L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

/ / /

 


  -Fille de Chicoutimi, pourquoi les hommes se battent-ils?


-Enfant, les hommes n'ont pas encore trouvé le moyen de transformer leur énergie violente en énergie de paix.
Assieds-toi, je vais te raconter une vieille histoire de notre Peuple.

********

Avec un amusement qui allait très décroissant au fil du temps, les animaux, plantes et minéraux observaient depuis des siècles les Hommes démolir le trésor qui leur avait été offert en partage.


Ils venaient d'élire leurs représentants au grand Pow-Woo des espèces et des genres, qui se tenait au nord de mon pays Cheyenne, par nuit de pleine lune, afin de débattre d'une situation plus qu'alarmante.
Il y avait là Loup, Chouette, Séquoia et son ami Lichen Froissé, enfin Pierre-Nue qui avait la tâche redoutable de représenter le sable, la Terre, les pierres précieuses et les cailloux.
Ils commencèrent par fumer le calumet de la paix entre espèces. Ainsi fut fait.

Il fut interdit


A Loup de manger Chouette,

A Chouette de creuser des trous dans Séquoia,

A Séquoia de laisser tomber ses fruits sur les autres,

A Pierre Nue d'entraver les pieds de chacun.

Quoiqu'en d'autres pays il se raconte que trouver un caillou sous son pied réveille les yeux de leur sieste.

Quant à Lichen, nous l'oublions à sa demande.

Voici comment cela débuta:

Loup: Nous devons comprendre pourquoi l'homme a perdu ce bon sens qui le faisait communier avec toute chose sur cette terre. Cela fait des millénaires que...

Chouette: Non, des siècles.

Loup: Des millénaires!

Chouette: Des siècles !

"On se calme" dit Lichen Froissé qui ne se faisait oublier que pour mieux se rappeler au bon souvenir.

Cette dispute naissante fouetta comme une crème leur intelligence.

Ainsi procédait l'homme, se chipotant (quand pas plus grave) pour des mots qui ont à voir avec le temps et qui n'avaient plus depuis longtemps de sens pour lui...


*******


La nuit avançait à pas de Sioux, Les représentants des genres et des espèces devaient comprendre le pourquoi du comment du quand tout ceci avait commencé à se dégrader…
Et chacun d'énumérer les doléances des siens, comme il sied à tout représentant d’un peuple.

Loup:
Les animaux ont le sentiment très saignant de n'être pris que pour de la viande sur pied, et encore, cela est parfois un semblant d’honneur d’être mangé par les hommes car, selon leur espèce, on en tiendra certains en amitié ou non !

Chouette:
Mais c'est pareil chez les hommes, mon bon. Ayez un plumage blanc ou noir, cela change tout. Tenez, moi, par exemple....

Loup:
Il ne s'agit pas de vous. Vous ramenez toujours tout à vous. Madame «MOI-JE», voilà comment je vais finir par vous appeler.

Caillou:
Puisqu'on vient de me donner la parole, j'affirme que nous autres, êtres inanimés sommes doués d’une conscience et aimerions qu'elle soit enfin reconnue.

Séquoia:
A ce compte-là, mon petit, reconnaissons d'abord les arbres, les fleurs, l'herbe de la toundra et même mon ami le parasite!

Lichen :.............????

Séquoia:
C'est vrai ce que je dis là.. Pas la peine de me regarder comme ça. Même vous, Lichen. Je n'ai jamais vu une pierre se propulser seule, sauf coup de pied bien placé.

Chouette:
Sauf votre respect , Séquoia, à la bourse de New-York où je me rends souvent, je n'ai jamais entendu parler du cours du séquoia ou du Lichen Alors que l'or, la pierre.... Ah… C'est vrai aussi. Et toc!

Lichen :
On se calme...

Retombant brutalement dans un long silence, car mine de peu, Lichen dont les interventions étaient rares mais  judicieuses commençait à les impressionner, retombant en chute libre dans un long silence qui faisait se rentrer leur museau, leur bec ou leurs aiguilles en eux-mêmes,   les Représentants prirent alors conscience que chaque entité en ce monde tient à être reconnue comme telle .

Bien des maux devaient naître dans cette béance-là se disaient-ils en leur for intérieur. Bien des maux.

Il arrive un moment où le silence pèse plus lourd que la hotte de raisin fraîchement cueilli sur le dos du vigneron. Ce moment-là, il se trouve toujours quelqu’un pour en sentir la gène et en alléger le poids en le rompant.
Loup sentait ces choses.
Il dit alors pensif:
"L'enfer, c'est les autres"...

*******
La Lune regardait sa montre en baillant, mais les Dieux lui avaient demandé pour une fois de remonter les aiguilles à l'envers et de ralentir sa course.
Soleil, bien content, se dit qu'une bonne grasse matinée ne serait pas de trop.

Arrivés à ce point de leurs réflexions, ils s'examinaient les uns et les autres, conscients de leurs manques.
Loup commençait à sentir son estomac gargouiller et se serait bien fait la Chouette.
Chouette avait sommeil et se serait bien fait un trou douillet au creux des bras du Séquoia;

Séquoia avait un torticolis à force de rester dans la même position pour surveiller ses fruits et enviait les cabrioles de gyrophares que faisait la tête de l'oiseau.

Caillou était vexé de l'allusion aux coups de pieds bien placés et regardait les pattes des uns et des autres avec un ruminement de mica.

Quant à Lichen, il méditait sur le concept de parasitisme.
Lui-même, était-il si innocent que cela?

Sortant de sa méditation il dit :
"Regardons-nous, Frères et Soeurs, nous avons en peu de temps été traversés de sentiments mélangés, malgré le calumet de paix"

Chouette: Je n'étais pas d'accord sur le fournisseur.
Loup : Vous êtes vraiment casse-truffe à toujours tout ramener à Votre Sublime Vision des Choses.

Chouette: ............!!!!

Lichen:.................

Loup: Laissez parler Lichen Froissé.

Lichen: Merci. Et si le problème de l'homme, était tout simplement qu'il ne sait se contenter du peu qu'il possède à sa naissance et que lui transmettent ses parents? S'il cherchait comme nous à remplir des vides avant de rejoindre l'autre extrémité de la Vie?

Séquoia: Ce qui fait la force de Lichen est sa faiblesse apparente et son humilité à se joindre à moi. Continue, tu parles d'or.

Ayant enfin reconnu que la faiblesse est une force profonde, bien plus riche et forte que les artifices que l'homme s’offre pour satisfaire le "Je", les représentants des genres et des espèces se sentirent plus proches les uns des autres.

Du coup, Loup et Chouette éprouvèrent le besoin d'allumer un feu.
Et là, Séquoia se sentit très visé et même contrarié.
Les deux animaux (à sang chaud pourtant) regardaient ses branches, sans avoir l'air de trop appuyer, mais quand même... En imaginaient déjà les braises qui naîtraient des fines ramures et leur odeur précieuse se répandant sur la banquise.
Lichen se sentit lui aussi quelque peu concerné.
Il fouilla à toute vitesse dans ses ressources de pensées qui étaient vastes ("Toute surface froissée est plus vaste qu'une surface plane de même diamètre" Mathématique galacticale, volume X) et dit :

Lichen: ce ne serait pas une très bonne idée, une bonne peut-être, mais une très bonne, non...

Séquoia : Et le Mieux est l'ennemi du Bien!

Loup : il ne s'agit pas de cela, il s'agit qu'il fait froid.
Lichen : Peut-être en nous serrant les uns contre les autres produirons-nous cette chaleur?

Caillou: N'étant ni chaud ni froid, cette histoire de feu m'indiffère.

Lichen : Pourtant, tu es pour beaucoup dans la naissance du feu.

Loup: Tu as raison, viens Chouette, viens à coté de moi, ton duvet va réchauffer mon pelage, et viens, Caillou, viens dans le cercle d'amour.

Chouette : Sans intention... cachée... hein?

Loup : mais nooooooon !!
Ainsi fut fait.

Et après un temps de réflexion Lichen Froissé dit :
"L'Amour est une des sources d'énergie fine..."

*******

Les représentants des genres et des espèces restèrent bouches bées devant la réflexion de Lichen Froissé..Et se mirent à réfléchir à ce que pourrait être une définition de l’énergie fine.

Pour Loup, elles étaient semblables à la trace d'un lapin dans la neige ou, mieux encore, à celle d'une chouette consentante.

Pour Pierre et Séquoia, elles faisaient partie de la nature et chacun pouvait y avoir accès, simplement les portes en avaient été oubliées et les clefs jetées comme celles qui ouvrent toujours -si on veut bien le faire- les troncs des arbres et les rochers.

Pour Chouette qui était persuadée que ses yeux d'or, dans leur trajet de plus en plus fréquent vers les agates du Loup, recélaient eux aussi une forme d'énergie fine, qui en outre était la seule à vraiment bien voir dans la nuit, et enfin aimait par dessus tout à se faire remarquer, l'Energie fine était de l'ordre de l'invisible et de l'inchiffrable.

Lichen résuma : "L'homme parasite la nature..."

Chouette : Tu peux parler, toi!!

Loup : Chut... ma belle...

Chouette: O O ... ... ...

Lichen:…Il (l’homme) a su transformer bien des choses en énergie dense, mais a oublié toute cette matière subtile dans laquelle il baigne, celle que produit son mental, sa haine ou son amour, et qui peut être d'un prodigieux effet destructeur ou constructif.

Loup : Construisons une machine à capter les Energies fines. Nous aiderions l'Homme à mieux connaître sa nature et la notre.

Séquoia : Demandons aux éléments de nous venir en aide, eux savent ce qu'il faut faire pour les rétablir dans leurs droits. Ainsi le Monde sera de nouveau à sa place.
Ainsi fut fait.

*******

Pendant que Lune se rendormait contre le Soleil, qui se surprenait à caresser les courbes blanches de ses hanches, les délégués des espèces et des genres convoquèrent les Esprits des quatre Eléments.

Ceux-ci arrivèrent promptement. Cela faisait si longtemps qu'on ne les écoutait plus qu'ils se sentirent tout ragaillardis.
"Que peut-on faire pour vous?" tonna esprit de Feu.
Cette voix sema une panique chez chacun qui alla se cacher derrière le moindre fractale encore présent à cette heure de la nuit.

Lichen: Nous aimerions comprendre l'homme et l'aider à ne pas se détruire et nous avec, en lui offrant un objet qui capterait tout ce qui tisse le plumetis de son espace, son temps, sa conscience, ses actes.

Alors les Eléments posèrent leur beau Bâton Sacré qui avait si souvent en d'autres temps fait le lien entre la terre et le ciel, puis s'assirent avec simplicité
Dans le cercle d'amour
Et parlèrent tour à tour.

Terre:
Le Monde n'est que messages
Le Monde n'est que formes
Qui attendent matrice
Les choses n'ont pas de norme
Et le Vrai est caprice.
L'homme doit retrouver ce savoir qui lui permettait de recevoir.

Vent:
L'air n'est pas simplement
Rempli des débris du vent
L'air ne porte pas que l'odeur
De l'amour et des fleurs.
L'air peut nourrir celui qui a
Faim d'autres nourritures.
Mais il faut un esprit pur
Pour réapprendre à respirer
Le Prana.
L'homme s'invente des faims qui ne le nourrissent pas.

Lichen Froissé, qui se prenait parfois pour Yoda, pensa:
"Beaucoup encore à apprendre j'ai...".


Chouette regardait avec une tendresse qui faisait s'ébouriffer les plumes de son cou les yeux brillants de Loup. Elle se sentait tout à coup une secrète attirance pour cet animal qui, quelques heures plus tôt, l'aurait volontiers changée en plat principal.
La nuit semblait ne plus jamais vouloir s'ouvrir et elle était douce, douce...
Il circulait entre eux tous, dans ce plasma où ils étaient plongés, une énergie sans nom qui les attachait les uns aux autres sans les emprisonner.

Eau se leva :
Nous sommes fruits de notre histoire
Et graines d'autres histoires
Vivre l'instant présent est bon
Mais on ne peut arrêter les vagues
Et leur flux et leur reflux.
L'homme doit se réapproprier l'impermanence des choses.
Tous virent alors Feu, qui était le plus âgé et semblait le plus sévère, se déplier lentement, prendre son Bâton de Sagesse et tracer au sol une ligne qui reliait chacun aux autres dans le cercle.
Il dit:

Le feu a pour support le bois
Ou bien le nuage.
Sans l'un et l'autre le Feu
N'existe pas.
De même l'Homme a oublié
Qu'il n'est pas seul, qu'il dépend.
L'homme doit réapprendre l'Adhérence.

Alors Lichen qui avait tout bien écouté et entendu dit : Nous allons pouvoir construire cette épuisette à capter les énergies fines. Elle devra reconnaître la nature profonde de ces fluides et les transformer, quels qu'ils soient, de façon à réensemencer l'homme et la Terre.
Ainsi fut fait.

Celle-ci devait être suffisamment simple pour que les hommes en saisissent au premier regard le fonctionnement et puissent en faire bon usage.

La Terre se réduisit en poudre.
L'eau la mouilla.
Le Vent la modela
Le Feu la cuisit.

La vasque ainsi obtenue et dans laquelle flottait une subtile lueur reçut aussi une idée d'Amour, à la demande de Chouette qui n'avait désormais plus d'yeux que pour les yeux de Loup.
Cette vasque analysait la composition fine de l'énergie qui se dégageait de tout être se penchant au-dessus d'elle ou passant à proximité.
Elle transformait amour, envie, haine ou simplement bêtise, en fins rubans colorés qui s'échappaient comme des anguilles
ré-ensemençaient la terre de ses fleurs et arbres perdus, adoucissaient le coeur, fournissaient enfin la juste - juste - énergie nécéssaire au bon fonctionnement de toute chose, y compris celles résultant de mauvais bricolages.

Ils portèrent cette vasque au premier Grand chef rencontré sur leur route qui fut longue.
Ils le trouvèrent assis sur un char (traîneau?), contemplant de ses yeux petits et sots le désastre encore fumant semé par ses soins sur la planète entière.

Pour donner la mesure de leur pouvoir, les rubans ayant lu la sottise insondable de ce chef l'étreignirent jusqu'à lui faire perdre toute envie de donner à tout jamais quelque ordre que ce soit.
Puis récupérèrent la sottise de ses yeux et firent leur devoir.

Ayant négocié pour l'éternité leurs droits sur la machine, les esprits et délégués s'en retournèrent vivre confiants en l'avenir sur la banquise, Chouette murmurant aux oreilles de Loup des choses très douces ... qui leur appartiennent...




Partager cette page

Repost 0
publié par

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook