L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 01:11


"La peinture est une démarche pour aller de l'ombre à la lumière"

Intégrale des oeuvres de
Vincent Van Gogh


undefined
 
Elles ont cheminé avec lui tout du long de sa vie de peintre, écrivant avec tellement d'intensité le parcours de l'homme et celui de l'artiste, que je n'ai jamais su lesquelles aimer.
Aussi les aimé-je toutes.
Elles ont chacune un quelque-chose à dire et pour la première d'entre elles, cette profondeur de l'espace, la vraisemblance des nuées annonçant la nuit, le souffle léger que l'on entend dans les ramures, cet or du couchant porté comme une torche que le vent essaîme. Que de quiétude ( ou d'inquiétude, selon...) en ce lieu simple et hors du temps...
 

VanGogh15-copie-1.jpg

Des arbres porte-ciel

aux terrifiantes nuances d'être terre
qu'attend-elle, tranquille
alors que le feu vibre au coin d'une fenêtre ?
 
Je ne connaissais pas cette palette sombre chez Vincent Van Gogh.
Dans la toile qui suit, elle m'a étonnée de son grain et du climat très romantique qu'elle fait surgir de la toile. On sait que Van Gogh aimait Jean-François Millet dont la palette d'ocres et de gris était à nulle autre pareille... Admirez ces arbres gardiens  de Millet et cette enfant dans les bois de Vincent.
On trouvera - en ce qui concerne les maisons qui "racontent" - une belle  filiation avec Vlaminck, grand admirateur de Van Gogh.
Le contraste entre les touches blanches de différente taille et l'ambiance très sombre est tout simplement une merveille.
ferme-clair-de-lune.jpg


Le toit aussi

promène ses cheveux blancs
ou peut-être la mort
vois-tu ses yeux, son cri, son livre déplié ?


La chaumière qui vient, que je me l'aime! J'imagine se concoctant derrière ses murs mille brouets de sorcières. Maison et cieux ondulant de concert  et de contrastes.

van-gogh-2.jpg

Langue, apprends -moi ta pierre

à l'assaut des collines
et le ciel imité
prêt à s'enfuir si le regard ne tient
 
Dans celle-ci, j'entends les voix de Gauguin et de Cézanne, et toujours cette vie qui courbe les bâtisses. Le ciel y est si intense dans ses variations de blanc bleuté, la verdure tellement exhubérante se fondant à la peau même des personnages dont les silhouettes semblent au bord de la décomposition, il y est si assuré que l'humanité sera un jour recouverte de prés

et que l'humain n'est qu'un entr'acte
maisons-coulant.jpg



Homme fétu, le chaume

au ciel te déguise en herbe
et ta maison coule !


Poursuivons notre promenade avec une maison qui nous rappelle l'école Russe.
Le trait noir ourlant la maison est très Kandinsky de jeunesse. Les arbres si fouillés si travaillés des débuts se réduisent à un trait sombre à peine ébauché, lancé comme une flèche et que disloque la mousseline vaporeuse du vert anis. Et toujours cette pâte étalée directement depuis le tube qui donne tant de dansité ( pas de faute d'orthographe) à l'espace, comme dans cette autre toile, Les saintes Marie de la mer
ferme-deux-personnages.jpg


Sous mon toit acide

  ils vont mes murs de guingois
vieillards voûtés

 
Pour terminer ce cheminement vers la lumière, deux toiles de petites tailles nées de cette  période si féconde que fut son hospitalisation en service psychiatrique à Saint Rémy de Provence. La première n'est que lumière, musicale lumière éclaboussant la toile, féérie des nuances et du trait. Elle est ma préférée.


r-miniscences-copie-1.jpg
 
L'herbe ou la neige
ou l'herbe sous la neige
ou la neige sous l'herbe
un ciel mille soleils


La seconde me met très profondément mal à l'aise.  Il y a pourtant une belle complémentarité de couleurs dans ce tableau, entre le jaune, le vert, le rouge vermillon, la tache bleutée du personnage au premier plan. Je ne perçois pas de joie à travers cette toile pourtant enfantine, dont les maisons chantonnent au rythme de la fumée qui s'échappe de leur cheminée. Et cependant, comme il devait tenir à ce qu'il souhaitait évoquer de son soleil du Nord...

Je n'en reçois que les rayons dispersés
en oiseaux sanglants comme un mauvais augure
et l'avant-toit nez de clown qui sait
rouge
que derrière le rire des enfants se cache...


train-de-maisons.jpg


Et l'homme continue sa route

au bord du train de chaumières
que freine un parterre de fleurs


Entracte pour flute et harpe de Jacques Ibert



dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/Entracte.mp3&





Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Peintres et sculpteurs
commenter cet article

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook