L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 07:03




Avoir raison n'est-il pas le principe qui meut

souvent
chaque humain dans sa relation à autrui?

Car derrière le " j'ai raison "

que de prétentions qui tiennent souvent à la force de conviction.
Que d'envie de pouvoir et d'écrasement de l'autre.

Mais avoir raison contre les faits procède d'une autre dimension.

On n'écrase pas un fait ( sauf à vouloir en tordre le sens ... à des fins de pouvoir ou de preuve)
on le constate.
L'éprouve et le réplique au besoin. Pour en trouver la cause hors champs divins ou providentiels.
Et puis il ne suffit pas d'affirmer quelque chose pour avoir raison de le faire.

Le logos
ce terme qui parle de la raison
était à l'origine le "  je rends compte " au sens le plus trivial du " je rends l'exacte monnaie ".
Vérité commune: le compte.
Il ne peut y avoir de fausse monnaie pour que naisse l' opinion vraie accompagnée de raison.
Je paie la monnaie commune donc je sais. Pas loin du je pense donc...

Il y a des règles aux conclusions vérifiées.

Celui qui peut dire pourquoi il dit ce qu'il dit
a raison face à celui qui dit simplement ... qu'il a raison.

Ce sont les vérités du raisonnement et de la logique.
Quand l'être est raisonnable, humble et contenu
quand il quitte le registre de la croyance et appuie son dire sur le constat des faits
(et ceux-ci sont têtus) 
puis les range au cahier du compréhensible, de l'analysable, du rationnel
ll a alors raison avec l'aide des faits et contre leurs habits clinquants propres à émerveiller l'enfance et ses rêves.


Parfois l'être est empli d'orgueil. Il veut avoir tout juste dans l'absolu
mais sa logique est maligne par embrouillement de la langue et moquerie des prémisses.

Il peut avoir raison en langue contre les faits
cela reste jeu de l'esprit qui n'a plus aucune prise avec le réel.

Dieu seul au fond  peut avoir raison contre les faits
lui qui surplombe les contradictions dans l'éternité.

Mais pour l'humaine nature et sa finitude
l'humilité est de mise: s'en tenir aux faits
renoncer à ce qui entrave sa liberté de penser et douter
aux vérités révélées, aux apparences trompeuses

et surtout
surtout
aux tentations de syllogismes qui veulent avoir raison

à n'importe quel prix.


A partir des sujets du
Baccalauréat 2011



Partager cet article

Repost 0
publié par Russalka - dans Mes Philosophes
commenter cet article

commentaires

Miche 21/06/2011 09:51




Les bouddhistes différencient  deux plans : le relatif et l’absolu. C’est arbitraire, mais cela éclaircit bien souvent ma réflexion.



 



Tu as raison, au niveau du relatif, le fait doit être reconnu et admis par le plus grand nombre.  La vie sur terre serait, si non, serait impossible.
N'admettons aucun crime au non de l'absolu !



Ma réflexion se portait plus sur notre relation à l'absolu qui sans cesse nous échappe.



 



 Je n’étais pas partie, juste moins disponible. J’ai toujours grand plaisir à venir te visiter. J’aime.




Russalka 22/06/2011 08:23



 


Je comprends mieux alors ce que tu me disais... ;o)) Mille merci et contente de te croiser sur Milletunes, c'est une
équipe super sympa.



Miche 21/06/2011 06:18




o))) :



Un fait serait quelque chose que personne ne puisse contester…



Bien sûr, il y a les menteurs avérés, les gens de mauvaise foi, ceux qui se racontent des histoires sans le savoir, il y a nos sens limités, et notre mémoire tellement subjective…



Ca fait, déjà, beaucoup de monde pour se disputer sur le fait, lol.



Les sciences ? Elles isolent un secteur, produisent un langage spécifique, là encore pas d’universalité. D’ailleurs les scientifiques sont rarement d’accord, et les découvertes remettent
sans cesse en cause les savoirs précédant. Et puis la physique quantique qui met en évidence que l’observateur neutre n’existe pas, il influence son observation.



 



Avoir raison ?



En soi, c’est mieux quand il n’y a pas de conflit. Avec les autres, le "fait" sera bien un sujet de discussion, servant de prétexte pour "avoir raison".



 



Avoir raison contre les faits ?



A partir du moment où l’on voit que le fait n’est qu’une représentation limitée de la réalité, il me semble tout à fait possible d’avoir raison contre les faits, cela dépend d’une cohérence
intérieure.



 



Mais je suis d’accord, avec toi Viviane, tout cela dans l’humilité de la conscience de notre limitation, et de notre condition participative.



 



Russalka 21/06/2011 09:08



 


Ah, tu as bien construit ta démonstration ( sourire) en questionnant la question comme il convient de le faire et
j'adore cette rigueur!
Avoir raison contre les faits, si j'accepte ta définition de sa représentation limitée que ce dernier donne de la réalité, c'est considérer que nos êtres ( qui sont limités eux aussi du fait même
de leurs sens, leur histoire, leur langage) peuvent voir au-delà de ce qui se présente à eux d'universellement reconnaissable. Je vais prendre un exemple limite, mais tant pis ;o)) Dire qu'un dé
jeté sur la table a donné le chiffre 4 est quelque chose d'universellement reconnaissable; Affirmer que ce fait est une représentation partielle ou limitée de la réalité et que le chiffre était
autre ( dans l'absolu, car qu'est le chiffre 4 sinon une convention admise par le plus grand nombre au dépens d'une minoritéqui y voit plutôt le chifre 7) et que l'on a raison, c'est se situer
non dans le raisonnement ou la raison, mais dans la spéculation,l'imaginaire, le postulat. C'est déchirer son enveloppe humaine pour se croire... Dieu, enfin... je crois ;o))
Mais sinon, oui, je comprends ce que tu veux dire qui est fin et sensible, mille merci Miche de ce retour!



Merlin 19/06/2011 14:36



Dans mes nombreux courriers, j'ai reçu cette citation excellente de Pierre
Léna, un astrophysicien qui est - comme le fut Charpak - à l'origine de "La Main à la Pâte" :


«Les faits seuls, en science, ne veulent rien dire, car c'est la raison qui leur donne du sens. Et à l'inverse, la raison ne veut rien dire seule sans
les faits» et de conclure : « on n'a pas raison contre les faits, mais contre l'interprétation qui en a été donnée…»


Il faut bien reconnaître que - comme conclusion d'un devoir de philo à connotation scientifique - c'est redoutable ! Il suffit
alors de fermer le ban par une phrase bien pesée ramenant exactement à la question posée dans le sujet et le tour est joué...



Russalka 20/06/2011 09:23



 


Ah oui, alors, une pensée aussi synthétique, c'est fabuleux. En fait, l'étudiant qui aurait connu cette citation
aurait pu rédiger son devoir autour d'elle... Belle phase, mille merci!



Merlin 19/06/2011 11:49



@Valentine  Mais non, ce n'est qu'une illusion :


1) Ce n'était pas un attentat contre une synagogue* mais contre les clients du restaurant Goldenberg, 7 rue des Rosiers Paris 4ème dans le Marais. (en
1982)


* L'attentat contre une synagogue avait eu lieu avant, rue Copernic... Je m'en souviens aussi.


Tu aurais pu au moins envoyer ta contradictrice issoundunoise ... sur les roses !


Elle devait se trouver dans un marais maussade quant à son humeur ?... Et bien loin du Sacré Coeur à dire vrai...


Je me souviens de tout cela parce que mon fils aîné a travaillé dans sa jeunesse rue Vieille du Temple, juste au bout. J'y pensais souvent à ces cons
!


2) L'illusion est totale quand on sait qu'à présent ce n'est plus Goldenberg mais un magasin de vêtements de mode, ce qui fait que ta petite bourgeoise
obtuse aurait pu aussi aller se faire rhabiller :


http://www.annuaire.com/boutique-de-vetements/le-temps-des-cerises-50150500200375/


Moralité : La mémoire humaine est fragile et les témoignages de tout un chacun sont souvent sujets à caution. Les faits doivent toujours être vérifiés, plus
encore que le bon fonctionnement de la raison.


 


@Russallka  Pardonne-moi, on ne peut pas éditer après coup les commentaires et je me suis aperçu de 2 erreurs fatales : "diagnostic" (substantif) au
lieu de "diagnostique" (adjectif). Puis "éducatif" à la place de "éducative" puisque le référent nominal doit être "domaine" et non "activité". Ce n'est pas très grave, je l'admets mais ça
signifie que je ne m'étais pas relu avant d'envoyer. C'est un fait qui donne raison à la formule que j'utilisais toujours face à mes élèves : "Relisez plutôt 3 fois qu'une ce que vous avez écrit
avant de le donner en lecture aux autres !"


Mais en fait, vouloir toujours avoir raison, c'est sans doute une pathologie du moi, non ? Comme Lance Armstrong le cycliste américain qui
nie l'évidence : il ne se "dopait" pas, lui, il "se soignait". ;o((



Russalka 20/06/2011 09:22



 


Savoir pourquoi les témoignages sont fragiles et tellement ... plastiques, est quelque chose qui m'interpelle depuis
toujours. car ce n'est pas seulement une question de mémoire, donc d'arrangement des faits a posteriori, mais aussi ( peut-être?) de complaisance à re-distribuer une réalité telle qu'on aurait
souhaité la voir se dérouler. Enfin, cette constante de la fragilité du témoignage, oui, cela me questionne.

Pour ce qui est des fautes d'orthograves ;o)) pas de soucis, cela nous arrive à tous. Et pas seulement d'orthographe, de frappe aussi  ;o)) Oui, se relire, mais j'entendais hier une dame(
Anne marie
Gaignard)  qui a construit sa propre méthode anti  dysorthographie dire que celui qui a écrit un texte avec des fautes  est le plus mal placé pour se relire de
manière critique car souvent sa mémoire du texte écrit est liée au geste graphique ( synesthésie) et non pas à une mémoire visuelle et que cet ancrage l'empêche l'auteur du texte d'avoir un
esprit critique. On peut voir et entendre cet
entretien ici.

Oui, vouloir avoir raison contre les faits et contre les autres, c'est... une pathologie du moi. Sans doute de la souffrance derrière, immense. Bisous et merci de cet écho sur l'actualité
ancienne et peut-être bien annonciatrice de tant de drames.



marlou 18/06/2011 21:22



Article plein de bon sens et de sagesse...



Russalka 19/06/2011 08:19



 


Merci Marlou, ah, la sagesse, si lointain but ;o))



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook