L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 13:47


Elles nous parlent. Ce langage oublié qui est celui de nos projections intimes vers les objets les plus simples et les plus archaïques.

Le feu nous parle.
Le bercement d'une mer calme sur une grève nous parle.
La profondeur éblouissante d'une nuit pure et étoilée nous parle.
La pierre nous parle.

Elle occupe une place privilégiée dans l'histoire des hommes, depuis la légende de Prométhée qui laissa dans l'argile une odeur de l'humain qui devait en surgir jusqu'aux travaux des géologues suivant de près les mouvement de notre géode, en passant par les pierres levées des Celtes qui devinrent nos clochers de pierres, l'émeraude tombée du front de Lucifer, la pierre philosophale, les pierres levées abritant des génies au Viet-Nam, les pierres de foudre Africaines liées à la fertilité etc. Il faudrait des centaines de livres pour en parler.

En Chine est né il y a deux mille ans un art de la relation avec la pierre, rapidement adopté au Japon:  Le suiséki.

 

Ce mot proviendrait de l'accolement de Sansui-seki:

San signifie montagne, Sui signifie Eau, Seki signifie pierre. Pour les extrême-orientaux la peinture de paysage se dit en outre "eaux et montagnes"

Le suiseki à l'origine était donc remarquable par sa forme rappelant celle d'une montagne et tout l'art du " cueilleur de pierres" consistait à mettre sa découverte en valeur sur un support ( Daïza) éventuellement entouré d'eau.

Il s'agit en vérité de sculptures naturelles, extraite du sol, d'un gisement ou d'un chemin, nettoyées de leur gangue terreuse puis conservées sans aucune retouche ni découpe, afin d'exposer la face de la pierre qui " parle " le plus.

Avec le temps les amateurs se sont intéressés à des pierres figuratives, représentant des personnages ou animaux, voire objets de la vie quotidienne puis des pierres qui, polies, dévoilaient un paysage spontané fait d'incrustations de feuilles, tiges, minéraux dont l'assemblage évoquait une peinture humaine, ou une fleur.

Cette dernière catégories de pierres à dessins de surface ne sont pas des suisekis mais des Biseki (belles pierres) ou Kazari-ishi (pierres décoratives)

En voici deux des notres:

 

 

 

 



Les fameuses pierres à fleurs de chrysanthème (Kikka-seki) sont à classer dans ce groupe.

 

 


 

Le cueilleur de pierre consacre sa vie à exercer sa conscience visuelle afin d'apprécier l'extraordinaire vibrant au milieu de l'ordinaire. Puis, pénétrant le coeur de la pierre, s'y découvrir lui-même. La pierre, objet immobile, muet, sans âge, est à tout instant un miroir de ce que nous sommes en cet instant là.

Sa couleur, sa sécheresse, rugosité, friabilité, aspect jeune ou vieux, la sérénité ou le tourment qu'elle dégage, la pureté de ses lignes ou au contraire ses rides, mieux encore sur une même pierre ces oppositions que le boudhisme Zen nomme Wabi-Sabi et qui au sein de l'extraordinaire, du presque-parfait font si intensément ressentir le " presque " , l'anomalie, la monstruosité, la fragilité, le déclin ou la force, autant de qualités  qui nous font accéder à une perception  intuitive du monde, bien au-delà d'un recensement purement intellectuel.


Une pierre qui vient d'être récoltée n'est pas encore un Suiseki. C'est une pierre jeune,  à laquelle il faudra des années de soins appropriés. En effet, les pierres, elles aussi, doivent vieillir. Elles sont élevées et nourries. Avec le temps, et selon leur nature, elles acquièrent une patine naturelle, semblable à celle d'un objet de grand âge.


Voici une minuscule pierre pas plus grande qu'une  cuiller à café, trouvée par Michel dans les Alpes du sud, on peut admirer le drapé de cette oeuvre de la nature:


 



Les Suiseki peuvent être exposé dans un plateau, généralement en céramique (Suiban) ou en bronze (Dôban), ou bien sur un support en bois (Daïza) spécialement fait pour chaque pierre.
Michel fabrique lui même les supports, ou Daïza, de ses pierres.
( Les seules exceptions étant le socle de celle ci-dessus et celui de la dernière pierre de cet article, qui nous fut offerte par Rafaêl Monje)
Il pose le socle sur une pièce de bois, dessine le pourtour à la craie, puis creuse ensuite avec précaution à la gouge.

 

 

 


La pierre devra en effet tenir sans la moindre adjonction de colle.

Quelques photos de nos pierres paysages ou pierres personnages ou pierres sens, toutes trouvées dans cette vallée d'Iraty





Une idée de l'aspect de la table du jardin quand nous revenons de nos recherches en montagne.
Les pierres ne sont jamais retouchées, juste lavées de leur terre, et la métamorphose peut être stupéfiante, comme nous le montre Rafaël Monje sur cette page, puis posées sur leur socle, ensuite nourries à la sueur du front pour les petites pièces (nous les caressons chaque jour avec la peau du front pour les polir), à la main pour les plus grosses.
A noter que selon leur nature, certaines pierres deviendront assez vite brillantes, d'autres ne le seront jamais...




Verrez-vous comme moi, ici, un éléphant derrière des arbres?





Un moine





Une arche telle que sortie de terre





et telle qu
e nettoyée. Envie profonde de se faire minuscule ( la pierre mesure 18 centimètres de haut ) et de s'engouffrer sous cette arche qui tourne.





Une femme en attente de naissance, peu après nettoyage dans notre jardin





Et après environ deux ans de polissage quotidien, exposée dans le salon
(vous l'avez vue plus haut sur l'établi en attente de socle)







Une pierre qui attend que son énigme se donne à nous







Une pierre canyon à différentes étapes de son arrivée à la maison, ici sortant de terre, posée au bord de la rivière Iraty



Mise à sécher au soleil, nous ne savons pas si ce sont des cheminées de fées ou un chien qui habite cette forme... qui pèse vingt kilos tout de même...





Ici un animal fantastique assez dans la tradition chinoise, sortie telle que de la terre ( on les ramasse sous les pieds. Ce sur quoi elles reposent correspond à la surface du chemin sur lequel nous marchions, la pierre est encastrée dans la terre à l'envers de cette photo et nous l'en retirons comme on déboite un tiroir d'une commode):





Une pierre chaine de montagne grande comme ma main, là encore, le socle de la pièce est ce avec quoi nos pieds ont été en contact, la pierre se trouvait à l'état naturel pics en bas, dans le sens inverse de la photo:


Une autre chaine de montagnes, plus douce... longue de 80 centimètres, offerte par Rafa (dont je vous invite ci-dessous à visiter le superbe site) qui lui a fabriqué un très beau support. Pierre trouvée au Pays basque espagnol.



Enfin, quel est ce serpent trouvé au même endroit, dans la rivière? ( car nous ne ramassons pas que des pierres, mais aussi du bois flotté.)








Vous ne regarderez plus jamais les pierres du même regard.






Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Belles photos de Michel
commenter cet article

commentaires

mireille 19/04/2008 19:07

Un vrai régal, cet article.J'écoute parfois les pierres, et tu m'encourages à persévérer!:) je ne connaissais pas cet art très savant de la lecture des pierres, ô combien passionnant;

Russalka 20/04/2008 11:25


Plus qu'un art, je crois que c'est un vrai choix de vie, une intériorité du regard
et ton enthousiasme me fait vaiment chaud au coeur
bisous


fab 16/04/2008 23:36

fascinant!big bisous

Russalka 17/04/2008 11:55


merci Fab je transmettrai à Michel, c'est lui le coupable (sourire)


clementine 15/04/2008 20:08

Je me doutais bien que ton jardin était beau.clémentine S

Russalka 16/04/2008 11:46


Mon jardin est très fouillis (sourire) il ne faut pas le regarder de trop près, c'est tout sauf un jardin entretenu
hélas, je n'ai plus assez de force dans les jambes pour au moins passer la tondeuse
et Michel le fait quand son métier lui en laisse le temps...

Le fond du jardin en hiver



En été






et hier devant l'entrée










... 15/04/2008 16:24

...j'espère que vous y trouverez
de quoi satisfaire votre curiosité...

Russalka 16/04/2008 11:37


merci Mélencrolie, votre site est superbe, très original et d'une écriture incandescente
c'est gentil ce passage sous mes oiseaux....
je volerai vers vos cailloux un jour prochain.


daniel 15/04/2008 08:07

quel beau voyage, mais vu tes racines je ne suis pas surprisjuste garder l'imagination et des yeux d'enfant

Russalka 15/04/2008 09:29


ET puis l'envie de cheminer avec la pierre, la laisser nous parler,
voyager en son centre pour y trouver le notre
entrer en résonance.
Bises Daniel


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook