L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 09:38


liseron.jpg

Ce n’est pas difficile de cueillir une fleur
    et sa poignée de terre
  
      
Ce n’est pas difficile
    de
châtrer l’aventure

Ce n’est pas difficile mais on se sent tout bête
    quand on l’a fait
            on dit

Fleur fleur fleur
     

C’est alors qu’on s’égare

La fleur n'est-elle
qu'un son?

 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

commentaires

aimela 04/11/2011 11:07



je ne cueille pas les fleurs, je me souviens d'un lilas chez ma mère  que les enfants de l'école avaient  tué, ma mère en colère a été voir le proffesseur pour le gronder.Ce prof n'a
rien compris  mais il ne savait pas que la vie courrait dans le lilas. Ma mère en a pleuré . excuse ce souvenir . Bises



Russalka 06/11/2011 20:36



 


Ne t'excuse pas Aimela ( et d'ailleurs c'est à moi de m'excuser de ce retard mais j'avais du monde à la maison... oui,
la vie court dans les fleurs, les feuilles, le vent. Le savoir épargne bien des maladresses, et je comprends la peine de ta Maman. Merci à toi de ce souvenir partagé.



ulysse 03/11/2011 19:02



Après réflexion Viviane tu as raison pour le oui si c'est un oui de facilité (quand je n'ose pas m'opposer) mais quand c'est un oui de partage ou qui implique un engagement c'est plus
difficile 


 


merci pour le compliment sur ma dernière note



Russalka 03/11/2011 20:32



 


Je sais que nous nous étions compris ;o)) Bises Ulysse( ton article le mérite vraiment) !



Marianne 03/11/2011 08:08



Un parfait rendu dans ce texte de notre ignorance et parfois bêtise. Arracher une fleur, pour son simple plaisir, sans connaître sa rarereté par exemple. Il m'est arrivée oui, de me sentir aussi
bête après avoir déterré une fleur, vaguement coupable mais chassant ce sentiment par la beauté sous mes yeux, consciente tout à coup que par mon geste je me suis privée du plaisir de la voir
s'épanouir, se multiplier, s'éteindre pour renaître sur de nombreux jours bien plus précieux que ce condensé de plaisir égoïstement limité à quelques heures ou au mieux quelques jours.


Les fleurs ont parfois des porte-paroles fervents et tu en fais partie.  :-)


Bien belle journée à toi.  Bisous.



Russalka 03/11/2011 15:00



 


A chaque fois que je découpe un légume ou arrache une fleur, je demande pardon à l'être concerné tant suis consciente
qu'il y a de la vie en ces formes si belles et utiles et une autre forme de conscience et de souffrance d'autre que la mienne. On sait ces arbres qui avertissent leurs congénères qu'un troupeau
de chèvres est en train de les attaquer, afin que les plantes fabriquent très vite la toxine qui éloignera le prédateur. Peut-être la désertification est elle la seule toxine inventée par la
Nature contre ce prédateur qu'est l'humain? Merci Marianne...



clémentine 02/11/2011 21:40



bonsoir


Un beau poème qui intérroge sur le sens des messages des fleurs.


bonne soirée


clem



Russalka 03/11/2011 15:08



 


Merci Clem, c'est gentil d'aimer les fleurs ;o)))



Veronica 02/11/2011 18:16



Merci pour tes beaux taniques, Viviane et sa cueillette automnale de fleurs qui me sied à moi aussi !


Le semis dans ta merveilleuse forêt t'aura-t-il inspiré ? sourire



Russalka 03/11/2011 16:06



 


Merci à toi Veronica pour tes voeux de fleurs. Là, je prends un peu de temps pour ratisser les feuilles qui encombrent
les sentiers, ensuite il faudra éliminer les mourons et autres chélidoines qui repoussent à la faveur de la douceur revenue... Poésie ensuite ;o))



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook