L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 12:02



J’ai écarté ses jambes
parfum d'iode et de sang
dans ses cuisses velours

ai mangé la béance aux flancs carmins et doux
l’ovule de la pierre
pelage des  légendes retourné comme un gant sur l’intime initiale

Le langage est un chien qui m'a rongée à l'os

ll n’y avait que la nuit
la nuit troublante nuit dont le ventre se colle
et nous mord et nous crie l'odeur d'enfantement
sous les croutes séchées

Alors
par-dessus l’épaule des collines
j'ai jeté le poignard que je porte toujours sur mon côté tordu
celui qui veut savoir

Dans un grand trou posée
profond comme un tableau
elle ne bougeait plus
mais de cette immobile qui s’était laissée faire
j’ai retenu l’amour j’ai retenu patience
et ce don qu’elle m’a fait de dévoiler l’absence
pour que je vive encore
pour que je cherche encore et ne trouve jamais
tout ce qui se révulse et retourne au silence
du silence arraché

sur ses jambages noirs
la  terre l’opaque terre
rien d'autre que la terre
elle n’aurait pas voulu d’un cercueil transparent
elle n’aurait pas voulu qu’on lise sur ses plaies
nos traces nuptiales
la lettre

qui commence



Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Symbolique universelle
commenter cet article

commentaires

Arthémisia 22/07/2011 09:04



Bon, je crois comprendre : je ne peux pas faire un copier/coller d'un texte que j'écris avant dans un doc. Word.


Je le tape donc:


Entre l'alpha et l'oméga, siège l'espace d'une douleur, celui  de l'enfantement.


Depuis la nuit des temps, la création, la créature, se parfume entre douceur et âcreté. Elle nous évite le mielleux, le gluant, le sucre dégoulinant, la bourgeoise harmonie de l'impression
superficielle, l'illusion d'une pseudo perfection, et nous ramène à la lucidité charnelle, à la lutte avec l'ange, à la foi arrachée entre tous nos désastres, à notre Vérité.


Notons le V ouvert, recueil et recueillement, accueil et cueillage,...inverse du A sagittal, tour infernal(e) et métallique homme-age arrogant.


Parce que le bouqet sera un jour fané. Parce que sur le champ de fleurs piétineront encore les soldats.


Et parce que le A s'écrit aussi rondement, minuscule mais rondement ( a ou @) comme la balle qu'enfant nous lançâmes à travers notre champ.


Amitiés


Arthi



Russalka 23/07/2011 09:49



 


Ah, je me demandais justement ce qui se passait... Oh que c'est joli cette broderie toute sensuelle et riche de
symbole autour d'une lettre, bravissimo et merci Arthémisia, je n'avais pas pensé à la rondeur de la minuscule mais il est vrai qu'on ne doit pas oublier dans une lecture de ces signes leurs
différents habits, d'apparat ou d'ordinaire si souvent plus merveilleux.



ulysse 19/07/2011 10:49



Viviane le O est effectivement plus harmonieux et apaisant 



Russalka 23/07/2011 09:14



 


Ah, je suis bien d'accord, merci Ulysse!



aimela 16/07/2011 10:03



Si le texte est beau, il me met mal à l'aise, désolée



Russalka 19/07/2011 09:20



 


Oh, je suis désolée aussi , ne t'en fais pas, c'était pour meubler le temps, un vieux poème qui ne me correspond plus
trop... Bisous!



lutin 15/07/2011 09:57



cette terre qui nous fait tant écrire, atmosphère étrange j'y lis comme un enterrement, la terre qui donne naissance et reprend. Ambiance entre chien et loup.



Russalka 19/07/2011 09:20



 


Oui, c'est exactement cela, Lutin, mais aussi c'est un vieux vieux poème, je ne sais si aujourd'hui j'écrirais la même
chose au sujet de cette initiale.



ulysse 14/07/2011 22:24



Naissance dramatique et troublante qui me met mal à l'aise.  Est ce le sentiment que le germe de la mort est présent dans toute vie qui naît ?



Russalka 19/07/2011 09:14



 


Sans doute... Je n'aime pas trop le A comme lettre, trop, comment dire, trop compas pour moi ;o)) et même s'il initie
le cercle des lettres et de la vie, je sens infiniment sa nature de pointes. Merci Ulysse et désolée du retard.



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook