L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 04:00






archei




Ici la faim ne se raconte pas
la soif est sage
le fruit que l'on partage
est une lampe devant soi




archei



Photographie
de
Daniel Cazin









 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Arthémisia 10/06/2010 18:55



Ici chacun peut trouver une bonne nourriture. Mangera qui a faim. Grignotera qui n'a que peu de besoins. Et jeûnera qui veut.
L'essentiel n'est ce pas la table ?


Amicalement


Arthémisia



Russalka 11/06/2010 15:05



Oui, l'essentiel est la table, et pour qu'elle continue d'être ouverte, il est important de laisser la cuisinière souffler un peu
entre deux préparations de menus. Merci Arthémisia.



ulysse 08/06/2010 18:43



C'est un magnifique mariage de mots et d'une image...



Russalka 10/06/2010 18:40



Merci Ulysse ;o)



Arthémisia 07/06/2010 23:01



Bonsoir Viviane


Il me semble qu’ici ou là la faim ne se raconte pas.


C’est quelque chose de si intime, de si viscéral, de si profond.


Le seul remède ne saurait être le mot. Ce ne peut être que le geste, que le don, que le cadeau de la nourriture offerte.


Parler, parfois est une outrage à la décence….


 


Quant au lieu que tu proposes, je ne le trouve pas angoissant : il a juste par l’impression de gigantisme qu’il produit, un effet de concentration, de
focalisation, de convergence vers l’homme, l’homme petit et modeste (c’est le titre de ton billet) mais qui appelle toute la force du monde vers lui.


 


Amicalement


Arthémisia


 


 




Russalka 10/06/2010 18:40



Le problème de nos sociétés de consommation d'information spectacle est que souvent elles racontent la faim, la soif, sur le même ton
qu'elles commentent les aléas climatiques ou les démêlés de l'quipe de foot: de manière à ce que chacun retourne ensuite à ses occupations en ayant bonne conscience de se sentir concerné par les
tracas de ce monde.


Accessoirement, ici, je parlais de ce que je voudrais que soit mon blog: un lieu où la frugalité soit la règle...
Moi non plus pas très angoissée par ce lieu, j'ai traversé deux fois le Sahara dans la vraie vie et y ai plutôt trouvé la paix.



Saravati 07/06/2010 19:13



Deux ombres immobiles, presque comme sur un tapis volant, dans un caisson aux couleurs chaudes ...et cette magnifique image de la lampe en mots !



Russalka 10/06/2010 18:36



Merci...



lutin 05/06/2010 11:32



Juste un petit mot, voulant être dans le respect de ce que tu attends


"J'avais proposé la fermeture des commentaires chez moi afin de me garantir cette solitude et  la non obligation de me rendre en retour chez
les unes et les autres"


Il n'y a pas d'obligation, ce n'est pas ainsi que je le vois, les commentaires de complaisance, de politesse, ce n'est pas ce que j'attends de mes visiteurs, je leur
demande la sincérité et la critique constructive qui permet d'avancer dans l'écriture que nous aimons. Je ne donne pas pour recevoir, et je ne veux pas recevoir pour donner, c'est ainsi
que je vois la communication entre blogs. Je sais aussi que la solitude est nécessaire pour créer, je comprends. Tu sais, tu n'es pas obligée de répondre systématiquement, tu peux faire une
réponse groupée, ou ne pas en faire du tout, ce n'est pas grave, le fil n'en sera pas coupé.



ve 10/06/2010 18:35



Il n'y a pas d'obligation, et pourtant nous sommes tous à nous commenter les uns et les autres, à répandre nos compliments ici et là
et c'est du temps perdu pour notre créativité. Je voulais faire de ce blog un site d'auteur aux commentaires fermés, j'ai accepté de repousser cette décision sur l'insistance de quelques uns,
mais il m'en coûte réellement.
J'ai encore mille choses à écrire, mille choses à donner, mille choses à conter, et plus le temps de me perdre à lire les uns et les autres au détriment de ma propre lecture. Il est tout de même
affolant de consacrer plus de temps  à " critiquer de manière constructive " ( ce qui est une jolie manière de dire " complimenter à tous les coups") les textes des autres
et ne plus avoir au bout d'une heure de cette activité l'énergie de se critiquer soi même, dans ce face à face qui est celui de tout auteur avec lui même... POur le dire autrement, à force de
lire les autres et écrire à propos de leurs textes, je n'ai même plus faim de laisser monter mes propres mots, c'est tout de même... grave, non?



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook