L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 18:03


La bête usée des mauvais jours se couche 
    combats bleus sur le flanc
            son museau que mordaient nos rires
        s'endort au serpent des racines
et le couteau des ombres
            planté loin de ses pattes velues

La bête usée des mauvais jours repose
            le ciel est froid si longuement
    si tendrement gelée l’herbe dans mon jardin
qu’il semblerait
soudain
        que tout peut s’accomplir









Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans voyages-en-poesie
commenter cet article

commentaires

orchis-mauve 18/11/2007 08:39

Notre jardin est blanc de de la gelée du matin. Rien qye ça est un petit miracle pour les yeux.Je t'embrasse

Russalka 18/11/2007 08:55

Le notre aussi, il fait entre moins 7 et moins 9 chaque matin et cela ne monte pas bien haut dans la journée. Hier, en fin d'après midi, le soleil avait fini par chauffer un peu, j'ai nettoyé les feuilles mortes du chêne d'Amérique et du Liquidambar, je continuerai aujourd'hui, à mojn rythme de marche pas bien (sourire)histoire que le jardin ait meilleure allure pour affronter l'hiver et accueillir les multiples oiseaux qui viennent s'y nourrir; Merci Orchisje t'embrasse aussi!

Blog-trotter 15/11/2007 06:38

Les premiers flocons sont annoncés en Provence. La température de la grotte s'est stabilisée entre douze et treize degrés. L'hibernation pointe le bout de son museau. Bêtes de tous les Nords de pays, unissez-vous.La bise est (déjà) venue. Acceptez la mienne. ;)Magnifique texte que le vôtre, comme d'habitude.

Russalka 15/11/2007 10:41

C'est adorable cette manière de rebondir sur mes bises d'hiverchez nous, la température est de seize degrés dans la maison ce qui fait ronchonner la petite dernière ( 17 ans) mais c'est tellement plus tonique, il suffit de se couvrir!Merci de la bise, une en retour sur le bout du nez et les joues rosies de froidquelle chance de voir arriver la neige, je vais changer de région, té!

Merlin le zeteticien 14/11/2007 22:13

Non Viviane ! La bête n'est pas usée, pas fatiguée non plus. Elle entame son recyclage annuel et c'est vrai qu'elle va dormir entre ces lames allongées qui donnent des heures tardives... très tôt.Mais oui, tu as raison tout va s'accomplir : j'ai ressorti tous mes bulbes de jonquilles, de narcisses et de jacinthes. Eh bien juste avant de les remettre en terre dans un ordre nouveau, j'ai pu voir des jeunes pousses vert tendre qui cherchaient à poindre ardemment.L'hiver, c'est le concerto des 4 saisons que je préfère. Mais je te l'ai déjà dit, j'aime toutes les saisons et pas seulement celles qu'a écrites Antonio. Celles déclinées par notre Planète bleue me plaisent toujours autant. À quand les premières neiges ?

Russalka 15/11/2007 10:37

Joie sans mélange de ta présence, Merlin, et de ce que tu m'offres de ton jardin dont j'ai gardé souvenir si agréable ( sa forme en poupée russe, ses dédales, ses rosiers, la belle pierre de ta maison)ici, l'herbe veut encore pousser par endroits, cela fait des petites collines, mais le froid a noirci mes plantes, il faut que je nettoie.L'hiver de Vivaldi et l'hiver tout courtle plus long possibleet avec de la neige si possible ce qui arrive aussi chez nous, l'an dernier dix jours durant, c'était beau!cela cache les saletés construites sur notre géode ... quelques temps. Bisous!

daniel 14/11/2007 21:58

il est des textes courts mais comme des romans, le parrain de mon frére (cela remonte à quelques années) était président d'une société de chasse et un jour, la bête blessée s'est retrouvée en face de lui et lorsque l'on dit que les biches pleurent ce n'est pas une légende, alors Paquin (parrain dans la bouche de mon frére petit) a posé son fusil et a démissionné quelques jours après, cette histoire est vraie je l'ai entendue de sa bouche"se coucher...sur le flanc" usé des mauvais jours, pattes (ou jambes) tendues, frissonnantes ou modelées comme l'embryon, le souffle rauque comme un langage, "le couteau des ombres" a oeuvréoui, usé des mauvais jours mais "tout peut s'accomplir"merci Viviane

Russalka 15/11/2007 10:33

C'est très beau le témoignage que tu m'offres, Daniel, j'ai souvenir d'un film atroce, les derniers cris de la savane, où l'on voyait effectivement une biche face au fusil, filmée au téléobjectif, complètement paralysée de peur et les alrmes aux yeux.J'en ai été malade des jours...Et je hais la chasse depuis. Au moins mes ancêtres s'excusaient devant la bête et ne tuaient que le nécessaire pour survivre.Merci de ta visite

mireille 14/11/2007 17:58

"la bête usée des mauvais jours",  oui,  se couche quand le printemps se met en route, très loin, très profond, mais invincible.   "l'herbe tendrement gelée" où "tout peut s'accomplir", quelle image! ça me fait penser à un de mes tableaux préférés, La pie  de Monet, où l'on voit un splendide paysage de neige resplendissante au soleil ) bises Viviane

Russalka 15/11/2007 10:31

Comme cela me fait plaisir que tu aies aimé, Mimi, le gel qui vient me réjouit l'âme, et cette référence à Monet aussi, je vais me chercher ce tableau que je ne connaissais pas.Bisous et bonnes retrouvailles avec ta maison!

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook