L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 13:45




  

Quittant San Pedro de Arlanza nous divaguons entre les collines  que le guide touristique qualifie de " boisées ". Nous ne croisons hélas que chiches arbustes  incendiés par moments de beaux buissons de genêts.  Sur le bord d'une  route, n'indiquant rien d'autre que sa couleur joyeuse, une  voiture à cheval dont les brins de foin éparpillés entre les lattes de bois disent l'usage encore ordinaire ici. ,





Nous sommes à Covarrubias. Cette petite bourgade de 740 habitants aux belles maisons de pierre rousse  est, figurez-vous, la capitale de la cerise !
Nous arrivons trop tard pour goûter aux primeurs qui, durant toute la semaine précédente,  ont agrandi la ville de tous ses environs friands  de fruits et d'histoire médiévale.





Une venelle étroite  prolongeant une porte au style Renaissance nous conduit au coeur de la ville. Maisons à colombages au port alangui, perchées au bord de rues sans trottoirs :








Maisons abandonnées
dont  le bois mort  ne se distingue plus du fer forgé





Puis une place qui longe, paisible, la muraille et la haute tour massive du palais de Fernan Gonzalez de Castille.
Datant du Xème siècle, il se raconte que cette forteresse fut édifiée pour y incarcérer l'infante qui  nourrissait une liaison coupable avec un jeune moine des environs.

Fernan Gonzalez, dont la renommée est au moins égale à celle du Cid, établit à Covarrubias les bases militiaires et stratégiques de la reconquête de toute cette région, alors aux mains des Maures. Le personnage semble avoir été un fieffé gredin dont on ne parle qu'à mots couverts. Il faut dire quil savait ouvrir ses coffres d'abondance pour convaincre les clercs et les laïcs de le suivre dans cette réappropriation de la Castille.

Le pourtour de la forteresse est aujourd'hui couvert de tuiles, il était à l'origine crénelé.








La ville est deux fois ceinte. Par la forteresse mais aussi par la rivière Arlanza dont voici les berges printanières. Nous sommes au tout début mai et pourtant le débit me semble déjà bien faible...






Surprise de ces maisonnettes dispersées à tout endroits de la ville. Hé oui! vous avez deviné : ce sont des poubelles ! Et je me prends à rêver que chez nous aussi on entoure ces objets utiles d'un habillage plaisant...lles ne déparent pas et je me dis que l'on pourrait aussi chez nous faire cet effort esthétique conjugué à l'écologie

.





Contre un mur - et elle est si lourde qu'elle ne risque guère d'être volée - une pièce de bois dont on ne saura nous dire l' usage. Sans doute la vis d'un pressoir?





Mais le jour avance et notre étape prochaine nous attend. Nous allons passer la nuit tout contre l'une des plus belles églises romanes de la région. Le ciel est magnifiquement pur et il serait dommage de  parvenir là-bas quand toute lumière s'en serait absentée.
Sur la fenêtre d'une maison au beau jardin fleuri, un chat nous regarde.

Il est temps...








Repost 0

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook