L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 01:07



Garder à l'esprit toujours cette belle phrase de
Goliarda Sapienza
qui consacra sa vie à ... la Vie, la liberté, la jouissance. Phrase qui me réconforte.

" I
l y a une limite précise dans l'aide apportée aux autres. Au-delà de cette limite,
invisible à beaucoup, il n'y a que volonté d'imposer sa propre façon d'être... "


L'ART DE LA JOIE


«  La joie, cela s’apprend »

Comme elle claque de mépris à travers chaque signe
cette sentence

«  La joie, cela s’apprend »
parole toute-puissante parole sans appel
parole qui sait et veut le faire savoir


Non.


La joie Est quand elle veut
et jamais sur commande
surtout pas sur commande

Quand elle se manifeste
bien malin qui pourrait définir les mécanismes de son apparition
ce qui en nous résonne et voudrait se répandre
depuis l’ombre à nos pieds jusqu’aux plus vieux courages
bien malin qui saurait disséquer
l’indicible
en faire une grammaire
reproduire cet état ad libitum

Tout juste pouvons-nous être disponibles
nous évertuer à rester ouverts de tout notre être
à cette énigme
fervents à ce qui dans les jours qui passent
fait un peu contrepoids au gris
à l'événement minuscule et pourtant lumineux dont nous ne saisirons
après
qu'une infime dimension de la genèse


Faut-il être joyeux par métier
forçage et gymnastique
diplôme de bonne conduite et bonne respiration
joyeux parce que je le veux
joyeux comme on se croit plus mince avec un corset
joyeux à répétition jusqu’à ne plus connaître que cette nuance lisse ?


Ou sincère jusque dans ses écarts et ses erreurs fertiles?
Respectueux de ses propres peines afin de mieux les guérir?
Accueillant aux douleurs de croissance
apprenant sans cesse à positiver mais sans renier la chute?

La joie

pour moi très humblement
car  l'idée comme toujours est exilée du mot qui l'enferme
car on ne peut cerner tout ce qui a constitué la joie en un moment donné
car ce mot Joie si beau si âpre et parfois si proche du détachement
pour moi très humblement mais aussi très intensément

La joie
c’est le temps que l’on ne compte pas à regarder des fleurs
mais au moment où je le vis je ne le sais pas

c’est après que je m’en aperçois. Que c'était une joie.
Sur le moment c'était trop fort pour que je puisse oser nommer cela
joie


C’est le plaisir de mes proches devant mes petits plats
qui fait battre mon coeur de maman et d'épouse ou d'amie
de joie


C’est le sourire de Maxime sur sa dernière photo
les cris de mes corneilles accueillant leur pitance
les petites lampes vert pomme des branches du sapin derrière la fenêtre


C'est le regard apaisé d'un malade qui va mourir
mais que ma présence a un peu éloigné de son angoisse
c'est le rire tonitruant de A... quelques heures avant sa mort
quand nous fêtions ensemble cela au champagne
à sa demande
avec toute l'équipe hospitalière qui la suivait depuis six mois


La joie
mais ce n'est que ma vision des choses et certainement pas une leçon à prendre
car toute assurance m'est désormais détestable
ma joie misérable et rien qu'humaine
relie sans que rien n'ait pu l'annoncer
ce qui m'est donné du dehors et ce qui palpite en moi
elle est pure alchimie hors recette hors système

C'est elle qui défait mes morts encore debouts

C'est elle qui
parce que je connais trop bien de l'intérieur cette envie de donner leçon
de faire de l'autre un identique à soi
et ne me le cache pas
c'est elle qui me fait te dire
je t'aime

Et puis même
parce qu'il convient de rester humble
supposons que la joie s'apprenne
...
ça ne se dit pas comme ça







publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

agnès 26/05/2008

La joie s'apprend ?C'est la première fois que j'entends une pareille ineptie ! La joie s'apprend ?... On apprend à lire, à compter, à nager, faire du vélo, on apprend le solfège, une langue, mais la joie... Viviane, c'est un(e)psychologue des jours chômés qui t'a dit cela. *rires*Quelle bétise ! Quelle suffisance ! Les donneurs de leçons devraient être leurs propres clients, tu ne crois pas ? Ah, ces gens imbus d'eux-mêmes, des énergivores !Laissons-les à leur autosatisfaction.Je t'embrasse de toute mon amitié, chère Viviane.

Florence 26/05/2008

Je te suis sans hésitation, c'est si beau ce que tu penses et ce que tu écris

le bateleur 26/05/2008

C'est vraiet tu le dis si joliment et sincèrementmême si c'est vraicela ne se dittout basqu'à soiet encoredans les bons momentsou ceux qui nécessitentcomme le baron de Munschausenqu'on se sorte tout seul du maraisen se tirant soi-même par les cheveux.La joie avant de s'apprendremême le peu qu'on aca se partageet bizarementen se partageantça se multiplie souventà l'infinie

O. 29/05/2008

Très juste la phrase de Sapienza....

Bûchette 08/11/2010



La joie ne s'apprend pas, d'accord ! Il faut simplement parfois la reconnaître et se dire, je suis heureuse, alors, le ciel s'ouvre et tout prend sens. Quand la joie a succombé à la morosité, on
ne se doute pas qu'elle peut revenir et nul apprentissage à positiver ne la ramènera. Mais, d'un profond désespoir accepté peut renaître l'espérance. L'espérance qui est une forme de joie pour le
désespéré. 


A bientôt, une maman heureuse.



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook