L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 09:39



200760580.jpg

La ville a allumé ses grands rétroviseurs

Des badauds innocents aux immodestes pitres
  chacun va reniflant un peu de ces lueurs
cramponnées à la nuit
     sur le gluant des vitres

Scarifiez scarifiez

        la vigilance torve des panneaux dépotoirs
     où la publicitue
 


    La vie est consommée
saignée
        à blues à blanc
lettres éparpillées
    il en manque une ici, elle donnait du sens
 peut-être un gros pigeon a-t-il mangé un A
ou un E en faillite
  détaché des enseignes ?

Un jour
faudra s'enfuir

oublier
    les appats boudinés, les bouffons, les pasquins

        leurs livrets de famine
à l'usage des frères cul-terreux,
    leur orgueil en mélisme
qui se bouffe la queue

Scarifiez scarifiez

  virgules hirondelles,
  et   
 juste après,
     un long point de futur.
 
   Sacrifiez, sacrifiez, il en restera quelque chose
sous l'ordure la rose

        Chez moi c’est nulle part, au-delà de la suie,
                                                    Juste après le brouillard



Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Simplicité Volontaire
commenter cet article

commentaires

Roland 29/01/2010 15:42


Simplicité volontaire, non pas pour moi, j'ai dû ouvrir les dictionnaires car beaucoup de tes mots (ex : torve, pasquins, melisne...) m'étaient inconnus.
Sans compter le gros pigeon qui a mangé son A peut-être était-il gras!
Aussi la publicitue, livrets de famine et d'autres encore, comme scarifice, des mots de ta création qui imagent bien ta pensée.
Que ne t'ai-je comme voisine pour que tu puisses m'inviter à découvrir les dessous de tous tes mots jetés ici.


Russalka 01/02/2010 10:47


Tu es vraiment adorable, Roland, nous revenions d'Avignon et je me demandais de quelle beauté nous serions touchés face aux paysages
amples traversés alors si seulement disparaissaient les fils électriques et les panneaux indicateurs
puis de quelles frayeurs saisis les voyageurs à pied pou à cheval dans des temps reculés, lorsque la nuit tombait sur leurs périples et laissait la montagne noire ou la plaine glacée rentrer jusque
dans leur chair...
Notre monde a ses avantages et aussi... ses inconvénients!


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook