L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

/ / /




Ce jour qui me jeta dans la lueur des autres
          me découvrit d'un coup la force du refus.

Sans herbe, sans fleurs parfois la route
  mais toujours dans le coeur
           l'idée d'une maison portée à bout de bras
     ses flammes de coton pour apaiser le pas.



De je ne sais quel ancêtre je tenais un goût prononcé pour les outils de jardin.



Leur maniement me rassurait.

La douceur du manche en bois usé par les prises

petites esquilles prêtes à blesser

le poids du fer mordant l'obscurité

cherchant la braise sous les pas.



Quand 
munie d'un râteau

je dessinais sur le sable gris de la grande Lande

étale autour de la maison

des lignes légères

éphémères et ordonnées

sans cesse défaites et recommencées

je sais que je pourchassais l'idée de cycles sans histoire

ni jugement dernier.



Puis je fermais les yeux.



Qui viendrait jouer le son caché entre les grains ?





Les herbes
  hautes déjà, sèches et presque cassantes

traversant par endroits la résille des grilles
      
étayant son bandeau lâche le long du parc.



Dans les fossés autrefois poussaient des formes
           
étranges à l'enfant que j'étais
     
penchée sur l'eau épaisse et noire.
     
         
        
Quelques plantes plus basses
         
pour habiter l'espace

qui veut la main, le pas, le temps qui passe.



Rien n'a changé.

   
Il y a dans la lumière quelque chose qui semble

arrêté pour toujours dans le métal des trembles
     
et quand entre les fûts apparaît la maison
          
c'est un signe venu pour taire d'autres ombres.



On dirait que l'enfance vient de se relever
      
de ses rêves de foins
           
et rit un peu

au loin.




De loin, sa silhouette flottant de guingois
    
sur l'herbe grise de tant et tant de voyages
 
nous disait le début du passage.

 
Son ombre au fil des heures indiquait tour à tour le porche de la maison
         
celui de l'antique chapelle
 
la route sans fioritures              

Ni l'allée domaniale ni le sentier roman ne pouvaient se prendre de front
  
mais par quelques manoeuvres périlleuses et lentes 
au plus près de la croix penchée.



Nous arrivions toujours à l'heure
                 
où l'aiguille de son ombre
                                  
indiquait le destin.




Et je rêvais alors
              
aux pierres qui gardent les portails
    
à leur entêtement à créer des obstacles

pour que grandir dans la maison de Dieu
      
ou celle des hommes
        
ne soit vers le ciel mais devant soi
 
au prix de courbes et de haltes




Les pierres qui gardent les portails
    savourent ce qui leur vient des joyeuses tablées assises sous les arbres
    l’innocence cruelle des mômes
l’été
            chatouillant d’un brin d’herbe un grillon dans son nid
        et puis le dépiautant pour savoir
                        où il cache sa boite à outils


Les pierres qui gardent les portails
                aiment les mots des branches
    et la blancheur des paumes enlacées longtemps
                    les allées déroulant
                reines
        une lenteur
jusqu’au seuil où la liesse attend


Les pierres qui gardent les portails
                pourraient en raconter de ces dessous de jupes
    aux désirs naufragés
                les baisers que l’on fauche à l’embaumée du vent
    la douceur et le trouble des chairs en frôlées


Elles ne diront rien des fables entendues entre mur et volé

Ce qui les fait pousser
            les pierres qui gardent les portails
    ce sont les éventails des dames jusqu'au soir
            ouverts et dont la brise écrit au pied de l'herbe
    des mensonges bien lisses
aussi purs que la faim d'infortunes imberbes



Tout du long de l'allée qui conduisait à la maison
         poussaient de grands platanes.




Les taches rousses

           blanches ou crème de leur écorce
brillaient sous les frondaisons épaisses
 
comme la robe de fauves sortant de l'eau



Grattant la surface des arbres
        
découvrirais-je un jour leur vrai Moi
  
rugissant ou feulant sous le beau ciel d'été?



La pièce était posée
     grand cube tapissé de toile de Jouy
   sur des carreaux de Gironde dont la patine creusait l'enduit

Quelques blessures écaillaient les pierres

 
Au centre le cercle d'une lourde table
quatre portes
et quatre angles.

Dans l'un une vieille horloge comtoise
dans l'autre une lampe à huile au sommet d'une déesse dénudée
le troisième était tout empli de mon piano
le dernier était vide

En une pièce j'avais d'un seul coup d'oeil accès
au temps
à la lumière qui le traverse
à la musique des sphères
à l'espace dont nul ne saura jamais ce qu'il est réellement


 
Le bois perce le tissu gris

la lampe n'éclaire plus guère que des convois de souris

la poupée borgne trône au milieu de ses jupes

quelques sacs déchirés laissent entrevoir un monde

 
Englouti se tient ici debout

dans l'eau des peurs qui s'apprécient



Sous l'escalier l'enfance

aucun plumeau ne pourra l'effacer




Aux marches vers le bas
je dis ma reconnaissance pour les peurs sans issue
parfum de bois vivant mort légère
audace d’eau qui se contient
dans la chair noircie des pierres
la feuille éteinte de l’espace
que caressait ma main
et l’enfer d’une trappe au goût de refermer


Aux marches vers le haut
je dis ma reconnaissance pour les planches fendues sur le vide
pitié boiteuse de la rampe
odeur de cire et de vertige
les toiles d’araignées
pièges sacrés soutien des poutres
une petite source
un moins que rien froissé
luisant au bord du toit lorsque le soi écoute




Tu ne sais plus pleurer
    ces chagrins de paille où l’enfant se berce
        étonné de ses larmes et presque joyeux
    du pauvre caillou qui a défait le cercle
          

Tu ne sais plus pleurer
        en aimant la beauté de tes gouttes

Partager cette page

Repost 0
publié par

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook