L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 14:02
 

Clin d'oeil à Escher et Jean-Sébastien Bach

En ocre des palindromes
et en suivant ce lien,
le palindrome le plus long écrit à ce jour, plus de 2000 mots
Sans oublier le palindrome de Perec
1247 mots
 


 
 
Mes mains seules savent que cette histoire est vraie

De questionnants oiseaux m'y tiennent compagnie.

Un  verse à ma raison ses arguments coquins
Deux  meurt en  bas de soir et renait au matin, sans cris
Ter  mine, use mes mains qui portant calame
itent et ratent leur sortie.


On ne le dirait pas, ma

Comment tout cela-t-île commencé?
Après un long moment dans un salon de thé
sous l'ivresse de l'eau buvant le ciel d'automne.
Tonnes d'eau! Ciel, le vent bulle, O dessert vil...

J'empreintais de mes pas
quand le vrai m'apparut dans la splendeur de son mensonge.
 
 
Je choisis d'y tomber, non sans avoir offert mes  souvenirs de Madeleine aux êtres sans éclat dont je devinais la nage  au sommet de ce trou lumineux.
 
Rencontrerais-je mes memes,
ces autres se disant : ami si mat n'a, si dessert au sec
qui peuplaient - le pensais-je alors -  ce petit coin du paradis enfoui dans les bas-fonds du ciel...?

Le monde est gris...




 

 


Et je tombai.
Jouissance de la chute vers les cimes.

L'univers devenait tout à coup passionnant!
 
Et je tombais croisant, non pas mes compagnons d'infortune
mais un monde en métamorphose
qui échappait lentement aux profondeurs natives



 







                   Ô, se disait une carpe égoutant dégoûtée
                    mes restes de gouter s'écalant sur sa po                    
            Eau! dis-moi vite
                    le secret où, têtu oter ce  sel.
 
Naturellement, c'était du sucre !
Elle eut à peine temps d'entendre la réponse
au coeur des fluides couchée,
limite entre sais pas ou sais
que déjà ciel rayait du compas de ses ailes.



 

          



  Et tombant je parvins en ce lieu où je vis désormais.
       
M'y attendait de quoi dessiner                      
faire naître la vie.            
Un jour j'y parvins presque.
Mais les créatures aimables surgies de mon crayon     
tombèrent dans ma timbale
après s'être prises pour un volcan! Je les grondais:
    Avenantes , animale,  tu te laminas,  Etna ne va...!


Quelle perte de temps, finirent-elles par me confier
cet espace tournant
sans cesse autour de lui
iule dru
et pensif...

Je pris le premier livre venu pendant que mes créatures
retournaient à leurs deux dimensions. Il parlait de ces temps
où la pluie laissait derrière elle des heures de verdure
et non ces trous béants
où je m'étais complu.

Un grand ruban de vent en mon âme
y déroula soudain la cire de ses pensées
 
Pas un zeste !
me dit-il
Lit idem
Tu as voulu faire l'ange, désormais fais la bête
Ange re-né, rage... égaré ne regna .
 

 
Depuis je book dans un fortin ouvert à tous les vents
    mais entouré de météores
    je n'en fais plus un théorème
 

dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/01Contrepoint16-2Fugues-Miroirs1.mp3&
 
 
Jean-Sébastien Bach, Art de la fugue, BWV 1080
Contrepoint XVI
Par K. Ristenpart et l'orchestre de la Sarre


 

 
 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Peintres et sculpteurs
commenter cet article

commentaires

Annick SB 24/09/2011 08:04



Mes préférés : les mains et les lézards !



Russalka 25/09/2011 09:19



Ce sont aussi eux que je préfère, ainsi que celui représentantla trouée de ciel faisant abîme ou miroir sur le chemin,
très troublant... Mille merci Annick de ta visite ;o))



agnès 03/02/2009 11:26

Escher et Bach...  Bravo pour ces palindromes ! J'avoue que je suis peu portée vers les records de mots en cette matière ! Mais courts, denses, comme les tiens, Viviane, ils percutent.Une journée de neige... une de plus... Bises !

Russalka 03/02/2009 17:15


Merci ma belle, parfois ces jeux là me dénouent la tête de ce qui s'y est emmêlé
je dois avouer que c'est fort difficile à composer
d'où une admiration sans borne pour ceux qui ont établi les records dont tu parles

Bisous heureuse dans la neige, comme je t'envie... et contente d'avoir entendu ta voix hier;


Juliette 03/02/2009 11:08

C'est toujours un si grand plaisir de venir chez toi, Russalka la savante poètesseJe t'embrasse

Russalka 03/02/2009 17:13


Savante, oh que non, mais très curieuse de tout, OUI!!!
et internet et les livres me comblent chaque fois davantage,
internet parce que c'est une bibliothèque sans cesse en mouvement
les livres pour leur compagnie à laquelle je reviens toujours

A demain le plaisir d'aller te lire, Juliette, merci de ta visite


Lucie Trellu 03/02/2009 09:49

Pale symdrome de l'art enthousiasteMes mots ne suffiront pas à égalerLa richesse de cet ensemble vasteDe lettres et dessins en escalier...(Pas très inspirée ce matin, désolée !)

Russalka 03/02/2009 17:12


Mais si au contraire, c'est tout en musique et me plait beaucoup.
Et puis tu l'as reçu comme un dessin et cela est plaisir ;o)
merci beaucoup Lucie et @+


Valentine :0056: 02/02/2009 21:42

Quelle virtuosité ! Tant dans les formules, que dans les dessins, d'ailleurs...

Russalka 03/02/2009 17:10


Surtout les dessins, j'adore Escher, il me laisse rêveuse et en même temps sous le choc!
bisous Valentine et merci d'avoir aimé


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook