolait en silence.
De même que la lueur n'existe que par l'obscurité,
de même que l'être humain ne délivre parole sincère que s'il ne s'écoute pas, 
Tamel ne pouvait s'échapper de sa prison de chair qu'à la seule condition de l'ignorer.

Une larme brilla soudain au coin de son réveil, qui n'échappa point à Damousse.


- Allez on rentre! cria la petite fille. Maman m'avait promis une tourte à l'abricot, on rentre!

- Non Damousse. Ce qui se passe est trop grave. Suis-moi.





Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Hommages et échos
commenter cet article

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook